Antigny

Antigny : la Gartempe et le barrage du moulin de l’Épine. © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel. C. Rome, 2017.
Communes
 
  • Mis à jour le 27 avril 2018
 

L'inventaire du patrimoine de la commune d'Antigny est mené depuis janvier 2018 par Véronique Dujardin, chargée d'étude du patrimoine à la Région Nouvelle-Aquitaine.

Antigny, traversée par la Gartempe…

D’une superficie de 4 393 hectares, la commune d'Antigny s'étend sur les deux rives de la Gartempe, sur 8 km, entre les communes de Pindray et Saint-Savin, sur la rive gauche, et celles de Jouhet et Saint-Germain, sur la rive droite. L'altitude de la commune varie de 75 à 148 m. Son paysage est constitué de plaines et de plateaux voués à la polyculture, coupées par des vallées et des vallées sèches.

Avant la crise du phylloxéra, la culture de la vigne occupait une superficie non négligeable, 144 ha en 1826. La culture cependant était alors majoritaire, occupant les deux tiers des terres (2880 ha), le reste se partage entre des bois (686 ha), des brandes et incultes (313 ha) et des prairies (191 ha).

Les rives de la Gartempe sont occupées dès la Préhistoire, documentée notamment par la fouille de la grotte du Taillis-des-Coteaux, découverte en 1998 et fouillée depuis 2000.

La voie romaine de Poitiers à Bourges traversait la Gartempe au Gué-de-Sciaux, au nord de la commune ; autour de ce passage s'est développée une agglomération secondaire (vicus) qui comprenait un grand temple, dont le fronton sculpté est présenté dans un espace muséal dans le bourg, un théâtre, un centre de soin lié à l'ophtalmologie, ainsi qu'en atteste les instruments chirurgicaux aujourd’hui conservés au musée de Chauvigny.


... et jalon de la "Vallée des Fresques"

Le bourg s'est développé au sud du vicus dès le haut Moyen Âge, ainsi qu'en atteste la nécropole mérovingienne fouillée par le père de la Croix aux abords de l'église, sur la rive gauche de la Gartempe. Quelques-uns ont été réutilisés pour la construction de l'église, notamment la base de son chevet, d'autres sont conservés dans le baptistère Saint-Jean à Poitiers (collection lapidaire de la Société des Antiquaires de l'Ouest). L'église est citée à la fin du 11e siècle comme possession de l'abbaye de Saint-Savin. Les peintures murales de la chapelle Sainte-Catherine, qui lui est adossée, sont protégées au titre des monuments historiques depuis 1862. Elles ont été réalisées vers 1500. Au cours de leur restauration en 1986, des sondages ont permis de découvrir des peintures murales sur les murs de l'église, dégagées et restaurées au cours de deux campagnes, en 1991-1996 et en 2004-2006. Ces peintures ont été réalisées à l'époque romane, au 14e et au 15e siècle. Le « balet » (auvent) adossé porte la date de 1721.

Classée au titre des monuments historiques depuis 1913, l'église d'Antigny fait partie de la "Vallée des Fresques", route thématique qui rassemble, sur 20 km le long de la Gartempe, une dizaine d'édifices du pays montmorillonnais possédant des peintures murales.

L'histoire de la commune est étroitement liée à celle du château et des seigneurs de Boismorand. Les peintures de la chapelle adossées à l'église ont été réalisées pour l'un d'eux, Pierre de Moussy. Son père, Jean de Moussy (vers 1433-1510), avait fait réaliser les peintures murales de la chapelle seigneuriale du château. Aujourd'hui propriété privée, le château ne se visite pas.


 

Un patrimoine riche et diversifié

La lanterne des morts, construite au 13e siècle, se trouve à l'emplacement de l'ancien cimetière, aujourd'hui transformé en place, en face de l'église.

La commune compte aujourd'hui environ 565 habitants (décompte 2015 de l'Insee), soit la moitié de la population au début du 19e siècle (1260 habitants en 1800).

Le patrimoine de la commune n'en est pas moins riche, avec plusieurs maisons à balet, des manoirs, de nombreuses croix de chemin… Avant la construction du pont sur la Gartempe, celle-ci se traversait par un bac contrôlé par le meunier du moulin de l’Épine, qui dépendait de l'abbaye de Saint-Savin, puis après la révolution par un service concédé par l’État à un fermier puis à la commune.


 

L'enquête d'inventaire : une étude enrichie...

L'étude en cours poursuit celle entreprise par Bent Joergensen en 1976-1977 qui avait retenu 34 édifices. Elle est complétée par celle de Christian Barbier de 1987 sur les sept croix de chemin et par une campagne de photographies et de relevés d'architecture réalisée en 1993. Par le croisement des données recueillies sur le terrain ou auprès des archives, l'enquête s'attache à enrichir la connaissance du patrimoine de la commune.


... et restituée

Les éléments du patrimoine étudiés feront l'objet de dossiers documentaires illustrés, consultables en ligne. Une conférence organisée conjointement avec les communes de Saint-Savin et Saint-Germain, ainsi qu'une publication illustrée en ligne, permettront de partager les résultats de l'enquête.


Découvertes en ligne

Voir


Localiser

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Ouvertures exceptionnelles du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2019

    À l'occasion des 50 ans du site, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime....

  • Actualités

    « Histoire de Bahuts », patrimoine et création dans les lycées de Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne

    Depuis 2017, en partenariat avec le rectorat, la Région Nouvelle-Aquitaine propose aux lycéens de s'engager dans un projet de découverte du patrimoine de leur établissement.

  • Actualités

    Conférence de restitution de l'inventaire du patrimoine de Mairé, le mardi 9 juillet 2019

    Le service du Pays d'art et d'histoire de la Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault vous accueille à Mairé le mardi 9 juillet 2019 à 18h pour une conférence sur le patrimoine et l’histoire de cette commune rurale des Vals de Gartempe et Creuse.

  • Actualités

    Colloque sur les sites industriels de l'armement à Châtellerault, les 26 et 27 septembre 2019

    Dans le cadre du bicentenaire de la "Manu", un colloque intitulé « Sites industriels de l’armement : Histoire et devenir (du 19e au 21e siècle) », est organisé par Grand Châtellerault et le Service historique de la Défense.

  • Découvertes

    Le jardin de l'hôtel de ville de Lencloître

    L’inventaire du patrimoine de la commune de Lencloître a permis de retrouver les archives du jardin de l’hôtel de ville réalisé sous le Second Empire, il y a 150 ans.

  • Découvertes

    Les tableaux de René Kunz à Gouex

    L’inventaire du patrimoine de Gouex a permis la redécouverte de quatre tableaux, présentant des scènes de la vie de la commune, réalisés dans les années 1950 par René Kunz, militant communiste et peintre.