Les trois ports de Dompierre-sur-Charente

Le quai du port du Bas-Bourg sur la Charente. © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel. P. Moisdon, 2018.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 1 avril 2019
 

La commune de Dompierre, en annexant celle d'Orlac en 1825, se dote d'un nouveau port sur la rive droite de la Charente, en plus de ceux du Bas-Bourg et du Bourg. Ces ports sont connus au 19e siècle pour leurs expéditions de vins rouges vers Rochefort, en aval, et d'eaux-de-vie issues de la distillation des vins blancs vers Cognac, en amont. Les vestiges de ces trois ports témoignent de l’intense trafic fluvial sur la Charente jusqu’à la première moitié du 20e siècle. Ils ont été transformés depuis les années 1980 en espaces de détente et d'accueil des plaisanciers.

 

Le port du Bas-Bourg

Le port de l'écart du Bas-Bourg, existe depuis au moins le Moyen Âge. Deux rangées de pieux parallèles à la rive, qui laissent supposer l'emplacement d'un ancien appontement, ont été localisées lors de prospections subaquatiques entre 1981 et 1984. Une pirogue monoxyle en chêne, datée du 12e ou du 13e siècle et qui devait servir au passage d'une rive à l'autre, a aussi été découverte quelques années plus tard. Le quai actuel résulte de travaux d'amélioration réalisés en 1890, grâce à une subvention du ministère des travaux publics. Ce quai est formé de deux gradins, le premier en gros moellons, le second en pierre de taille de grand appareil, recouvert désormais de ciment.

 

Le port Chapron

En 1835, le port situé près du bourg est dénommé "Chapron", sans doute du nom du passeur alors en activité, Blaise Chapron. Cette dénomination montre que l'appellation "port" est parfois confondue avec celle du passage d'eau par bac. Aucun aménagement ancien ne subsiste. Les bateaux accostaient sans doute directement le long de la prairie, dont le bord immergé était maintenu par des pieux. L'accès à ce port se fait par la chaussée sur remblais du passage d'eau. Un quai en bois du côté ouest et un ponton également en bois à l'est servent actuellement pour l'amarrage des bateaux.

 

Le port d'Orlac

Comme pour celui du Bas-Bourg, l'ancienneté du port d'Orlac est attestée par le repérage, lors de prospections subaquatiques en 1988, d'un aménagement, constitué d'un ensemble de pieux et d'un lieu de mouillage. Une épave du 11e siècle, également découverte, montre que cet endroit est utilisé depuis au moins cette époque pour la navigation. Le quai de ce port date de 1882, lorsque la commune est autorisée à construire un quai de débarquement et perçoit pour cela une subvention du Conseil général. Le mur, de 10 mètres de long et de 1,50 mètres de haut, constitué de gros blocs de pierre, est construit par Emile Grené, tailleur de pierre de Dompierre. L'aménagement de ce port, comme celui du Bas-Bourg, fait suite aux travaux de régulation du cours du fleuve par la construction des barrages de la Baine et de Saint-Savinien, qui ont rehaussé le niveau minimal de l'eau à leur amont.


Auteur : Pascale Moisdon, avril 2019.

Bibliographie

Chapelot, Jean ; Rieth, Eric. Navigation et milieu fluvial au XIe siècle : l'épave d'Orlac (Charente-Maritime), Paris : Ed. de la Maison des sciences de l'homme, DAF, 1995.

Gailledreau, J.-P. ; Trochut, J.-M. Rapport de prospections subaquatiques sur la Charente. Bulletin de la Société d'archéologie et d'histoire, n° 15, 1988.

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    La vallée de la Charente

    L'opération d'inventaire sur la vallée de la Charente en Charente-Maritime vient de s'achever. Les dossiers en ligne mettent en évidence les liens étroits existant entre le fleuve et l’évolution des activités humaines à travers l’histoire.

  • Actualités

    La Ronde

    L'inventaire de la commune de La Ronde, en Charente-Maritime, vient de s'achever. L'enquête a permis d'identifier 286 éléments du patrimoine (237 dossiers architecture et 49 dossiers objets mobiliers), le tout illustré par près de 1100 images.

  • Statuaire publique

    Le buste d'Ernest Guillemot à Châtellerault

    Le cimetière de Châtellerault renferme le buste d’un militant socialiste, aujourd’hui oublié, Ernest Guillemot. Ce buste est une œuvre inédite d’un sculpteur tout aussi oublié, François Louis Antoine Jusserand.

  • Actualités

    Arçais

    L'inventaire d'une nouvelle commune débute actuellement dans le cadre de l'opération d'inventaire de la vallée de la Sèvre Niortaise. La commune d'Arçais, dans les Deux-Sèvres, est étudiée à partir de janvier 2022.

  • Découvertes

    5 communes des Vals de Saintonge à découvrir

    L'inventaire du patrimoine des Vals de Saintonge est une des plus vastes opérations d'inventaire topographique en France. Les dossiers de 5 nouvelles communes viennent d'être mis en ligne.

  • Découvertes

    Le Jardin de Gabriel s'ouvre aux scolaires

    Le Jardin de Gabriel a récemment accueilli deux classes des écoles voisines de Saint-Hilaire-de-Villefranche et Brizambourg. Une quarantaine d’élèves de CM1-CM2 ont pu découvrir l’univers insolite et poétique créé par Gabriel Albert.

  • Découvertes

    Les écoles et les mairies dans les communes rurales des Vals de Saintonge

    Au 19e siècle apparaît un type architectural pour les écoles et les mairies. Illustration de ce phénomène en Vals de Saintonge.

  • Découvertes

    La restauration d'une statue de danseuse par une étudiante de l'Ecole d'art et de design TALM-Tours

    En vertu du partenariat conclu entre la Région et l’école, Marion Benda a choisi pour son mémoire de fin d’études de restaurer une statue en ciment du Jardin de Gabriel.