Publication "Le canton de Celles-sur-Belle"

L'abbaye Notre-Dame à Celles-sur-Belle. © Région Poitou-Charentes / R. Jean, 2005.
Publications
 
  • Mis à jour le 4 juillet 2018
 

L'inventaire du patrimoine du canton de Celles-sur-Belle a été conduit entre 1999 et 2004. Initié par le Service régional de l'inventaire, il a été achevé dans le cadre d'une convention avec l'association Maisons paysannes de France.

L'enquête a comporté un recensement et une étude. Le recensement a porté sur l'ensemble des édifices bâtis présents sur le territoire jusqu'aux années 1950 incluses, ainsi que sur les objets des édifices publics et sur l'environnement paysager. L'étude a concerné les édifices et les objets les plus représentatifs et exceptionnels.
1 787 dossiers documentaires numériques ont été établis, illustrés par 7 181 photographies, cartes et plans. 

L'enquête a été conduite par Thierry Allard, Aurélie Cravallée-Liège, Jacqueline Debelle, Pascale Moisdon-Pouvreau, Charlotte Pon-Willemsen et Geneviève Renaud.

Le canton de Celles-sur-Belle

Carte du canton de Celles-sur-Belle, avec mention des forêts et des agglomérations © Région Poitou-Charentes / Z. Lambert, 2005.

Façonné en 1790 et en 1800, le canton de Celles qui devient canton de Celles-sur-Belle en 1892 est situé au sud du département des Deux-Sèvres, entre Niort et Melle. Il compte 10 604 habitants au 1er janvier 2006, répartis sur ses dix communes :

Aigonnay, Beaussais, Celles-sur-Belle (qui a absorbé Verrines-sous-Celles et Montigné, Fressines, Mougon, Prailles, Sainte-Blandine, Saint-Médard, Thorigné et Vitré

L’actuelle Communauté cantonale de Celles-sur-Belle - composée des mêmes communes - appartient, avec les Communautés cantonales de Melle, du Cœur du Poitou, du Lezayen et du Val de Boutonne, au Pays Mellois, qui a obtenu en 2008 le label Pays d'art et d'histoire, attribué par le Ministère de la Culture et de la communication.

 

Paysage de plaine et de bocage

Le canton est parcouru par de nombreux cours d'eau, dont les plus importants sont la Belle, affluent de la Boutonne, et le Lambon, affluent de la Sèvre niortaise.
Au nord, le Lambon traverse les terres rouges à châtaigniers,composées d'argile et de silex et qui portent le bocage. Au sud et à l'ouest, s'étend la plaine, calcaire, couverte de groies (sols caillouteux).

 

Terres agricoles

Une grange au Quaireux, Beaussais. © Région Poitou-Charentes / R. Jean, 2005.

À ces différents natures de sol correspondent des exploitations agricoles spécifiques : cultures céréalières sur les plaines calcaires et polyculture et l’élevage dans les vallées.
En 1800 déjà, selon le rapport du préfet Dupin, l’élevage des bovins destinés au commerce ou aux attelages se pratiquait à Aigonnay, Celles, Mougon, Prailles, Sainte-Blandine, Thorigné et Vitré. Mais en 1800 florissaient aussi l’élevage des moutons et le commerce consécutif de la laine, qui ont disparu, comme les haras muletiers, et les foires nombreuses.

 

Une personnalité locale a marqué de son empreinte l’évolution du phénomène agricole : Jacques Bujault, « avocat laboureur », 1771-1842, qui abandonna le barreau pour se consacrer à une ferme « modèle » à Chaloue, commune de Sainte-Blandine, et composa des « almanachs » pédagogiques et amusants pour convaincre ses compatriotes de la nécessité d’un changement.

La majeure partie de la population, jadis donc composée d’agriculteurs et d’éleveurs, a vécu jusqu'au milieu du 20e siècle dans des hameaux dispersés ; l’évolution de l'agriculture a entraîné une diminution du nombre d'exploitations, et de nombreuses personnes désormais travaillent à Celles-sur-Belle même, ou à Melle, Saint-Maixent-L'École et même Niort. La population a régulièrement augmenté avec le temps, mais on constate trois périodes de fléchissement de son accroissement, les deux guerres mondiales bien sûr, mais aussi, auparavant, l’époque des guerres de Religion.

 

L'empreinte du protestantisme...

Un cimetière privé protestant à la Mouline, sur la commune de Celles-sur-Belle. © Région Poitou-Charentes / R. Jean, 2005.

Celles fait partie du Poitou protestant, et c’est Mougon qui, aux 16e et 17e siècles, fut le centre de cette Église dans la plaine de Niort ; le pays souffrit des "dragons", missionnaires bottés envoyés par Louis XIV pour obtenir des conversions forcées. Les "religionnaires" alors se réunirent souvent la nuit dans les bois lors d’"assemblées du désert", faisant ainsi du pays tout entier un immense lieu de mémoire. Au 19e siècle, la religion put à nouveau être pratiquée en paix, et huit temples furent édifiés dans les douze communes d’alors, mais les traces les plus prégnantes de cette foi dans les paysages du canton sont les multiples cimetières familiaux, tout à la fois composants du souvenir, témoignages historiques et architecturaux et éléments du paysage.

 

… autour d'une abbaye royale

L’Église catholique possède à Celles même un édifice exceptionnel, son abbaye Notre-Dame, issue d’un prieuré fondé au 11e siècle par l’abbaye limousine de Lesterps et qui a donné son nom à la localité : cellula, petit monastère. Vers 1137, le prieuré fut érigé en abbaye ; la construction de l'église abbatiale est contemporaine de cette époque. Ne manquent point à son histoire les miracles : la ville de Saint-Maixent aurait, en 1095, été sauvée de la peste grâce à l'intervention de Notre Dame de Celles, ce qui attira dans la localité un grand nombre de pèlerins (le pèlerinage le plus fameux était la « Septembrèche », le 8 septembre, jour de la Nativité de la Vierge), ni les visiteurs fameux : le pape Clément V en 1305, ni surtout la faveur des rois : Louis XI lui fut fidèle pendant dix ans, de 1463 à 1473, et la combla de dons, en exemptant d’impôts les habitants de la ville.
L’abbaye doit son actuel aspect prestigieux à sa reconstruction après les guerres de Religion, à partir de 1665, sous la direction de François le Duc, dit Toscane.

 

Tuileries, distilleries, moulins...

Ancienne tuilerie de Mortefond à Celles-sur-Belle. Le séchoir dallé et le logement en arrière plan. © Région Poitou-Charentes / G. Renaud, 2004.

Le sol argileux des terres rouges a permis l’installation de quelques tuileries (le préfet Dupin en cite plusieurs en 1800 à Vitré et Prailles ; ces dernières existaient déjà au 15e siècle ; elles furent en activité jusqu’à la fin du 20e) ; à l’inverse, les bancs de calcaire ont été sollicités pour l’établissement de fours à chaux (Vitré, la Cibaudière)– dont le produit trouvait un débouché dans l’agriculture pour l'amendement des terres.
D'autres activités industrielles se sont développées autour de la culture de la betterave dans la plaine : des distilleries d'alcool de betteraves à Celles-sur-Belle et à Mougon - avenue Etienne Girard, la Vieille-Cour - et de l'élevage : des laiteries à Celles-sur-Belle (dans le bourg et à la Mouline). Enfin, parmi les nombreux moulins à eau - dont beaucoup ont disparu – deux sont devenus minoteries : à Celles-sur-Belle et à Fressines.

 

Maisons, ponts, fermes, châteaux...

Ferme à la Bauge sur la commune de Mougon, type de ferme le plus répandu dans le canton. © Région Poitou-Charentes / G. Beauvarlet, 2006.

Celles-sur-Belle, c'est aussi et surtout...

quelque 500 maisons et 700 fermes
une cinquantaine de châteaux et manoirs
des mairies, des écoles des routes et des ponts
des châteaux d’eau
des lavoirs et des puits
des croix de chemin
...
témoins à la fois familiers et uniques d’un quotidien que nous vous invitons à découvrir.

 

Feuilleter la publication


Télécharger

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Conférence de restitution de l'inventaire du patrimoine de Lencloître, le vendredi 29 mars

    Le Pays d’Art et d’Histoire de Grand Châtellerault vous propose une conférence pour (re)découvrir le patrimoine de Lencloître.

  • Actualités

    Saint-Savin

    L'inventaire du patrimoine de la vallée de la Gartempe se poursuit. Depuis mars 2019, la commune de Saint-Savin est étudiée par Véronique Dujardin, chargée d'étude du patrimoine à la Région Nouvelle-Aquitaine.

  • Les actus du Limousin

    Conférence et exposition sur le patrimoine industriel à Meymac

    Le patrimoine industriel est mis à l’honneur à Meymac (Corrèze), avec une conférence sur les barrages et une exposition sur le patrimoine industriel du Limousin.

  • Découvertes

    Leonard Chodźko

    La sépulture d’un émigré polonais, Leonard Chodźko, a été découverte dans un cimetière de Poitiers. Une occasion de rappeler les liens étroits entre Poitiers et la Pologne depuis le 19e siècle...

  • Actualités

    Vallée de la Vienne

    L'inventaire du patrimoine de la vallée de la Vienne a commencé par la commune de Gouex.

  • Actualités

    La première statue du Jardin de Gabriel a 50 ans !

    La première statue du Jardin de Gabriel, réalisée il y a tout juste 50 ans, vient d’être identifiée !