Monuments disparus : Ancienne église paroissiale de Pas-de-Jeu (Deux-Sèvres)

Les ruines de l'église de Pas-de-Jeu, en 1973.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 23 juillet 2015
 

L’ancienne église de Pas-de-Jeu a été entièrement démolie en 1973, année de la prise de vue par l'inventaire de ces photographies. Elle était déjà ruinée en 1878, au moment de la consécration de l’édifice qui l'a remplacée.

La Semaine liturgique du diocèse de Poitiers de cette année-là évoque le nouvel édifice, « en face de l’ancien temple ruineux ».
Les constructions environnantes avaient même commencé à se développer dans la partie ouest du sanctuaire, encastrant dans un mur ce qui pouvait être le balcon de bois de la tribune, cependant que sureaux, figuiers et lauriers pénétraient le reste de la bâtisse, becquetée ça et là par les oiseaux avides de calcaire.

Album-photos

Photographies © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Alain Maulny, 1973.

L’église pouvait remonter à l’époque romane. Couverte de tuiles creuses, elle avait déjà été maintes fois remaniée, comme en témoignaient les portes et les baies comblées dans les murs tout autour. À la jonction de la nef, rectangulaire, et du chœur, s’élevait un clocher-porche ; cette disposition pouvait indiquer que l’édifice, de taille plus modeste auparavant, avait été agrandi ultérieurement vers l’est. La différence de facture des murs confirmerait cette hypothèse.
Un ornement de métal subsistait encore au sommet du clocher, dont les deux baies ne portaient pas de traces apparentes de suspension de cloches. Une porte en arc brisé, ornée d’un discret bourrelet et surmontée d’un larmier, ouvrait l’église vers le sud. L’abside portait extérieurement une rangée de modillons ; la disposition des pierres qui les surmontait suggérerait une couverture antérieure en lauzes. Elle abritait un chœur voûté en cul-de-four, encadré de colonnes aux chapiteaux succinctement ornés, avec des petits bénitiers encastrés dans les murs. Le linteau de l’une des baies murées portait un minuscule blason.

Mais ce qui rendait la ruine spectaculaire était un imposant retable architecturé en pierre, de facture classique, et qui occupait tout le fond du chœur. Il présentait, au-dessus d’un autel tombeau, un foisonnant décor d’exécution soignée. Des rangées de modillons soulignaient des motifs végétaux d’inspiration baroque, et ponctués d’une figure centrale d’angelot. Une niche voûtée en coquille, encadrée de deux colonnettes de marbre aux chapiteaux corinthiens, couronnait le tout. Elle était sommée d’un Sacré-Cœur d’où fusaient des volutes de flammes - ou de feuilles d’acanthe. Quatre colonnes soutenaient la partie supérieure du retable ; elles avaient disparu en 1973 mais on en devinait encore la trace. Elles enserraient des chutes sculptées, aux fleurs et aux fruits retenus par des nœuds. Au nord et au sud, en bas, la silhouette du retable était encore élargie par des ouvertures de même facture, plaquées sur d’anciennes baies de l’édifice. Au centre du monument se devinaient les vestiges d’une peinture murale, un arbre, peut-être – préfigurant ceux qui l’envahissaient alors.

Auteur : Marie-Paule Dupuy

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !