Monuments disparus : le centre-ville et le quartier de la gare bombardés à Poitiers (Vienne)

La place d'Armes à Poitiers après les bombardements en 1944. Région Nouvelle-Aquitaine, inventaire du patrimoine culturel (site de Poitiers), Bernard Guionnet.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 5 mai 2017
 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville de Poitiers est bombardée par l'aviation anglaise à deux reprises, en juin et août 1944, afin de détruire des sites occupés par l'armée allemande. Ces bombardements, qui ont fait plus de 200 victimes, ont détruit des centaines de bâtiments et transformé la ville.

Le premier bombardement a lieu vers 1 heure 40 dans la nuit du lundi 12 au mardi 13 juin. Visant la gare ferroviaire, il dure 28 minutes et fait au moins 171 victimes. Il est l’œuvre de 116 bombardiers de la Royal Air Force. Bouleversant largement le site de la gare et les boulevards le longeant à l'est, il ruine également la place du Palais (actuelle place Alphonse-Lepetit), les rues Gambetta et Bourbeau, et aussi, plus modérément, la place d'Armes (place du Maréchal-Leclerc).

Le second, le soir vers 21 heures 15, le dimanche 1er août, concerne la caserne Aboville, ou caserne des Dunes. Parmi la cinquantaine de victimes, 37 sont allemandes. 24 Mosquitos de l'aviation anglaise détruisent très précisément la caserne. Le bombardement est suivi de pillages, dès le lendemain matin.

L'on pourra découvrir ici des images prises après le premier bombardement. Elles ont majoritairement été prises par Hélène Plessis-Vieillard et François Eygun. Des vues contemporaines les accompagnent et montrent l'aspect du quartier de la gare aujourd'hui, trois quarts de siècle après l'événement.

Photographies : Région Nouvelle-Aquitaine, inventaire du patrimoine culturel (site de Poitiers). Les auteurs sont mentionnés dans les légendes.

Album 1 : Poitiers centre


 

Album 2 : Poitiers, le quartier de la gare, vues vers l'est (vers le "plateau")


 

Album 3 : Poitiers, le quartier de la gare, la vallée de la Boivre


 

Album 4 : Poitiers, le quartier de la gare, vue vers l'ouest (quartier des Rocs)


 

Album 5 : Pont de chemin de fer sur le Clain


Auteur du texte : Marie-Paule Dupuy, mai 2017.


Bibliographie et webographie

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !