BRÈVE : mémoire d’employée à la Perruquerie Hyvernat à Saint-Benoît

Françoise Chauvet, employée à la Perruquerie Hyvernat pendant 13 ans.
Évènements
 
  • Mis à jour le 9 juillet 2013
 

Françoise Chauvet livre les souvenirs de ses treize années de travail à la Perruquerie Hyvernat à Saint-Benoît, dans la Vienne.

Créée en 1936 par Fernand Hyvernat dans le sous-sol de sa maison, l'entreprise prend rapidement de l'importance sur la commune : le site s'agrandit, les effectifs augmentent ; les perruques et postiches d'art Hyvernat s'exportent jusqu'aux États-Unis et sont plébiscités par les grands noms de la coiffure française comme Dessange. Environ 500 salariés font vivre l'usine entre 1965 et 1970. Le personnel y est essentiellement féminin, et l'entreprise demeure familiale jusqu'en mars 1975, date de sa fermeture.

Françoise Chauvet rentre à l'âge de 18 ans comme employée à la perruquerie. Elle y est comptable jusqu'à la fermeture de l'usine. Elle exercera toute sa vie ce métier qui la passionne. Par sa fonction dans l'usine, elle connaît tous les salariés. Elle se souvient aujourd'hui encore du nom et du poste de chacun.

Elle raconte comment étaient fabriquées les perruques : entièrement à la main, puis, en parallèle de cette implantation manuelle, à la machine. Les cheveux provenaient de France, les coiffeurs revendant leurs plus belles mèches, mais également d'Asie, dans des caisses d'une cinquantaine de kilos importées par bateau. Après avoir été plongés dans des bains d'ammoniaque, puis teints, les cheveux devenaient la matière première des implanteuses et des dizaines de modèles fabriqués au sein de l'usine : postiches et toupets pour hommes, chignons, perruques méchées, etc... La tâche longue et difficile de la préparation des cheveux revenait aux hommes qui brassaient, au moyen de lourdes fourches, les cheveux dans les bains, tandis que la majorité des ouvrières s'employaient à la réalisation de ces perruques à la renommée internationale.

Auteurs : Stéphane Baillargeau et Camille Bodin (Mission de service civique Mémoires ouvrières de Saint-Benoît)

© Photographies et reproductions : Stéphane Baillargeau et Camille Bodin (Mission de service civique Mémoires ouvrières de Saint-Benoît). Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel, 2013.

 

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    Le jardin de l'hôtel de ville de Lencloître

    L’inventaire du patrimoine de la commune de Lencloître a permis de retrouver les archives du jardin de l’hôtel de ville réalisé sous le Second Empire, il y a 150 ans.

  • Découvertes

    Les tableaux de René Kunz à Gouex

    L’inventaire du patrimoine de Gouex a permis la redécouverte de quatre tableaux, présentant des scènes de la vie de la commune, réalisés dans les années 1950 par René Kunz, militant communiste et peintre.

  • Actualités

    L'inventaire du patrimoine de Lencloître

    En partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine, le service Pays d’Art et d’Histoire de l'Agglomération de Grand Châtellerault conduit l'inventaire du patrimoine de Lencloître.

  • Actualités

    L'ethnologue Michel Valière

    Michel Valière, disparu en février 2019, était une personnalité majeure du patrimoine régional. Dans un entretien réalisé par le service des archives de la Région, il témoigne sur son parcours.

  • Découvertes

    Les trois ports de Dompierre-sur-Charente

    Connus autrefois pour leurs expéditions de vins rouges vers Rochefort et d'eaux-de-vie vers Cognac, ces trois ports témoignent de l’intense trafic fluvial qui existait sur la Charente.