Monuments disparus : Cimetières de Mouton (Charente)

L'ancien cimetière de Mouton, en Charente.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 23 juillet 2015
 

Les cimetières meurent aussi. Nombre de ceux qui s'étendaient autrefois autour des églises ont été déplacés, pour des raisons d'hygiène, ou encore parce qu'ils devenaient trop exigus. Parfois aussi, ils ont laissé leur place à des bâtiments et le plus souvent, à la fin du 19e siècle, ils sont devenus places publiques. Les nouveaux cimetières ont quelquefois été désaffectés à leur tour, comme celui de Mouton.

Le cimetière de Mouton avait été déplacé en 1830. En 1972, ce nouvel emplacement était devenu trop petit et trop intégré dans le tissu urbain. Le cimetière fut supprimé et les tombes dispersées. Les plus anciennes d'entre elles étaient celles de religieux du prieuré Saint-Martial, et provenaient du cimetière déplacé en 1830. Il en restait une douzaine ; les autres avaient été remployées dans le mur de clôture du nouveau cimetière, qui allait disparaître en 1972.

"Tombe du curé", "tombe du charpentier"...

Le plus souvent taillées en bâtière (à deux versants), les tombes portaient sur l'arête centrale des croix en relief, assez identiques. L'une d'elles montrait une croix incisée, inscrite dans un cercle et soutenue par une hampe, et une main avec un manipule, ornement liturgique recouvrant le poignet du prêtre pendant la messe. Elle était localement qualifiée de « tombe du curé ». Une autre représentait deux araires (charrues primitives). Une autre encore était dite « tombe du charpentier » et portait sur le côté une herminette et une équerre. Ces outils avaient-ils été gravés ultérieurement, lors d'un remploi de la pierre tombale ?

... tombe maçonnique

La plus curieuse était constituée d'une stèle, à la corniche ornée de moulurations, et surmontée d'un fronton arrondi. Le revers portait l'inscription : "AU REGRET DES ENFANS DE SALOMON", surmontée du dessin très stylisé du compas et de l'équerre.  Ce dessin était encadré des lettres JBRS : s'agissait-il des initiales de Jachim, Boaz, Roi, Salomon ? Jachim et Boaz étaient les deux colonnes placées par Salomon à l'entrée du Temple de Jérusalem. Elles sont devenues des emblèmes maçonniques.

Ainsi, de l'époque médiévale à cette stèle du début du 19e siècle, les mêmes symboles ou presque figuraient sur les tombeaux à Mouton.

Vue du cimetière de Mouton, du côté de l'église, à la fin de l'année 1971. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / A. Maulny, 1971.

Auteur : Marie-Paule Dupuy

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Publications

    Publication "Focus Dangé-Saint-Romain"

    La publication sur le patrimoine de la commune de Dangé-Saint-Romain vient d'être mise en ligne. Découvrez l'histoire, les paysages et le patrimoine de cette commune de la Communauté d'Agglomération Grand Châtellerault.

  • Actualités

    Le Vanneau-Irleau

    L'inventaire d'une nouvelle commune débute actuellement dans le cadre de l'opération d'inventaire de la vallée de la Sèvre Niortaise. La commune du Vanneau-Irleau, dans les Deux-Sèvres, est étudiée à partir de septembre 2022.

  • Découvertes

    Les châteaux et manoirs de Persac

    Treize châteaux, manoirs et demeures de villégiature, dont la construction s’étale entre la fin du Moyen-Age et la fin du 19e siècle, voire au tout début du 20e, ont été repérés sur la commune de Persac...

  • Statuaire publique

    Le portrait de Samuel Périvier à Angles-sur-l'Anglin : une oeuvre inédite d'un général-sculpteur, devenu député, Eugène Riu

    Ce sculpteur au parcours étonnant a pu être identifié grâce à l'opération d'inventaire de la statuaire publique.

  • Actualités

    Availles-Limouzine

    L'inventaire du patrimoine des communes de la vallée de la Vienne se poursuit, à partir de juin 2022, par l’étude de la commune d'Availles-Limouzine.