"Une vie, une usine" : encolleuse à l'usine Zodiac – Rochefort

Atelier de couture dans l'usine Zodiac, vers 1970. © Archives municipales de Rochefort.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 24 février 2015
 

Sept anciens salariés de l'usine Zodiac à Rochefort (Charente-Maritime) parlent de leurs conditions de travail. Installée en 1937 dans cette ville, l'usine avait bâti sa réputation sur les bateaux pneumatiques. Sa fermeture, en 2009, a été pour tous un grand traumatisme.

Une usine de femmes

À Rochefort, Zodiac employait une main-d'œuvre très majoritairement féminine pour la réalisation des petits travaux de couture et de découpe des éléments des bateaux. Tantôt bonnes camarades, tantôt rivales qui se « crêpent le chignon », ces femmes ont travaillé ensemble, toute leur vie pour certaines, au sein de l'usine.

« Dans les ateliers, c'était principalement des femmes ; il y avait quelques hommes au niveau du pliage des bateaux et à la coupe. C'était que des femmes car c'était un travail de précision, délicat. »
« Il y avait peut être 80 % de femmes, mais je ne suis pas douée pour les chiffres ! Zodiac c'était l'usine pour les femmes, à Rochefort et aux alentours. Ça n'avait pas bonne presse, ces femmes entre elles ! Aller travailler chez Zodiac, c'était pas très honorable. Au départ, il y a eu beaucoup de couturières, avec de la coupe et des machines à coudre, c'est pour ça. Certains postes étaient plus minutieux, mais les hommes auraient pu le faire, sauf que c'était très mal payé ! »


Documentaire sonore "Une usine de femmes"

Documentaire sonore réalisé par Dominique Cambon, en juin 2013, dans le cadre de l'inventaire des mémoires ouvrières de Rochefort, pour la Ville de Rochefort, en partenariat avec la Région Poitou-Charentes. Durée : 00:10:07.
D'anciennes employées de l'usine Zodiac, à Rochefort, en Charente-Maritime, parlent de leur arrivée à l'usine, de leur travail, des différents postes permettant la construction des bateaux et des conditions de travail. Elles évoquent aussi les vagues de licenciements et la délocalisation de l'usine.

Le savoir-faire

Coudre, découper, poncer et encoller les bateaux ; les méthodes de fabrication évoluent beaucoup au fil du temps. Apprenant sur le tas, grâce aux plus anciennes, les petites mains fabriquent des milliers de bateaux Zodiac, des travaux de couture des débuts jusqu'à la manipulation des matières innovantes de l'aéronautique jusqu'à la fermeture.

« J'ai appris beaucoup de choses, avec les ouvrières qui connaissaient : les anciennes montraient aux autres, comme moi plus tard. »

Le traumatisme de la fermeture

En 2009, l'usine de Rochefort ferme définitivement ses portes, après plusieurs vagues de licenciements et des luttes syndicales vives. La production est délocalisée, et peu d'ouvrières et ouvriers sont finalement reclassés.

« Ce qui est malheureux, c'est que c'est ici que le bateau a été inventé, et c'est ici que ça ferme en premier. On tue le père et la mère ! »
« À la fin, on savait qu'il n'y avait pas d'issue mais il fallait quand même travailler du mieux possible, jusqu'au dernier bateau. »
« Pendant deux mois, les dernières ne devaient toucher à rien : elles embauchaient normalement mais tournaient en rond toute la journée. »
« Un jour, on nous a présenté une feuille avec des dates de départ. Comme on était toutes rentrées à des dates différentes, on est parties au fur et à mesure, à des dates différentes. Le travail a été délocalisé à Toulouse et en Tunisie, et on a dû former ces filles, qui venaient nous prendre notre travail ! C'était dur ! L'activité a continué ailleurs, c'est ça le pire. »

Des zodiacs photographiés dans l'atelier de montage en 1951. © Un siècle d'air et d'eau, Zodiac, 1996.

Remerciements à Marie-Thérèse et François M., Annie C., Annick C., Danielle R., Micheline G. et Marie-Thérèse L.
Auteurs : Camille Bodin et Pascale Moisdon

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Le Jardin de Gabriel à l’honneur au Festival « Promenons-nous dans les docs »

    Un documentaire sonore de Marc Tournier, consacré au Jardin de Gabriel et intitulé "Un tiroir de sourires", sera diffusé le samedi 21 mai à Dirac (16).

  • Actualités

    Conférence "Le patrimoine de l'après-phylloxéra en Aunis" le 20 mai à Saint-Jean-de-Liversay

    Cette conférence de Pascale Moisdon intervient à l'occasion de la réaffectation de la laiterie de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Actualités

    Visites et spectacle de contes au Jardin de Gabriel les 4 et 5 juin 2022

    À l'occasion des Rendez-vous aux Jardins, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime...

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    L'arsenal de Rochefort

    En 1666, l’implantation d’un arsenal à Rochefort, pour construire et armer la flotte royale, est une prouesse par l’ampleur du projet et la rapidité de son exécution, malgré les multiples contraintes. Une découverte en vidéo !