Les monuments disparus

Les monuments disparus
 
  • Mis à jour le 2 mai 2013
 

Détail d'une vue aérienne de la place Charles De Gaulle à Poitiers, en 1960. En haut de l'image, les anciennes halles construites en 1858 et détruites en 1975. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général du patrimoine culturel / Fonds Henrard.

Parce qu'ils menaçaient ruine ou qu'ils devaient céder leur place à de nouveaux aménagements (équipements publics, voirie...), des éléments du patrimoine de Poitou-Charentes ont disparu au fil du temps.
Avant leur destruction (ou complète transformation) et afin d'en garder la trace, le service de l'inventaire du patrimoine les a parfois photographiés ou étudiés.

Les monuments disparus sont de toute nature : bâtiments civils (maisons, manoirs, hôtels particuliers ou châteaux comme celui du Plessis-Cherchemont à Vausseroux dans les Deux-Sèvres), d'édifices religieux (églises, chapelles ou abbayes) ou publics (écoles, cimetières, ponts, hospices. halles comme les anciennes halles de Poitiers, kiosques ou théâtres comme celui de Segonzac en Charente) ou bien encore de bâtiments agricoles ou industriels...

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !