Monuments disparus : Batteries aux Portes-en-Ré (Charente-Maritime)

Carte de l'île de Ré en 1742 (détail). Musée Cognacq, Saint-Martin-de-Ré.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 23 juillet 2015
 

La disparition du patrimoine militaire peut avoir plusieurs origines. La première d'entre elles est naturellement la guerre ; ou encore, fortifications et remparts peuvent être démantelés à la suite d'une décision ou d'un changement politique ; les installations militaires enfin perdent rapidement leur fonctionnalité, du fait de la prompte évolution des techniques en ce domaine. C'est le cas, parmi tant d'autres, pour les batteries de l'île de Ré.

Aux Portes-en-Ré, par exemple, six batteries, éléments de fortification servant à disposer les pièces d'artillerie, avaient été progressivement établies à partir de la fin du 17e siècle. Inspectées chaque année, maintes fois réparées et améliorées pendant deux siècles, elles disparurent bien avant la Première Guerre mondiale. Le manque d'entretien, la structure peu élaborée de certaines - simples épaulements de pierre sèche -, ainsi que l'action de la mer et des tempêtes ont peu à peu effacé leurs traces.

Carte de l'île de Ré en 1742 (détail). Musée Cognacq, Saint-Martin-de-Ré. Reproduction Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / J.-P Joly, 1977.

La Batterie royale...

L'une des batteries, située à l'est des Portes, en face des côtes de Vendée, a ainsi subi, entre les 24 et 26 février 1838, une tempête qui la dévasta ; dès le 9 mars suivant, l'ingénieur militaire compétent listait les dégradations dans un "mémoire". Cette batterie d'ailleurs a été particulièrement marquée par les remous de l'Histoire... dans son nom. Batterie royale depuis sa fondation, probablement en 1734, elle est devenue Batterie républicaine ci-devant royale en 1793, puis Batterie nationale entre 1795 et 1811, puis à nouveau Batterie royale en 1817, à la Restauration, et Batterie nationale en 1848, au moment de la révolution ; mais elle était encore dite nationale en 1854, sous le second Empire.

... pour tirer à boulets rouges

Dans certaines batteries, en arrière de la ligne des pièces à feu, on construisait parfois des "fourneaux à rougir les boulets" ; ce fut le cas en 1793 pour cette Batterie républicaine. Ces fours étaient spécifiques des batteries du littoral ; la menace de boulets chauffés au rouge empêchait l'approche des navires ennemis. L'expression "tirer à boulets rouges" est le souvenir de cette pratique...

Auteur : Marie-Paule Dupuy

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Publication des dossiers de Leigné-les-Bois

    Dans la communauté d'agglomération de Grand Châtellerault, l’étude d’inventaire du patrimoine de la commune de Leigné-les-Bois est terminée. Les dossiers viennent d'être publiés.

  • Découvertes

    Album-photos : Saint-Jean-de-Liversay

    L'inventaire du patrimoine des rives de la Sèvre Niortaise sur la commune de Saint-Jean-de-Liversay est terminé. Découvrez en ligne l'album-photos du patrimoine de la commune.

  • Publications en ligne

    Publication "Grand Châtellerault : Orches"

    L'inventaire du patrimoine de Grand Châtellerault se poursuit. Découvrez dans cette publication en ligne l'histoire, les paysages et le patrimoine de la commune d'Orches.

  • Actualités

    Vallée de la Sèvre Niortaise

    L'inventaire du patrimoine des communes riveraines de la Sèvre Niortaise se poursuit avec la publication des dossiers de la commune de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Les actus du LIMOUSIN

    Villard et Méasnes : deux nouvelles communes creusoises à découvrir

    L’Inventaire du patrimoine de la communauté de communes du Pays Dunois, dans la Creuse, se poursuit avec la publication des dossiers des communes de Villard et de Méasnes.

  • Les actus du LIMOUSIN

    L’inventaire du patrimoine de la commune d’Aubusson, en Creuse, est en ligne

    L’histoire de la commune est marquée par une implantation humaine ancienne et un développement original autour de la tapisserie, qui en a fait la première ville industrielle du département.