Monuments disparus : Batteries aux Portes-en-Ré (Charente-Maritime)

Carte de l'île de Ré en 1742 (détail). Musée Cognacq, Saint-Martin-de-Ré.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 23 juillet 2015
 

La disparition du patrimoine militaire peut avoir plusieurs origines. La première d'entre elles est naturellement la guerre ; ou encore, fortifications et remparts peuvent être démantelés à la suite d'une décision ou d'un changement politique ; les installations militaires enfin perdent rapidement leur fonctionnalité, du fait de la prompte évolution des techniques en ce domaine. C'est le cas, parmi tant d'autres, pour les batteries de l'île de Ré.

Aux Portes-en-Ré, par exemple, six batteries, éléments de fortification servant à disposer les pièces d'artillerie, avaient été progressivement établies à partir de la fin du 17e siècle. Inspectées chaque année, maintes fois réparées et améliorées pendant deux siècles, elles disparurent bien avant la Première Guerre mondiale. Le manque d'entretien, la structure peu élaborée de certaines - simples épaulements de pierre sèche -, ainsi que l'action de la mer et des tempêtes ont peu à peu effacé leurs traces.

Carte de l'île de Ré en 1742 (détail). Musée Cognacq, Saint-Martin-de-Ré. Reproduction Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / J.-P Joly, 1977.

La Batterie royale...

L'une des batteries, située à l'est des Portes, en face des côtes de Vendée, a ainsi subi, entre les 24 et 26 février 1838, une tempête qui la dévasta ; dès le 9 mars suivant, l'ingénieur militaire compétent listait les dégradations dans un "mémoire". Cette batterie d'ailleurs a été particulièrement marquée par les remous de l'Histoire... dans son nom. Batterie royale depuis sa fondation, probablement en 1734, elle est devenue Batterie républicaine ci-devant royale en 1793, puis Batterie nationale entre 1795 et 1811, puis à nouveau Batterie royale en 1817, à la Restauration, et Batterie nationale en 1848, au moment de la révolution ; mais elle était encore dite nationale en 1854, sous le second Empire.

... pour tirer à boulets rouges

Dans certaines batteries, en arrière de la ligne des pièces à feu, on construisait parfois des "fourneaux à rougir les boulets" ; ce fut le cas en 1793 pour cette Batterie républicaine. Ces fours étaient spécifiques des batteries du littoral ; la menace de boulets chauffés au rouge empêchait l'approche des navires ennemis. L'expression "tirer à boulets rouges" est le souvenir de cette pratique...

Auteur : Marie-Paule Dupuy

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !