Le pont ferroviaire de la Cèpe, à Cabariot

Détail du garde-corps du pont ferroviaire de la Cèpe à Cabariot. © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel. P.  Moisdon, 2017.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 2 mars 2018
 

Construit sur la Charente pour permettre le passage de la voie ferrée entre Rochefort et la Pointe-du-Chapus, le pont de la Cèpe est inauguré en février 1889, en même temps que la ligne de chemin de fer. Cet ouvrage d'art, dont l'aspect a peu changé depuis 130 ans, est un témoin important des nombreux aménagements ferroviaires réalisés à la fin du 19e siècle.

 

La construction du pont de la Cèpe, entre 1883 et 1886, est liée à la création d'une ligne secondaire de chemin de fer entre Rochefort et la Pointe-du-Chapus (embarcadère pour l'île d'Oléron), via Marennes. Longue de 30 kilomètres, cette bifurcation de la ligne de Rochefort à Saintes est notamment destinée à favoriser le développement économique de Marennes, en facilitant le commerce de ses productions (sel, vins, bois, poissons, huîtres), ainsi que des produits chimiques de son usine.

L'implantation du pont à Cabariot, en amont de Rochefort et de Tonnay-Charente, est choisie pour ne pas entraver la navigation et ainsi le commerce de ces deux villes ; le choix de son installation à la Cèpe est lié à la présence dans la Charente, à cet endroit précis, d'un rocher qui facilite les fondations.

Long de 142 mètres, le pont est composé de cinq travées et repose sur deux culées et quatre piles maçonnées dans le lit du fleuve. Le tablier métallique fixe,établi à 4,30 mètres au-dessus de l'eau, permet le passage des gabares. Pour le halage des navires, un quai de plus de 200 mètres de long est édifié sur la rive droite, de part et d'autre du pont.

Il est doté à l'origine d'une travée mobile de 15,50 mètres, escamotable sur la berge, pour le passage des navires à voile. Cette travée tournante est remplacée par une passerelle fixe lors de l'aménagement d'une voie verte et d'une piste cyclable, après l'abandon de la voie de chemin de fer (en 1971 pour les voyageurs et en 1987 pour les marchandises).

Le pont et ses deux pavillons, vers 1930 (?). Archives départementales de la Charente-Maritime.

D'après le dossier documentaire "Le pont ferroviaire de la Cèpe"  de Pascale Moisdon, mars 2018.


Voir

Localiser

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    L'ethnologue Michel Valière

    Michel Valière, disparu en février 2019, était une personnalité majeure du patrimoine régional. Dans un entretien réalisé par le service des archives de la Région, il témoigne sur son parcours.

  • Actualités

    Conférence "Regards sur le fleuve Charente : l'arrivée du train" le 4 mai à Angoulême

    À l'occasion de la "Fête du fleuve", une conférence, intitulée "Regards sur le fleuve Charente : l'arrivée du train", sera présentée par Pascale Moisdon le 4 mai à Angoulême.

  • Découvertes

    Les trois ports de Dompierre-sur-Charente

    Connus autrefois pour leurs expéditions de vins rouges vers Rochefort et d'eaux-de-vie vers Cognac, ces trois ports témoignent de l’intense trafic fluvial qui existait sur la Charente.

  • Actualités

    Saint-Savin

    L'inventaire du patrimoine de la vallée de la Gartempe se poursuit. Depuis mars 2019, la commune de Saint-Savin est étudiée par Véronique Dujardin, chargée d'étude du patrimoine à la Région Nouvelle-Aquitaine.

  • Les actus du Limousin

    Conférence et exposition sur le patrimoine industriel à Meymac

    Le patrimoine industriel est mis à l’honneur à Meymac (Corrèze), avec une conférence sur les barrages et une exposition sur le patrimoine industriel du Limousin.

  • Découvertes

    Leonard Chodźko

    La sépulture d’un émigré polonais, Leonard Chodźko, a été découverte dans un cimetière de Poitiers. Une occasion de rappeler les liens étroits entre Poitiers et la Pologne depuis le 19e siècle...