Images de femmes dans l'art roman

Ève filant. Le filage est une des activités les plus importantes des femmes, depuis l'Antiquité. Voûte de la nef de l'église de Saint-Savin (Vienne). © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / C. Rome, 2010.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 4 juillet 2018
 

Dans la société féodale des 11e et 12e siècles, la femme est considérée comme inférieure aux hommes. Selon les archives conservées, essentiellement ecclésiastiques, elle doit être féconde, docile et pieuse. Certaines fortes personnalités jouent toutefois un rôle important comme Aliénor d'Aquitaine, duchesse d'Aquitaine, comtesse de Poitou, reine de France puis reine d'Angleterre.

Le discours de l'Église à l'encontre de la femme est souvent négatif ; les filles d'Ève sont fréquemment désignées comme tentatrices, corruptrices et les hommes doivent s'en méfier. Ce sombre portrait est nuancé par Marie, la mère du Fils de Dieu, et les vies exemplaires des saintes. Les images de la femme traduisent cette ambivalence entre le mal et le bien.

Des femmes à l'époque romane

Les images de femmes présentes dans les églises romanes illustrent principalement la Bible ou la vie des saintes. Cependant, elles semblent parfois avoir une fonction plus décorative et participent à des scènes de vie profanes. Apparaissent ainsi des visages de femmes anonymes, rare évocation de la population féminine des 11e-12e siècles. Quelques personnalités sont (seraient ?) également figurées, bien qu'il ne s'agisse pas de portrait.

 

Des figures saintes représentées dans un environnement contemporain

Afin de faciliter l'identification des fidèles aux figures saintes, les peintres et les sculpteurs des églises transposent dans leur époque les personnages de l'Histoire Sainte, empruntant à la vie quotidienne vêtements et mobilier. Aujourd'hui, ces derniers nous donnent de précieux renseignements sur le quotidien des femmes aux 11e et 12e siècles, leur travail, leurs objets...

 

Des personnages féminins de l'Histoire Sainte : le Mal ou le Bien

Ève...

Dans les textes des 11e et 12e siècles qui nous sont parvenus, la femme est souvent associée au mal. Elle est fille d'Ève, à qui les clercs attribuent la principale responsabilité de la faute originelle, scène souvent représentée à l'époque romane. D'autres personnages féminins de la Bible viennent renforcer cette image négative.

...ou Marie

À l'opposé d’Ève est Marie, jeune fille vierge choisie par Dieu pour être la mère de Jésus. L'Église favorise son culte à l'époque romane. Pour montrer sa place particulière dans la hiérarchie céleste, une image est créée, celle de la Vierge en Majesté. Marie apparaît également dans les épisodes de la vie de Jésus, notamment ceux de l'Enfance. Les représentations de l'Enfance de Jésus se multiplient aux 11e et 12e siècles. À côté de Marie, les saintes, souvent les vierges et martyres, sont invoquées pour leur vie exemplaire. La virginité est d'ailleurs l'état idéal pour les femmes, selon les clercs, et les saintes sont des modèles à imiter.

La Tentation

L’image romane est souvent moralisatrice. Afin d’illustrer la lutte du Bien et du Mal, l’artiste personnifie les valeurs chrétiennes qui doivent guider le fidèle et les dangers qui le guettent. La figure féminine incarne tantôt le Bien, tantôt le Mal, ou plus précisément la tentation.

La sirène...

... la Luxure...

... les Vices et les Vertus


Auteur : Christine Sarrazin.

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    La restauration du Jardin de Gabriel : la fin des premiers travaux d'ugence

    Les premières mesures d'urgence pour la restauration du Jardin de Gabriel, lancées par la Région Nouvelle-Aquitaine en novembre 2017, sont achevées...

  • Découvertes

    Le fonds Triou, une collection photographique d'amateurs du patrimoine

    Suite de la découverte des fonds de photographies anciennes : le fonds Triou, collection de 1 500 négatifs sur plaque de verre du début du 20e siècle, cédée en 1996 par les familles Triou...

  • Statuaire publique

    Le portrait de Jean Rostand à Saint-Germain (Vienne) : une œuvre méconnue de Georges Boulogne

    La tête sculptée de Jean Rostand installée à Saint-Germain a de quoi surprendre. Sa localisation d'abord, quand on sait que l'académicien...

  • Actualités

    « Histoire de Bahuts », patrimoine et création artistique dans les lycées de l'académie de Poitiers

    Suite des projets "Histoire de Bahuts" dans les lycées de Melle et de Bressuire...

  • Actualités

    Un nouveau parcours Vidéoguide : Angles-sur-l’Anglin

    Vidéoguide Nouvelle-Aquitaine arrive pour la première fois sur le territoire de la Vienne, pour vous faire découvrir, grâce à ses contenus multimédias...

  • Découvertes

    Le vitrail exceptionnel de la Maison alsacienne à Angoulême

    Dans le quartier Saint-Cybard à Angoulême,la Maison alsacienne recèle des trésors, comme ce vitrail de 1665...