Monuments disparus : Château d'Asnières-sur-Blour (Vienne)

Le château d'Asnières-sur-Blour, dans la Vienne, au début du 20e siècle. Carte postale, Marsaudon éditeur.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 13 janvier 2016
 

Certaines demeures anciennes, abandonnées, difficiles à entretenir, peuvent disparaître complètement, en un temps très court. Seules subsistent leurs dépendances, devenues bâtiments agricoles. La confrontation de photographies, parfois prises à vingt ans d'écart seulement, fournit une image saisissante de cette disparition. C'est le cas pour le château d'Asnières-sur-Blour, dans la Vienne.

En 1980, le château a été totalement détruit. C'est le rideau des arbres de l'ancien parc, au sud, qui paraît à l'horizon. La grille et les dépendances, elles, sont toujours là, presque dans le même état qu'au début du 20e siècle. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / A. Maulny, 1980.

En 1980, le château a été totalement détruit. C'est le rideau des arbres de l'ancien parc, au sud, qui paraît à l'horizon. La grille et les dépendances, elles, sont toujours là, presque dans le même état qu'au début du 20e siècle.

Ce château, dépendant de la seigneurie de L'Isle-Jourdain, appartenait aux Guiot d'Asnières, dont la plus ancienne mention connue remonte à 1323. La famille Guiot comprenait de multiples ramifications, dont l'autorité s'étendait, peu ou prou, à tout le territoire situé entre Chabanais (Charente) au sud, Saint-Savin (Vienne) au nord, Civray (Vienne) à l'ouest et Le Dorat (Haute-Vienne) à l'est. Une des branches avait aussi des possessions en Bretagne.

Le logis du château d'Asnières, dont on a le dernier souvenir avec les photographies des années 1960 présentées ici, pouvait remonter au 17e siècle. Il fut occupé au moins jusqu'en 1836, année où y mourut l'avant-dernier représentant des Guiot d'Asnières. Un de ses treize enfants, sans descendance, finit quant à lui ses jours, en 1881, au château de la Roche de Moussac, commune proche d'Asnières. Peut-être alors le château d'Asnières n'était-il déjà plus habitable.

Situé au nord-est du bourg d'Asnières, il s'élevait entre une cour encadrée de dépendances, au nord, et un parc, au sud. Une sorte de canal nommé "la Mer rouge" reliait, au sud-ouest, un vaste étang au hameau Chez-Normand. Faut-il voir, dans ce nom, un "souvenir" familial ? Un des Guiot, d'une branche autre que celle des Asnières, avait participé à la septième croisade. La demeure comportait deux étages, dont un dans les combles. Cinq rangées verticales de fenêtres à petits carreaux et une porte centrale en plein cintre les éclairaient ; dans les années 1960, les fenêtres avaient encore toutes leurs traverses en bois. Deux petites ailes, à l'est et à l'ouest, comportaient chacune une rangée d'ouvertures. Le château était construit en granit, avec une toiture à la Mansart ; le toit des dépendances était à deux pans.

Un puits, presque au centre de la cour, un peu à l'est, était encore visible dans les années 1980. Sa margelle très basse était faite d'une seule pierre circulaire.


Auteur : Marie-Paule Dupuy

Bibliographie

  • BEAUCHET-FILLEAU, H. ; CHERGÉ, Charles de. Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou. Volume 4 : [GAU-HERB] / éd. Paul Beauchet-Filleau. Seconde édition. (Fontenay-le-Comte : Impr. Lussaud), 1963.
  • EYGUN, François. Art des pays d'Ouest. Arthaud, 1965, p. 245.
  • RÉDET, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne. Paris : Imprimerie nationale, 1881.
  • RENAUD, Madeleine. Enquête de préinventaire dans l'arrondissement de Montmorillon. Dossier du 19 mai 1980 sur le château d'Asnières. 10 p : ill.

Voir

Localiser

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !