Monuments disparus : Moulins à vent autour de Monts-sur-Guesnes (Vienne)

Le moulin de Chouppes, vers 1912. Détail d'une carte postale. Dans "Un guide des derniers moulins à vent de la Vienne", par Michel Broquereau, dans le Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest de 1963.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 13 mai 2016
 

De la fin du Moyen Âge jusqu'au 19e siècle, les moulins à vent étaient très présents dans les paysages du nord du département de la Vienne, particulièrement dans le Loudunais et le Mirebalais. Certains ont été sauvés par des passionnés mais beaucoup ont aujourd'hui disparu, leur architecture ou leur emplacement ne permettant pas leur transformation en résidence, contrairement aux moulins à eau.

On peut ne pas croire Rabelais, dont le Gargantua jouait avec un petit moulin à vent fabriqué par ses gouvernantes, qui « pour s'esbattre comme les petits enfans du pays, luy feirent un beau virollet des aesles d'un moulin à vent de Myrebalays ». Mais on pourra constater que sur les cartes, les moulins à vent sont nombreux dans ces régions, sur la carte de Cassini, à la fin du 18e siècle, ou bien, cent ans plus tard, sur celle du Service vicinal de la Vienne, commandée par le Conseil du département. Les inventaires demandés par les ministères ou publiés par les géographes tout au long du 19e siècle en mentionnent aussi plusieurs, en particulier dans cinq communes avoisinant Monts-sur-Guesnes : Chouppes, Coussay, Dercé, Saires et Verrue.

Détail de la carte de Cassini, fin du 18e siècle. Montage des deux cartes RICHELIEU N° 66 et POITIERS N° 67 Géoportail, voir geoportail.gouv.fr (nouvelle fenêtre)

Ces moulins étaient de plusieurs modèles : moulins tours, qui sont ceux dont la silhouette nous est la plus familière, mais aussi moulins turquois – parce qu'on en disait l'idée rapportée d'Orient par les Croisés, moulins à chandelier – parce que leur pivot était inséré dans la maçonnerie comme une bougie dans un chandelier, moulins caviers - parce qu'ils étaient édifiés sur une structure ressemblant à une cave ; c'est ce dernier type dont le canton de Monts présente une singulière concentration.

Les moulins caviers se rencontraient essentiellement dans la vallée de la Loire, et surtout dans le sud-est de l'Anjou. On peut considérer que Monts-sur-Guesnes était l'ultime prolongement géographique de ce type de moulins. Son originalité venait de l'emplacement des meules, à la base d'un cône maçonné, bien au dessous du système de transmission de la rotation. Pour les moulins de Monts, subsistaient, en 1979 et 1980, la tour de maçonnerie (dite massereau), surmontée du cône également maçonné, et le tertre ou masse, qui entourait le massereau, et qui renfermait des salles autrefois destinées à l'entrepôt et au traitement de la farine. Dans un cas (Chouppes), la salle des meules conservait son système de meules à peu près complet. Le remblai entourant le massereau et, le cas échéant, le mur de soutènement qui l'entourait, étaient eux aussi à peu près conservés. Les seuls éléments de charpenterie encore visibles étaient les pieds des moulins, inclus dans le cône des massereaux ; toute la structure portant les ailes avait disparu.

Reproduction de carte postale extraite de « Un guide des derniers moulins à vent de la Vienne », par Michel Broquereau, dans le Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest de 1963. L'image, extraite de la collection d'Augustin Dernier, est datée de 1912. Les ailes délabrées montrent l'abandon du moulin, mais la cage de bois tournante est encore là. Le moulin tour, à gauche, a disparu beaucoup plus tôt que le moulin cavier. L'intérieur du tertre maçonné était, sinon éclairé, au moins aéré, par de petites ouvertures latérales. On remarquera la mise en scène de l'image, avec le personnage féminin en coiffe distribuant à ses poules… du grain.


Moulin de Chouppes, près de Rivault-Brault

Construit sur une hauteur de 14 m, le moulin est au moins antérieur à 1813, puisqu'il figure sur le cadastre ancien, qui date de cette année-là. Dans les années 1960, il ne restait plus que le cône de maçonnerie et la barre de fer verticale qui en sortait. Son exploitation aurait cessé vers 1905 ; le meunier, Amauger ou Amangé (les documents portent des noms légèrement différents), y broyait 15 hectolitres de blé par jour, qu'il charroyait au moulin avec un attelage de deux mulets. Il avait auprès du moulin sa maison, qui comportait une dépendance. En 1979, on pouvait encore pénétrer à l'intérieur par une entrée basse, voûtée en plein cintre, et soutenue par un mur en pierre de taille. À 10 mètres environ de cette entrée se trouvaient les vestiges de la meule, avec, au centre, le pivot, qui sortait au-dessus par le sommet du cône. À droite était une porte qui permettait un accès au niveau supérieur, à gauche un tunnel qui débouchait dans la maison du meunier, alors partiellement effondrée dans la cave.

Photographies : Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Geneviève Renaud, 1979.


Moulin de la Gloriette à Coussay

Ce moulin n'apparaît pas sur le cadastre de 1813.
Du cône de maçonnerie ne subsistait plus en 1980 qu'un vestige de moins de 2 mètres de hauteur, couvert d'un toit incliné vers l'ouest. Les voûtes du tertre abritaient un cellier ; des ruches avaient été installées aux alentours.

Photographies : Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Geneviève Renaud, 1980.


Moulin des Roches à Coussay

Le moulin des Roches n'apparaît pas sur le cadastre de 1813. Le cône de maçonnerie était jadis surmonté, au sud, de balises de triangulation géographique militaires.

Photographies : Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Geneviève Renaud, 1980.


Moulin-Renault à Saires

Élevé sur une faible hauteur, il apparaît sur le cadastre de 1813.
Dans un local indépendant du moulin était installé un four destiné à la cuisson du pain.
Le Dictionnaire topographique du département de la Vienne de Louis Rédet (1881) mentionne un Moulin-Renault en 1559, mais il s'agit d'un moulin à eau.

Photographies : Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Geneviève Renaud, 1980.


Moulin du Pré-Moinet à Verrue

Ce moulin semble aussi désigné sous le nom de moulin de la Butte de Dandésigny. Il ne figure pas sur le cadastre de 1813. Il s'élève sur une hauteur de 124 m.

Photographies :Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Geneviève Renaud, 1980.


Auteur : Marie-Paule Dupuy, mai 2016.

Bibliographie

  • BROQUEREAU, Michel. « Un guide des derniers moulins à vent de la Vienne ». Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4e s., t. 7, 1963-1964, p. 167-214 : ill. Tous les moulins caviers du canton de Monts signalés par Michel Broquereau ont été retrouvés lors des enquêtes d'inventaire des années 1970 et 1980. En revanche il en évoque un autre, le moulin Guillon, à Dercé, qui n'a pas été mentionné. Il explique que madame Guillon mère, née en 1876, ne l'avait jamais vu fonctionner, et qu'il restait de ce moulin dans les années 1960 le socle de maçonnerie, le pivot, et que les voûtes abritaient une buanderie et un débarras.
     
  • CENTRE DE RECHERCHES SUR LES MONUMENTS HISTORIQUES (MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION, DIRECTION DU PATRIMOINE). Moulins à vent. Nouvelle édition, augmentée de la "Description du moulin à vent", ajoutée par La Hire à "L'art de charpenterie" de Mathurin Jousse en 1702 et de la partie "Moulin à vent" du tome 1er des volumes de planches de l'"Encyclopédie" de Diderot et d'Alembert, 1762 / comment. Chris Gibbings. Paris : Ministère de la Culture et de la Communication, Direction du patrimoine, 1987. VI-68 p. : ill. ([Albums du Centre de recherches sur les Monuments historiques]).
     
  • DUMARTRAY, Jacques. « Au fil de mes souvenirs ». La Gazette du Loudunais, n° 128, juin 1977, p. 1.
     
  • INVENTAIRE GENERAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Pays-de-la-Loire. Moulins d'Anjou / réd. Christian Cussonneau, photogr. François Lasa, Bruno Rousseau. Nantes : Inventaire général Pays-de-la-Loire, 1991. 16 p., ill. (Itinéraires du patrimoine ; 4).
     
  • INVENTAIRE GENERAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Pays-de-la-Loire. Moulins d'Anjou / réd. Christian Cussonneau, photogr. François Lasa, réd. Bruno Rousseau. Nantes : Association pour le développement de l'Inventaire général, 1991. 64 p., ill. (Images du patrimoine ; 90).

Voir


Localiser

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Exposition "Au fil de l'eau : le patrimoine des rivières en Nouvelle-Aquitaine"

    La nouvelle exposition réalisée par les Services Patrimoine et Inventaire de la Région Nouvelle-Aquitaine.

  • Actualités

    Film "Le Jardin de Gabriel : premiers travaux, un éclat retrouvé"

    Grâce aux premiers travaux de restauration réalisés par la Région Nouvelle-Aquitaine depuis novembre 2017, le jardin de Gabriel a retrouvé en partie son éclat...

  • Actualités

    Une nouvelle opération d'inventaire : Niort Agglo

    La Communauté d'Agglomération du Niortais mène depuis août une opération d'inventaire du patrimoine sur les 42 communes de son territoire, en collaboration avec la Région.

  • Publications en ligne

    Vallée de la Gartempe : NALLIERS

    Découvrez dans cette publication en ligne l'histoire, les paysages et le patrimoine de la commune de Nalliers, profondément liés la Gartempe.

  • Découvertes

    La « maison du médecin » à Saint-Pierre-de-Maillé

    En 1936, la commune de Saint-Pierre-de-Maillé déplorait une pénurie de médecins et décidait d'y répondre en construisant un logement...

  • Actualités

    Journées d'études "Ouvrages et usages du patrimoine de l’eau des rivières" les 17 et 18 octobre 2018

    Les prochaines journées d'études des Services Patrimoine et Inventaire de la Région Nouvelle-Aquitaine se tiendront à Angoulême...

  • Actualités

    Les bateaux monuments historiques en Nouvelle-Aquitaine

    En France, plus de 200 bateaux sont aujourd'hui protégés au titre des monuments historiques. Parmi eux, 104 ont leur port d'attache en Nouvelle-Aquitaine. De pêche ou de plaisance...

  • Actualités

    Exposition "Les lieux de pouvoir de l'an mil à nos jours en Nouvelle-Aquitaine"

    L'exposition est présentée à la Maison de la Région à Poitiers, salle Mathilde Mir, jusqu'au 31 octobre.