Visite virtuelle de l'église de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers : une frise sculptée exceptionnelle

Façade de l'église Notre-Dame-la-Grande à Poitiers (Vienne), détail de la frise sculptée. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Gilles Beauvarlet.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 4 juillet 2018
 

Une visite virtuelle pour découvrir la remarquable frise sculptée qui orne la façade de l'église Notre-Dame-la-Grande à Poitiers, un des monuments romans majeurs de la région Nouvelle-Aquitaine...

Classée Monument historique depuis 1840, l'église Notre-Dame-la-Grande a fait l'objet de nombreuses campagnes de restauration au cours des 19e et 20e siècles. La campagne menée de 1992 à 1995 a permis de mettre en valeur le décor sculpté de la façade, exceptionnel par son abondance, sa qualité et ses scènes historiées. C'est lors de cette campagne que des traces de polychromie ont été révélées, attestant que la façade était peinte à l'époque romane. Au-dessus du portail, une frise sculptée illustre des scènes de l'Ancien Testament et des épisodes de l'Enfance de Jésus. Découverte...

Voir la visite virtuelle de la frise sculptée, nouvelle fenêtre


La façade sculptée de l'église Notre-Dame-la-Grande

La frise en détails : les textes de la visite virtuelle

 

Façade de l'église Notre-Dame-la-Grande à Poitiers (Vienne), la frise sculptée. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Gilles Beauvarlet.

Adam et Ève

L'histoire du premier couple - Adam et Ève - est racontée dans la Genèse, premier livre de la Bible. Adam et Ève vivent dans le jardin d’Eden (le Paradis) près de l’arbre de la connaissance du bien et du mal auquel Dieu leur défend de toucher. Le serpent, incarnation du diable, tente Ève et la convainc de manger le fruit de l’arbre.
La disposition d'Adam et Ève situés de part et d'autre de l'arbre de la connaissance s'inscrit dans une longue tradition fixée dès le 3e siècle. Adam est généralement représenté à gauche et Ève à droite. Ici, l'identification est renforcée par l'inscription EVA.
La scène d'Adam et Ève offre ici l'originalité d'insister sur la présence du mal, symbolisé par un dragon ailé placé en dessous dans un petit espace triangulaire.

Nabuchodonosor

Le roi Nabuchodonosor est identifié par une inscription disposée derrière sa tête : NABUCODONOSOR REX. Malgré l'érosion de la sculpture il subsiste deux attributs de la royauté du personnage assis sur un trône : la couronne et le fleuron terminal du sceptre qu'il tenait de la main droite.
Nabuchodonosor II, roi de Babylone de 604 à 562 avant Jésus-Christ est mentionné à diverses reprises dans la Bible. Il est représenté sur la façade de l'église Notre-Dame-la-Grande pour avoir  reconnu la supériorité du Dieu d'Israël en le qualifiant de dieu des dieux.

Quatre prophètes

Les quatre personnages richement vêtus se distinguent par une auréole qui indique leur sainteté. Ils tiennent un rouleau de parchemin ou un livre avec des inscriptions de l'Ancien Testament. Celles-ci permettent de les identifier comme les prophètes Daniel, Jérémie, Isaïe et Moïse qui annoncent par leurs récits la venue du Messie.

L'Annonciation

Dans cette scène, l'archange Gabriel s'approche de Marie pour lui annoncer qu'elle donnera naissance au Fils de Dieu, qu'elle dénommera Jésus. Un souffle soulève la robe de Marie dont les mains appuyées contre la poitrine marquent sa surprise à l'annonce de Gabriel.
Marie, identifiée par l'inscription MARIA, est revêtue d’un bliaud à larges manches dont l’encolure en V laisse apparaître la chemise. Il est maintenu à la taille par une cordelette nouée. Le col et le bord des manches sont ornés de broderies ou de passementeries.

La Visitation

Dans la scène de la Visitation, Marie se rend auprès de sa cousine Élisabeth pour lui annoncer qu'elle va donner naissance à Jésus, le Fils de Dieu.
À Notre-Dame-la-Grande, Élisabeth, sur le seuil de sa maison, embrasse Marie. À gauche de la scène, la suivante d'Élisabeth invite de la main droite les deux femmes à rentrer dans la maison. La suivante de Marie, dans la partie droite, se tient quant à elle devant une ville entourée de remparts et renfermant une église.
L'évocation de la maternité de Marie se fait par la main d'Élisabeth  posée sur le ventre de sa cousine. Cette allusion à l'enfant porté par Marie est renforcée par la figuration d'un arbre à palmettes sous les deux femmes qui symbolise l'arbre de Vie.

La Nativité

Marie est allongée près de l'enfant Jésus couché dans une mangeoire avec l'âne et le bœuf. Marie dont la tête repose sur un oreiller est voilée et habillée d'une tunique à manches longues.
Le lit en bois de la Vierge est sculpté avec précision : un cadre rectangulaire, quatre montants ornés chacun d'une boule et une planche formant le sommier. Ce beau meuble, l'oreiller et les draps ne se trouvent que dans les demeures les plus riches.
Notre-Dame-la-Grande est une des rares églises romanes où est illustrée la Nativité.

Le Bain de l'Enfant

Deux femmes baignent dans une cuve l'enfant Jésus. Le sculpteur de Notre-Dame-la-Grande a représenté avec réalisme des sages-femmes qui sont genoux fléchis, les cheveux relevés et les manches retroussées.
Cette représentation a avant tout une valeur symbolique et renvoie au baptême. À l'époque romane, les nouveau-nés sont plongés dans l'eau pour être baptisés. Le bain de l'Enfant évoque cette cérémonie, bien que Jésus ait été baptisé à l'âge adulte.

Texte : Véronique Dujardin, Emmanuel Gouy, Christine Sarrazin


Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    La restauration du Jardin de Gabriel : la fin des premiers travaux d'ugence

    Les premières mesures d'urgence pour la restauration du Jardin de Gabriel, lancées par la Région Nouvelle-Aquitaine en novembre 2017, sont achevées...

  • Découvertes

    Le fonds Triou, une collection photographique d'amateurs du patrimoine

    Suite de la découverte des fonds de photographies anciennes : le fonds Triou, collection de 1 500 négatifs sur plaque de verre du début du 20e siècle, cédée en 1996 par les familles Triou...

  • Statuaire publique

    Le portrait de Jean Rostand à Saint-Germain (Vienne) : une œuvre méconnue de Georges Boulogne

    La tête sculptée de Jean Rostand installée à Saint-Germain a de quoi surprendre. Sa localisation d'abord, quand on sait que l'académicien...

  • Actualités

    « Histoire de Bahuts », patrimoine et création artistique dans les lycées de l'académie de Poitiers

    Suite des projets "Histoire de Bahuts" dans les lycées de Melle et de Bressuire...

  • Actualités

    Un nouveau parcours Vidéoguide : Angles-sur-l’Anglin

    Vidéoguide Nouvelle-Aquitaine arrive pour la première fois sur le territoire de la Vienne, pour vous faire découvrir, grâce à ses contenus multimédias...

  • Découvertes

    Le vitrail exceptionnel de la Maison alsacienne à Angoulême

    Dans le quartier Saint-Cybard à Angoulême,la Maison alsacienne recèle des trésors, comme ce vitrail de 1665...