14-18 : les monuments aux morts de Montmorillon

Détail du monument aux morts de la place Saint-Martial. Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / V. Dujardin, 2015.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 3 novembre 2017
 

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les communes et les communautés paroissiales se mobilisent pour rendre hommage aux morts et recueillir les fonds nécessaires à la construction de monuments. À Montmorillon, cinq monuments, sculpture de bronze ou stèles, vitrail ou tableau, voient ainsi le jour.

Le monument aux morts de la place Saint-Martial

C'est au grand prix de Rome de sculpture Aimé Octobre – natif d'Angles-sur-l'Anglin - et à l'architecte Hilaire Guinet, que la ville de Montmorillon passe commande. Le projet définitif est adopté en 1921, pour un coût total de 50 000 francs, couvert par une subvention de l’État de 3 576 francs, une souscription de 16 686,20 francs et un emprunt de la ville de 29 800 francs.
Le monument est inauguré le 23 juillet 1922 par Raoul Péret, président de la Chambre des députés, sur la place de la République. Il sera déplacé à son emplacement actuel, place Saint-Martial, en 1975.
Il s'organise autour d'une allégorie de la République, coiffée d'un casque de Poilu, qui lève les bras en signe de victoire et brandit un glaive et un bouquet de laurier et de chêne.


Les monuments des cimetières Notre-Dame et Saint-Martial

Deux autres monuments, beaucoup plus sobres, ont été financés avec l'aide d'une souscription auprès des paroissiens. Sur chacun d'eux, la dédicace et les listes de victimes sont inscrites sur le socle.
Dans le cimetière Notre-Dame, le haut socle est surmonté d'une haute et étroite colonne en marbre dominée par une croix. Dans le cimetière Saint-Martial, une guirlande végétale s'enroule autour d'une colonne brisée en calcaire.


Le tableau des morts de la paroisse Notre-Dame

Les paroissiens de l'église Notre-Dame ont probablement confié à l'un d'entre eux la réalisation de ce tableau commémoratif émouvant. Celui-ci est composé de la liste des prénoms, noms et date de décès des 85 victimes, écrits à la plume sur de petits papiers agrafés.

Tableau commémoratif de la paroisse Notre-Dame à Montmorillon.


Le vitrail de la paroisse Saint-Martial

C'est sous la forme d'un vitrail que les paroissiens de Saint-Martial ont choisi de rendre hommage aux morts du conflit. Ce vitrail occupe les deux lancettes de la fenêtre nord, dans la deuxième travée de l'église. Il est signé Louis Balmet, maître verrier à Grenoble, et daté de 1922.
Il présente un sujet strictement religieux : saint Michel terrassant le dragon et Jeanne-d'Arc, sans aucune figure de soldat, contrairement à la plupart des vitraux commémoratifs. La liste des morts n'est pas, comme c'est le cas le plus souvent, sur une plaque apposée à côté du vitrail, mais peinte directement sur le verre, en dessous des deux personnages. Elle présente les noms de 105 hommes et s'achève par les noms de trois femmes : Germaine Goudon de Lalande ; Geneviève de Queyriaux et Madeleine Rat - que l'on retrouve sur le monument aux morts de la commune, avec la qualification d'infirmières militaires.


Hommage aux morts des autres conflits

La commune de Montmorillon a rendu hommage aux victimes des conflits qui ont suivi la Première Guerre mondiale, en ajoutant sur le monument de la place Saint-Martial de nouvelles plaques portant les noms des morts et en faisant construire, dans le cimetière Saint-Martial, un nouveau monument. Ce dernier rend hommage aux quatre Montmorillonnais du groupe CRAM fusillés par les Allemands à Ingrandes (Vienne) avec trois autres de leurs camarades le 24 août 1944.

Auteur : Véronique Dujardin.
Photographies : Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / V. Dujardin, 2015.


Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Le Jardin de Gabriel à l’honneur au Festival « Promenons-nous dans les docs »

    Un documentaire sonore de Marc Tournier, consacré au Jardin de Gabriel et intitulé "Un tiroir de sourires", sera diffusé le samedi 21 mai à Dirac (16).

  • Actualités

    Conférence "Le patrimoine de l'après-phylloxéra en Aunis" le 20 mai à Saint-Jean-de-Liversay

    Cette conférence de Pascale Moisdon intervient à l'occasion de la réaffectation de la laiterie de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Actualités

    Visites et spectacle de contes au Jardin de Gabriel les 4 et 5 juin 2022

    À l'occasion des Rendez-vous aux Jardins, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime...

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    L'arsenal de Rochefort

    En 1666, l’implantation d’un arsenal à Rochefort, pour construire et armer la flotte royale, est une prouesse par l’ampleur du projet et la rapidité de son exécution, malgré les multiples contraintes. Une découverte en vidéo !