Monuments disparus : Établissement de bains de Chasseigne à Poitiers (Vienne)

La manufacture de brosses, boulevard Chasseigne à Poitiers, avant sa démolition en 1974. Les bâtiments ont abrité pendant tout le 19e siècle un établissement de bains.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 23 juillet 2015
 

Les bains publics, héritiers lointains des thermes antiques et des étuves médiévales, étaient plutôt nombreux en Occident, tant que les maisons particulières ne furent pas dotées d'équipements individuels. Aujourd'hui, quelques « bains-douches » ont été transformés, par exemple en salles d'expositions ; certains d'entre eux en revanche, comme celui qui existait le long du boulevard Chasseigne à Poitiers, ont disparu.

Des bains réputés pendant tout le 19e siècle

Construits en 1801, les bains de Chasseigne avaient une haute réputation, au point de faire donner, en 1851, le nom de boulevard des Bains à l'actuel boulevard Chasseigne. Au milieu du bâtiment, qui avait une centaine de mètres de long, un vestibule séparait les bains des hommes de ceux des femmes. Ils étaient composés de douze pièces avec baignoire de cuivre étamé et arrivée d'eau chaude et d'eau froide, de chambres avec lits de repos, et de deux salons où l'on servait des consommations.

Vue générale de la manufacture de brosses, boulevard Chasseigne à Poitiers, avant sa démolition en 1974. Les bâtiments ont abrité pendant tout le 19e siècle un établissement de bains. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / A. Maulny. Vue générale de la manufacture de brosses, boulevard Chasseigne à Poitiers, avant sa démolition en 1974. Les bâtiments ont abrité pendant tout le 19e siècle un établissement de bains. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / A. Maulny.

La manufacture de brosses Barot

Une fabrique de brosses voisine, la maison Barot, racheta l'établissement en 1870. Mais l'exploitation des bains se poursuivit, et ils prirent en 1889 une spécialisation d'hydrothérapie. La manufacture de brosses occupa l'ensemble des locaux en 1902-1903... et le boulevard fut nommé le boulevard des Brosses, jusqu'à ce que son élargissement nécessite la démolition de l'édifice, qui eut lieu entre 1970 et 1974.

L'architecte Zacharie Galland

L'initiateur et l'architecte de ces bains était Zacharie Galland. Né en 1760, il s'était associé avec un autre entrepreneur de travaux publics, Louis Jacques Guignard, pour les construire, le long de la voie qu'il avait lui-même percée, à partir de 1791, par un marché avec la ville de Poitiers. Galland et Guignard, entre 1804 et 1808, rachèteront l'étang de Saint-Hilaire et l'assécheront. Galland édifiera sur sa part un hospice, qui ne sera pas achevé en 1821 au moment de son décès. Cet hospice est devenu la clinique du Pont-Achard, puis l'Institut régional du travail social.

La façade des bains était en pierre de taille, d'esprit classique. Elle était dotée d'un avant-corps central orné de colonnes de style toscan, et de pavillons aux extrémités. Elle a été conservée. Jean Magnant, formateur à l'Institut régional du travail social (14 février 1949-2 janvier 2013), auquel ce texte doit beaucoup, était un passionné de Zacharie Galland. Il aurait souhaité le remontage de la façade dans les « terrains Montenay », le long de la route de la Cassette, acquis par la Communauté d'agglomération dans le cadre du Parc naturel urbain.

Auteur : Marie-Paule Dupuy
 

Voir

  Publication « De la porte de Pont-Achard à l'Institut Régional du Travail Social (IRTS)


 

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !