Pour la Patrie, monuments du Souvenir Français à Poitiers et à Rochefort

Sculpture des monuments aux morts de Poitiers et de Rochefort.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 9 octobre 2018
 

Parmi les centaines de monuments aux morts du Poitou et des Charentes, ceux des cimetières de Rochefort et de Poitiers font exception. Érigés en 1907 et 1908, ces deux monuments ont été commandés par le Souvenir Français pour rendre hommage aux militaires et marins morts pour la Patrie. Ils présentent la même sculpture intitulée Pro Patria (pour la Patrie).

Le monument du cimetière civil de Rochefort

Le Souvenir Français a commandé ce monument en hommage aux victimes de la Vienne. Ce navire de transport militaire à hélice, à vapeur et à voile, gréé en trois-mâts goélette, a quitté la rade de l'île d'Aix le 10 décembre 1903, à destination de Toulon. Fin décembre, les autorités s’inquiètent de ne pas le trouver à Toulon. Le navire est officiellement porté disparu corps et biens (plus de cinquante victimes) dans le golfe de Gascogne, où l'épave n'a jamais été retrouvée, malgré des recherches archéologiques.

Le monument a été inauguré le 24 novembre 1907 dans le cimetière civil. Il s'agissait alors de commémorer toutes les victimes de naufrages de bâtiments militaires. Sont jointes lors de l'hommage et sur la plaque commémorative, les victimes des naufrages des torpilleurs Sarrazin (détruit par explosion à Rochefort le 13 janvier 1894) et 20 (coulé par une lame de fond en rentrant à l'île d'Aix le 16 mai 1895), et de deux bâtiments perdus au large de Bizerte avec des équipages qui s'étaient entraînés à Rochefort, les sous-marins le Farfadet (perdu le 6 juillet 1905) et le Lutin (coulé accidentellement le 16 octobre 1906).

Les algues semblent tout en pleurs :
Dans la tourmente et les orages
Les algues témoins des naufrages,
Les algues témoins des douleurs,
Les algues semblent tout en pleurs.

Réseaux délicats et dentelles,
Mousses mégères, bagatelles,
Ce sont les lits des naufragés
Qui dormiront, au long des grèves,
Comme dans nos cœurs ravagés
Nos chagrins dorment comme des rêves.


Poème écrit à Rochefort quelques jours avant le départ de la Vienne, par l'enseigne de vaisseau Barthélemy Quencez, second du navire, péri en mer . Extrait de l'article de la société de géographie de Rochefort.

Télécharger le pdf, nouvelle fenêtre

En savoir plus sur la Vienne :


Le monument du cimetière de Chilvert à Poitiers

Le Souvenir Français a fait ériger ce monument en l'honneur des soldats de la garnison morts pour la patrie, notamment ceux morts aux colonies. Inauguré le 8 mars 1908, il est composé d'une fosse ossuaire et d'une statue. Un carré militaire est créé en 1925, pour regrouper les tombes des soldats morts en 1914-1918 - et au-delà, des suites de leurs blessures.


Deux tirages d'une même statue

Les représentants du Souvenir Français de Poitiers et de Rochefort ont porté leur choix sur le même modèle intitulé Pro Patria (Pour la Patrie), du sculpteur Édouard Millet de Marcilly (1839-1914), qui figure au catalogue de 1889 de Durenne, planche 487. Cette statue a été disposée sur de nombreux monuments aux morts de 1870 comme Arras, Le Havre, Vervins, Vézelise ou Barenton.

La Patrie, allégorie de la République, est représentée sous les traits d'une femme vêtue à l'antique, une étoile dans les cheveux. Elle porte un drapeau replié dans la main droite, une branche de laurier dans la main gauche. Elle foule aux pieds les instruments de la guerre : fusil, casque, épée.

Extrait du catalogue du fondeur Antoine Durenne de 1889 : la planche 487, sur laquelle apparaît le modèlede sculpture  PRO PATRIA.
Extrait du catalogue du fondeur Antoine Durenne, 1889 : planche 487, sur laquelle apparaît le modèle de statue PRO PATRIA.

En savoir plus sur Édouard François Millet de Marcilly :


Le Souvenir Français

Le Souvenir Français est une association patriotique née pour commémorer les morts de la guerre franco-allemande de 1870, puis toutes les victimes militaires. L'association a notamment organisé le rapatriement des corps de nombreux soldats de la Première Guerre mondiale, du champ de bataille ou du lieu de leur décès (hôpitaux militaires, centres de convalescence) vers leur commune d'origine. Elle a également fait construire des monuments aux morts dans de nombreux cimetières communaux, pour permettre aux familles des soldats dont la tombe est restée sur le champ de bataille, de se recueillir.

L'association existe toujours, organise des cérémonies du souvenir et entretient les monuments aux morts et les tombes des soldats « Morts pour la France » : cimetières militaires, carrés militaires et tombes isolées.

Auteur : Véronique Dujardin

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Publication des dossiers de Leigné-les-Bois

    Dans la communauté d'agglomération de Grand Châtellerault, l’étude d’inventaire du patrimoine de la commune de Leigné-les-Bois est terminée. Les dossiers viennent d'être publiés.

  • Découvertes

    Album-photos : Saint-Jean-de-Liversay

    L'inventaire du patrimoine des rives de la Sèvre Niortaise sur la commune de Saint-Jean-de-Liversay est terminé. Découvrez en ligne l'album-photos du patrimoine de la commune.

  • Publications en ligne

    Publication "Grand Châtellerault : Orches"

    L'inventaire du patrimoine de Grand Châtellerault se poursuit. Découvrez dans cette publication en ligne l'histoire, les paysages et le patrimoine de la commune d'Orches.

  • Actualités

    Vallée de la Sèvre Niortaise

    L'inventaire du patrimoine des communes riveraines de la Sèvre Niortaise se poursuit avec la publication des dossiers de la commune de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Les actus du LIMOUSIN

    Villard et Méasnes : deux nouvelles communes creusoises à découvrir

    L’Inventaire du patrimoine de la communauté de communes du Pays Dunois, dans la Creuse, se poursuit avec la publication des dossiers des communes de Villard et de Méasnes.

  • Les actus du LIMOUSIN

    L’inventaire du patrimoine de la commune d’Aubusson, en Creuse, est en ligne

    L’histoire de la commune est marquée par une implantation humaine ancienne et un développement original autour de la tapisserie, qui en a fait la première ville industrielle du département.