La statuaire historique publique

Statuaire publique
 
  • Mis à jour le 25 juin 2019
 

Statue équestre de François 1er à Cognac (Charente), réalisée en 1860 par le sculpteur Antoine Etex et le fondeur François Charnod. © Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / M. Hermanowicz, 1989.

De tout temps honorés, les "grands hommes" de la France, ceux qui ont fait son histoire et sa gloire, sont de plus en plus nombreux à être célébrés après la Révolution de 1789. C'est ainsi qu'au 19e siècle, rois, militaires, hommes politiques, inventeurs, explorateurs et artistes se trouvent statufiés, en pierre, en bronze ou en fonte, pour orner les places et les jardins publics, et ainsi servir de modèle au peuple.

Cette "statuomanie" qui se poursuit jusqu'au début de la Première Guerre mondiale, décline peu à peu au long du 20e siècle, sans jamais vraiment s'éteindre.

On trouve ainsi en Charente, en Charente-Maritime, dans les Deux-Sèvres et dans la Vienne, plus d'une centaine de statues, bustes ou reliefs, dédiés à des personnages illustres. Il s'agit de grands hommes liés à ces territoires par leur naissance ou leur rôle historique : François 1er à Cognac, Jean Guiton à La Rochelle, Théophraste Renaudot à Loudun, Denfert-Rochereau à Saint-Maixent-l'École, Pierre Loti à Rochefort … Parfois aussi, il n'existe aucun lien entre les personnages et les villes ou villages qui présentent leur portrait sculpté, comme Sadi Carnot ou Adolphe Thiers, devenus des symboles pour le pays tout entier.

Un inventaire thématique

Afin de mieux comprendre ce phénomène historique, notamment par la connaissance des commanditaires et des artistes, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de lancer un inventaire de la statuaire publique des personnages historiques, dans les départements de la Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et de la Vienne.

Seront étudiées les œuvres situées dans l'espace public, exécutées aux 19e et 20e siècles et toujours en place, ainsi que celles disparues si elles sont suffisamment documentées.
Les œuvres localisées dans les cimetières pourront être prises en compte, afin de permettre de révéler des personnages locaux moins connus.

Ce travail s'appuie à la fois sur les fonds d'archives (nationales, départementales ou municipales) et les maquettes ou modèles qui peuvent être déposés dans les musées.

Cette étude est menée par Thierry Allard, chercheur à la Région Nouvelle-Aquitaine. L'étude commence avec le département de la Vienne. Les résultats de l'étude seront restitués sous forme d'une publication et d'une exposition.
 

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !