Images de Poilus dans l'espace religieux

Église de Vasles (Deux-Sèvres), détail du vitrail figurant des Poilus dans une tranchée placés sous la protection de la Vierge. Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / T. Allard, 2015.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 27 novembre 2015
 

Destinés à rendre hommage aux soldats tombés pour la France, plus de 30 000 monuments aux morts – dont quelque 1 500 dans l'actuel Poitou-Charentes - sont édifiés entre 1920 et 1925. Conformément à la loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905, les monuments situés dans l'espace public ne doivent porter aucun signe ou emblème religieux, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières et des monuments funéraires. Ainsi trouve-t-on dans certains édifices de la région, des images de Poilus entourés de prêtres ou de figures de l’Église.

Photographies : Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / T. Allard, 2015.

Dans l'église d'Adriers (Vienne)

Un autel dédié aux soldats de la paroisse est orné d'un bas-relief qui montre un Poilu sur le champ de bataille recevant l'extrême-onction et serrant dans sa main une croix suspendue au cou d'un aumônier. Cette représentation est complétée d'une statue de la Vierge de Pitié installée sur l'autel, qui renforce le caractère religieux de la composition.

Dans l'église de Vasles (Deux-Sèvres)

Le monument aux morts de la paroisse est surmonté d'un vitrail encadré de deux bas-reliefs, dont le thème central est le Poilu placé sous la protection divine : au centre, le vitrail figure la Vierge à l'Enfant veillant sur des soldats installés dans une tranchée ; le relief de gauche représente le même soldat qu'à Adriers, recevant à la fois l'extrême-onction des mains d'un aumônier et la couronne du martyr de celles d'un ange ; sur le relief de droite, un autre Poilu gisant sur le champ de bataille reçoit lui aussi la couronne du martyr sous les yeux du Sacré-Cœur apparaissant dans le ciel.

Église de Vasles (Deux-Sèvres), détail du vitrail figurant des Poilus dans une tranchée placés sous la protection de la Vierge. Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / T. Allard, 2015.


Dans l'église d'Availles-en-Châtellerault (Vienne)

La chapelle nord présente une composition en hommage aux soldats de la Grande Guerre. Son autel en pierre est orné d'une sculpture en bas-relief qui illustre un groupe de Poilus réconfortés par le Christ - au centre – et par un ange offrant des couronnes de martyr. Au-dessus de l'autel, une toile peinte figure un paysage dévasté et désolé - arbre déchiqueté, village bombardé - et un seul personnage, une femme en deuil s'éloignant d'une tombe de soldat surmontée d'une croix.


Des croix militaires dans les cimetières

Les tombes de soldats peuvent elles aussi afficher librement des épitaphes au contenu religieux ou arborer des croix indiquant la foi du défunt. Ces croix peuvent être ornées de figures d'anges, d'images de saints ou de motifs symbolisant l’Église. L'une de ces croix est encore visible dans le cimetière d'Airvault (Deux-Sèvres). Elle montre un bas-relief en fonte figurant un Poilu en tenue de fantassin tenant devant lui un fusil ; le soldat est placé en avant d'une croix latine en forme de tronc d'arbre aux branches coupées, d'où sortent des rameaux de chêne et au centre de laquelle prend place un étendard militaire. Ce bas-relief, qui fait la synthèse entre patriotisme et religion, était à l'origine peint en polychromie : pantalon rouge garance et veste bleue.

Cette sculpture porte la signature des fonderies de Portillon, à Saint-Cyr-sur-Loire, près de Tours. Active aux 19e  et 20e siècles, cette entreprise s'est spécialisée dans les articles funéraires, notamment les croix de cimetière et les portes de caveaux. Après la guerre 14-18, elle a produit un grand nombre de croix destinées à être posées sur les tombes des soldats. Plusieurs modèles étaient proposés à la vente, comme celui d'Airvault.

Feuillet extrait d'un catalogue de vente de la fonderie Portillon et proposant des modèles de croix militaires. À droite, un modèle proche de celui d'Airvault. Collection particulière.


Auteur : Thierry Allard.


Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Le Jardin de Gabriel à l’honneur au Festival « Promenons-nous dans les docs »

    Un documentaire sonore de Marc Tournier, consacré au Jardin de Gabriel et intitulé "Un tiroir de sourires", sera diffusé le samedi 21 mai à Dirac (16).

  • Actualités

    Conférence "Le patrimoine de l'après-phylloxéra en Aunis" le 20 mai à Saint-Jean-de-Liversay

    Cette conférence de Pascale Moisdon intervient à l'occasion de la réaffectation de la laiterie de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Actualités

    Visites et spectacle de contes au Jardin de Gabriel les 4 et 5 juin 2022

    À l'occasion des Rendez-vous aux Jardins, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime...

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    L'arsenal de Rochefort

    En 1666, l’implantation d’un arsenal à Rochefort, pour construire et armer la flotte royale, est une prouesse par l’ampleur du projet et la rapidité de son exécution, malgré les multiples contraintes. Une découverte en vidéo !