Le pont ferroviaire de la Cèpe, à Cabariot

Détail du garde-corps du pont ferroviaire de la Cèpe à Cabariot. © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel. P.  Moisdon, 2017.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 2 mars 2018
 

Construit sur la Charente pour permettre le passage de la voie ferrée entre Rochefort et la Pointe-du-Chapus, le pont de la Cèpe est inauguré en février 1889, en même temps que la ligne de chemin de fer. Cet ouvrage d'art, dont l'aspect a peu changé depuis 130 ans, est un témoin important des nombreux aménagements ferroviaires réalisés à la fin du 19e siècle.

 

La construction du pont de la Cèpe, entre 1883 et 1886, est liée à la création d'une ligne secondaire de chemin de fer entre Rochefort et la Pointe-du-Chapus (embarcadère pour l'île d'Oléron), via Marennes. Longue de 30 kilomètres, cette bifurcation de la ligne de Rochefort à Saintes est notamment destinée à favoriser le développement économique de Marennes, en facilitant le commerce de ses productions (sel, vins, bois, poissons, huîtres), ainsi que des produits chimiques de son usine.

L'implantation du pont à Cabariot, en amont de Rochefort et de Tonnay-Charente, est choisie pour ne pas entraver la navigation et ainsi le commerce de ces deux villes ; le choix de son installation à la Cèpe est lié à la présence dans la Charente, à cet endroit précis, d'un rocher qui facilite les fondations.

Long de 142 mètres, le pont est composé de cinq travées et repose sur deux culées et quatre piles maçonnées dans le lit du fleuve. Le tablier métallique fixe,établi à 4,30 mètres au-dessus de l'eau, permet le passage des gabares. Pour le halage des navires, un quai de plus de 200 mètres de long est édifié sur la rive droite, de part et d'autre du pont.

Il est doté à l'origine d'une travée mobile de 15,50 mètres, escamotable sur la berge, pour le passage des navires à voile. Cette travée tournante est remplacée par une passerelle fixe lors de l'aménagement d'une voie verte et d'une piste cyclable, après l'abandon de la voie de chemin de fer (en 1971 pour les voyageurs et en 1987 pour les marchandises).

Le pont et ses deux pavillons, vers 1930 (?). Archives départementales de la Charente-Maritime.

D'après le dossier documentaire "Le pont ferroviaire de la Cèpe"  de Pascale Moisdon, mars 2018.


Voir

Localiser

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    La vallée de la Charente

    L'opération d'inventaire sur la vallée de la Charente en Charente-Maritime vient de s'achever. Les dossiers en ligne mettent en évidence les liens étroits existant entre le fleuve et l’évolution des activités humaines à travers l’histoire.

  • Actualités

    La Ronde

    L'inventaire de la commune de La Ronde, en Charente-Maritime, vient de s'achever. L'enquête a permis d'identifier 286 éléments du patrimoine (237 dossiers architecture et 49 dossiers objets mobiliers), le tout illustré par près de 1100 images.

  • Statuaire publique

    Le buste d'Ernest Guillemot à Châtellerault

    Le cimetière de Châtellerault renferme le buste d’un militant socialiste, aujourd’hui oublié, Ernest Guillemot. Ce buste est une œuvre inédite d’un sculpteur tout aussi oublié, François Louis Antoine Jusserand.

  • Actualités

    Arçais

    L'inventaire d'une nouvelle commune débute actuellement dans le cadre de l'opération d'inventaire de la vallée de la Sèvre Niortaise. La commune d'Arçais, dans les Deux-Sèvres, est étudiée à partir de janvier 2022.

  • Découvertes

    5 communes des Vals de Saintonge à découvrir

    L'inventaire du patrimoine des Vals de Saintonge est une des plus vastes opérations d'inventaire topographique en France. Les dossiers de 5 nouvelles communes viennent d'être mis en ligne.

  • Découvertes

    Le Jardin de Gabriel s'ouvre aux scolaires

    Le Jardin de Gabriel a récemment accueilli deux classes des écoles voisines de Saint-Hilaire-de-Villefranche et Brizambourg. Une quarantaine d’élèves de CM1-CM2 ont pu découvrir l’univers insolite et poétique créé par Gabriel Albert.

  • Découvertes

    Les écoles et les mairies dans les communes rurales des Vals de Saintonge

    Au 19e siècle apparaît un type architectural pour les écoles et les mairies. Illustration de ce phénomène en Vals de Saintonge.

  • Découvertes

    La restauration d'une statue de danseuse par une étudiante de l'Ecole d'art et de design TALM-Tours

    En vertu du partenariat conclu entre la Région et l’école, Marion Benda a choisi pour son mémoire de fin d’études de restaurer une statue en ciment du Jardin de Gabriel.