Monuments disparus : Hôtel de Brosse, 65 rue Théophraste-Renaudot, Poitiers (Vienne)

Détail d'un plafond peint de l'hôtel de Brosse à Poitiers.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 23 juillet 2015
 

Avant l'affirmation d'une politique en faveur de la réhabilitation de l'habitat ancien, à la fin des années 1970, de nombreux logements ont été démolis et remplacés par des immeubles neufs. Ainsi l'hôtel de Brosse, 65 rue Théophraste-Renaudot à Poitiers, édifié au 19e siècle, a-t-il fait place en 1971 à l'actuelle résidence Renaudot.

L'hôtel de Brosse tenait son nom de la famille Gaborit de La Brosse. Originaire de Vendée, elle avait donné, dès le début du 18e siècle, plusieurs notables à la ville de Poitiers. L'hôtel fut édifié dans les années 1840-1850 par Adolphe François Gaborit de La Brosse (1801-1880), et son épouse Thérèse Marie Charlotte Célinie d'Aviau. Après leur mort, il fut habité par une famille apparentée, les Gaborit de Montjou. Ces derniers l'avaient déjà abandonné, en 1970, pour faire de leur domaine campagnard, l'abbaye de Bonnevaux à Marçay, leur résidence principale.

Photographies de l'hôtel de Brosse, 65 rue Théophraste-Renaudot, à Poitiers, en 1970, pendant sa démolition. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / A. Maulny, 1970.

Cet hôtel était un exemple parfait de l'architecture éclectique en vogue sous le second Empire et la troisième République, qui empruntait des éléments aux styles de toutes les époques passées. À l'hôtel de Brosse, le goût de la Renaissance avait été privilégié pour l'ornementation extérieure. Des coquilles et des médaillons de pierre avaient été appliqués sur les murs, construits en moellons et crépis. Girouettes, épis de faîtage, pinacles et pots à feu, tant de métal que de pierre, ornaient en abondance les lucarnes et les toitures. Le blason des Gaborit de Montjou, surmonté d'une couronne comtale, apparaissait un peu partout.

Les aménagements intérieurs s'inspiraient également de l'art de la Renaissance, mais aussi de ceux du 18e siècle et du Moyen Âge « gothique ». Le confort cependant n'avait pas été oublié, comme en témoignaient les grilles au-dessus des arrivées d'air chaud, dans les parquets...

Photographies de l'hôtel de Brosse, 65 rue Théophraste-Renaudot, à Poitiers, en 1970, pendant sa démolition. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / A. Maulny, 1970.

Seule subsiste actuellement de cet hôtel… la cave. Datant du 12e siècle, elle fut tout d'abord le cellier de la chantrerie de la collégiale Saint-Hilaire ; protégée au titre des monuments historiques dès 1965, elle héberge désormais un restaurant.

Photographies © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / C. Rome, 2015.

Auteur : Marie-Paule Dupuy

Voir

Localiser

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !