Monuments disparus : Monument funéraire de Pierre Caillet, cimetière Cadet, Niort (Deux-Sèvres)

Le buste disparu de la tombe de Pierre Caillet.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 17 mars 2016
 

Dans les cimetières, les monuments funéraires qui comportent des statues et des ornements de bronze peuvent être vandalisés et privés des bustes ou des médaillons qui les ornaient et perpétuaient le souvenir des défunts. Ce fut le cas, il y a une dizaine d'années, pour la tombe de Pierre Caillet, au cimetière Cadet de Niort.

 

Pierre  Caillet (1834-1887)

Né à Aiript (communes de Sainte-Néomaye et de Romans, Deux-Sèvres), le 21 octobre 1834, Pierre Caillet, fils d’agriculteurs protestants et républicains, apprend seul plusieurs langues vivantes et anciennes et se dote d’une prodigieuse culture littéraire. Il devient poète (Les Garibaldiennes). Il se lance dans une entreprise de distillerie de betterave sucrière, implantée dans son village natal. Elle sera un échec.
Il écrit en même temps, en 1868, Michelle, roman rustique où l’on sent l’influence de George Sand. Michelle est sa première œuvre en prose. Il est ardent propagandiste agricole, dans la lignée du philosophe agriculteur Jacques Bujault, et aussi homme politique et militant de gauche passionné, journaliste enfin, dans divers organes poitevins et charentais, dont Le Mémorial des Deux-Sèvres. Malgré l'accablement dans lequel le plongea le décès de son fils en 1882, il crée en 1883 Le Républicain de l’Ouest, qui deviendra Le Courrier de l’Ouest. Il meurt de la typhoïde à Niort le 5 janvier 1887.

Un buste du sculpteur Baptiste Baujault (La Crèche, 1828-1899)

Le buste disparu, qui datait de 1888, avait été commandé au sculpteur Baptiste Baujault, lui aussi né dans le pays créchois et fervent républicain, pour orner le monument funéraire qui s'élève à droite, dans l'enclos familial des Caillet.
Pierre Caillet, au visage long, amaigri, avait une physionomie grave et un peu absente. Raie à gauche, barbu, il était revêtu d’une veste, d’un gilet et d’une cravate.
En haut de la dalle, au centre, s’éparpillaient plusieurs ouvrages et journaux de bronze sur lesquels reposait une plume brisée. Ils portaient les inscriptions suivantes : "Le Républicain de l'Ouest / Fondateur Pierre Caillet", et, de gauche à droite : "Epis et Bluets Poésies 1864", "Les Garibaldiennes", "La Guerre par Pierre Caill/" et, à l'envers : "Michelle". C'étaient là quatre parmi la douzaine des œuvres écrites par Caillet.
La face du piédestal soutenant le buste portait ces mots : "A Pierre Caillet / 1834-1887 / Ses amis"

La dalle funéraire quant à elle est toujours là. Extrêmement sobre et linéaire, d’une facture qui paraît postérieure au style des monuments funéraires de la fin du 19e siècle, elle a la forme d’un livre ouvert et retourné, dos en l’air. Le pied de la dalle porte la signature de l’architecte, P. Murison.


Auteur du texte et des photographies : Marie-Paule Dupuy

Bibliographie

  • MOISDON, Pascale. Distillerie de betteraves d'Aiript, commune de Romans (Deux-Sèvres). Dossier d'étude au titre du repérage du patrimoine industriel, Région Poitou-Charentes, 2004.
  • MUSU, Raoul ; RENAUD, Jacques. « Pierre Caillet ». Revue générale du Centre-Ouest de la France, mars 1935, p. 229-236.
  • MUSU, Raoul. A la recherche de... Pierre Caillet / préface de Pierre Moinot. - Lyon : Césura Lyon Edition, 1987.
  • « Baptiste Baujault, artiste statuaire. La Crèche (Deux-Sèvres) : 19 avril 1828 - 27 novembre 1899. » Aguiaine : revue de la Société d’Ethnologie et de Folklore du Centre-Ouest, t. 31, n° 215, novembre-décembre 1999, p. 3-31 : ill.
  • « Baptiste Baujault, artiste statuaire. La Crèche, Deux-Sèvres, 19 avril 1828 - ibid., 27 novembre 1899. Catalogue raisonné de l’œuvre. » Bulletin de la société historique et archéologique du Val de Sèvre, Saint-Maixent-l’Ecole, Deux-Sèvres. Supplément au bull. de décembre 2002. - 138-[1] p. : 42 ill. en noir et blanc, ill. en couv.

Voir

Localiser

 

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !