Monuments disparus : Chapelles dans l'ancien enclos du Sacré-Cœur, rue des Feuillants à Poitiers (Vienne)

Une des chapelles dans l'ancien enclos du Sacré-Cœur, rue des Feuillants à Poitiers, détruites lors du percement de la voie Malraux.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 23 juillet 2015
 

Les jardins de l’ancien Sacré-Cœur s'étendent entre la rue des Feuillants et le boulevard de Lattre-de-Tassigny. Ils se prolongeaient plus à l'ouest avant le percement de la voie Malraux qui en a rogné une large portion, rasant pêle-mêle, avec la grille orientale ornée d’un double cœur, arbres, allées, dépendances et chapelles.

Deux chapelles construites au 19e siècle présentaient un intérêt particulier.
La première aurait été un oratoire de retraite pour les novices postulant leur entrée dans la congrégation du Sacré-Cœur. C'était un petit édifice néo-gothique ; plusieurs édicules de ce style, chapelles funéraires, ont été à ce jour conservés dans des cimetières. Les murs étaient en moellons enduits, sauf la façade, en pignon, édifiée en pierre de taille. Cette façade était encadrée de deux pilastres achevés par des clochetons. Au-dessus de la porte, ornée d’une mouluration en accolade, une rosace de pierre éclairait l’intérieur. Une même mouluration soulignait les deux fenêtres latérales en arc brisé. Le sol était dallé ; une marche permettait l’accès au chœur, en hémicycle, orienté vers le nord-ouest. Une fausse voûte de plâtre, en berceau, s’achevait en cul-de-four au-dessus de ce chœur. Des nervures s’y rejoignaient en une clef pendante assez ouvragée. Les deux nervures les plus proches de l’entrée venaient s’appuyer sur des colonnettes engagées, aux chapiteaux ornés de crosses de fougères et de feuilles d’acanthe stylisées. Des fleurs de lys peintes, inclinées, tapissaient régulièrement les parois.

Album-photos

© Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Alain Maulny, 1974.

L’autre chapelle était un petit édifice cubique très sommaire, au toit à quatre pans couverts d’ardoise et percé d'une seule ouverture : la porte… Mais elle portait une charge mémorielle importante comme le rappelait une plaque commémorative, enlevée avant les travaux de percement de la voie. Il s’agissait en effet du lieu de retraite de Madeleine Sophie Barat (1779-1865, béatifiée en 1908, canonisée en 1925), fondatrice de l’ordre et des institutions du Sacré-Cœur.
La Mère Barat a séjourné plusieurs fois en ce lieu, où elle avait établi le tout premier noviciat d’une institution qui, dès l’année de sa mort en 1865, comptait déjà plus de trente mille élèves et sept mille religieuses dans cinquante-deux pays. Cent ans plus tard, la « Solitude » de la Mère Barat disparaissait.

En 2013, le couvent du Sacré-Cœur, ancien couvent des Feuillants, a fermé, pour devenir bientôt un immeuble résidentiel et une maison médicalisée.

Souvenirs de la Mère Barat

Extrait du Journal de Madeleine Sophie Barat, à la date du 23 juillet 1806 : « … Nous arrivons enfin à la vue de Poitiers… Je fis donc mon entrée dans cette ville où j’étais appelée par la Providence pour y établir une de nos maisons, dans un équipage à faire rire, car pour nous garantir soit de la pluie, soit de la vue des habitants de cette ville, nous avions mis une serviette en forme de rideau, qui nous cachait un peu… et dans ce bel équipage, qui n’était pas propre à donner de la vanité, j’arrive humblement à la maison des Feuillants… On sonne, de loin, on tire un fil de fer qui nous ouvre la porte… Dans cette vaste maison régnait le plus profond silence, présage de la paix et du calme qui régnaient dans l’âme de celles qui l’habitaient. »

Auteur : Marie-Paule Dupuy

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !