Le pont ferroviaire de la Cèpe, à Cabariot

Détail du garde-corps du pont ferroviaire de la Cèpe à Cabariot. © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel. P.  Moisdon, 2017.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 2 mars 2018
 

Construit sur la Charente pour permettre le passage de la voie ferrée entre Rochefort et la Pointe-du-Chapus, le pont de la Cèpe est inauguré en février 1889, en même temps que la ligne de chemin de fer. Cet ouvrage d'art, dont l'aspect a peu changé depuis 130 ans, est un témoin important des nombreux aménagements ferroviaires réalisés à la fin du 19e siècle.

 

La construction du pont de la Cèpe, entre 1883 et 1886, est liée à la création d'une ligne secondaire de chemin de fer entre Rochefort et la Pointe-du-Chapus (embarcadère pour l'île d'Oléron), via Marennes. Longue de 30 kilomètres, cette bifurcation de la ligne de Rochefort à Saintes est notamment destinée à favoriser le développement économique de Marennes, en facilitant le commerce de ses productions (sel, vins, bois, poissons, huîtres), ainsi que des produits chimiques de son usine.

L'implantation du pont à Cabariot, en amont de Rochefort et de Tonnay-Charente, est choisie pour ne pas entraver la navigation et ainsi le commerce de ces deux villes ; le choix de son installation à la Cèpe est lié à la présence dans la Charente, à cet endroit précis, d'un rocher qui facilite les fondations.

Long de 142 mètres, le pont est composé de cinq travées et repose sur deux culées et quatre piles maçonnées dans le lit du fleuve. Le tablier métallique fixe,établi à 4,30 mètres au-dessus de l'eau, permet le passage des gabares. Pour le halage des navires, un quai de plus de 200 mètres de long est édifié sur la rive droite, de part et d'autre du pont.

Il est doté à l'origine d'une travée mobile de 15,50 mètres, escamotable sur la berge, pour le passage des navires à voile. Cette travée tournante est remplacée par une passerelle fixe lors de l'aménagement d'une voie verte et d'une piste cyclable, après l'abandon de la voie de chemin de fer (en 1971 pour les voyageurs et en 1987 pour les marchandises).

Le pont et ses deux pavillons, vers 1930 (?). Archives départementales de la Charente-Maritime.

D'après le dossier documentaire "Le pont ferroviaire de la Cèpe"  de Pascale Moisdon, mars 2018.


Voir

Localiser

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Publications en ligne

    Publication "Grand Châtellerault : Mairé"

    La publication sur le patrimoine de la commune de Mairé vient d'être mise en ligne. Découvrez l'histoire, les paysages et le patrimoine de cette commune de la Communauté d'Agglomération Grand Châtellerault.

  • Actualités

    Annulation de la conférence sur le patrimoine de Saint-Jean-de-Liversay

    Cette conférence, qui était prévue le 14 janvier, à 20h30, en la salle des fêtes de Saint-Jean-de-Liversay, est annulée en raison du contexte sanitaire.

  • Publications en ligne

    Publication "Grand Châtellerault : Leigné-les-Bois"

    L'inventaire du patrimoine de Grand Châtellerault se poursuit. Découvrez dans cette publication en ligne l'histoire, les paysages et le patrimoine de la commune de Leigné-les-Bois.

  • Découvertes

    L'île de la Baine à Chaniers

    L'île de la Baine, sur la Charente, est mentionnée dans les textes dès le début du 14e siècle pour ses moulins. Le lieu a connu d’importants aménagements au milieu du 19e siècle pour faciliter la navigation sur le fleuve.

  • Actualités

    Colloque-webinaire « Participation des jeunes dans l’élaboration des politiques publiques locales »

    Le dernier temps de ce colloque sera consacré à la question du patrimoine lié aux droits culturels et à la jeunesse.

  • 14-18

    Le Poilu mourant en défendant le drapeau

    Peu après la Première Guerre mondiale, un modèle a été choisi par plusieurs communes du Poitou et des Charentes pour orner leur monument aux morts. Un même modèle, mais quatre histoires différentes.