Les artisans de L'HERMIONE : les charpentiers

L'Hermione en construction. © Association Hermione-La Fayette.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 6 juillet 2017
 

Jacques Haie, charpentier-traceur en bâtiment de formation, et Youenn Lebahy, charpentier de marine, ont participé à la construction de L'Hermione. Ils parlent de cette expérience exceptionnelle.

Jacques Haie, chef d'équipe chez Asselin, a dirigé le chantier de la construction de la coque de bout en bout ; cette entreprise de Thouars (Deux-Sèvres), spécialisée dans la restauration des charpentes des monuments historiques, a remporté le marché de charpente de la frégate et a réalisé près de 90 % du bateau.

Ce que j’ai beaucoup aimé, c’était le fait de travailler de la grosse charpente, comme les rondelles pour supporter les moteurs de propulsion, d'énormes pièces toutes en courbes et en angles.
Youenn Lebahy
Les plus belles pièces, ça a été quand même la queue de baleine comme les gamins l'appelaient, c'est l'arcasse, sa pose a été un vrai événement, c'était superbe, surtout qu'on nous attendait au virage.
Jacques Haie

On ne peut pas cacher qu'il y a eu des tensions lorsque l'entreprise Asselin a remporté le marché de l'Hermione, alors qu'elle n'avait aucune expérience de la charpente de marine.

Jacques Haie a connu les trois maîtrises d’œuvre qui se sont succédé sur le chantier.

Au début, j'étais loin d'imaginer que j'allais consacrer les 17 dernières années de ma carrière à ce chantier. » Il a tracé la coque comme il faisait habituellement pour les charpentes de châteaux ou d'églises « On a fait l’épure grandeur réelle, il n’y avait pas la DAO (dessin assisté par ordinateur), ça c’est une évolution pendant les 17 ans qui est énorme.

L'entreprise Asselin s'est ensuite entourée de charpentiers de marine qui ont pu former leurs collègues. L'équipe de charpentiers sur le chantier oscillait de 5 à 15 personnes.

C’était bien parce que l’équipe se complétait, il y avait des charpentiers du bâtiment comme des collègues charpentiers de marine et cela se complétait, c’était assez intéressant. Il y avait un échange, c’était ouvert d’esprit.
Youenn Lebahy

Dès le départ, même s'il s'agissait de construire un bateau historique, les charpentiers ont pu bénéficier d'un pont-roulant, de palans et d'outils électriques.

On essayait de travailler à l’ancienne, en utilisant le plus possible les rabots par exemple. Mais le matin ou en fin de journée, quand il y avait moins de public, on travaillait d’une façon plus moderne en utilisant des outils portatifs branchés sur 220.
Youenn Lebahy


La fierté de transmettre

Formé à l'école du compagnonnage, Jacques Haie est satisfait d'avoir pu encadrer un total de 156 jeunes sur ce chantier.

La plus belle chose, c'est d'avoir communiqué son savoir pour que des jeunes soient formés, et c'est vrai que l'apprenti de mon apprenti a travaillé sur L'Hermione. Ça, c'est une fierté.
Jacques Haie

Au début, le chantier était abrité par un chapiteau dans la forme de radoub, et les visiteurs restaient au bord. Puis, le public a pu visiter l'intérieur, et cela compliquait le travail des professionnels, notamment pour des questions de sécurité. De plus, la présence du public stressait parfois les plus jeunes et inexpérimentés.

Il s'agissait d'une contrainte acceptée, puisque ces visites permettaient l'avancement du chantier en apportant une part importante du financement. Il faut ajouter que les relations avec les journalistes n'étaient pas simples non plus, sur un chantier d'aussi grande renommée.
Jacques Haie


Film "L'Hermione en images"

L'Hermione en images, 2010, Association Hermione La Fayette


Film "Charpentier de marine sur L'Hermione"

En 2009, le chantier Bernard, entreprise située à St-Vaast-La-Hougue, a pris en charge certains travaux de charpente, notamment la pose des bordés de clore et le calfatage de la coque. Deux charpentiers-calfateurs ont passé près d'un an et demi pour étanchéifier la coque du navire. Il s'agissait, à l'aide d'un fer et d'un maillet, de combler le vide entre chaque pièce de bordée par des cordons de chanvre, mélangé à du goudron, puis de mastiquer ; un total de 255 kilos de chanvre utilisés pour 12 kilomètres de joints.

Yannick Beloc est le chef d'équipe de l'entreprise Bernard, voici son portrait.

Charpentier de marine sur L'Hermione, Yannick Begoc, 29 juillet 2011, Imagine créations, 00:03:43

 

Panneau didactique sur la mâture de L'Hermione. Association Hermione-La Fayette.

Remerciements à Jacques Haie et Youenn Lebahy, ainsi qu'à l'Association Hermione-La Fayette.
Entretiens recueillis par Willy Paroche, association AREAS.
Article : Pascale Moisdon.

 

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Belle année 2019 !

    Toute l'équipe Patrimoine et Inventaire de Nouvelle-Aquitaine vous souhaite une très belle année 2019 ! C'est l'occasion de lire notre dernière lettre d'information...

  • Découvertes

    Le fonds Roger Henrard

    Suite de la découverte des fonds photographiques du service Patrimoine et Inventaire de Poitiers : le fonds Roger Henrard, composé de quelque 1 200 vues aériennes des années 1940 à 1970...

  • Restauration monument historique

    Restauration de l'église Saint-Laurent de Parthenay (Deux-Sèvres)

    L'église Saint-Laurent de Parthenay vient de connaître une importante campagne de restauration, financée avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine.

  • Publications en ligne

    Grand Châtellerault : Coussay-les-Bois

    Découvrez dans cette publication en ligne l'histoire, les paysages et le patrimoine de la commune de Coussay-les-Bois, dont le château de la Vervolière a vu grandir le futur cardinal de Richelieu...

  • Statuaire publique

    Alexandre Lemoine, entrepreneur et franc-maçon poitevin

    Alexandre Lemoine aurait pu être un entrepreneur en maçonnerie ordinaire s'il n'avait pas affiché sur sa tombe son appartenance à la loge maçonnique poitevine La Solidarité...