L'église de l'abbaye aux Dames de Saintes, en quête de son origine romane

La façade de l'église Sainte-Marie de Saintes, en 1839. Détail d'une aquarelle d'E. Bourdeau. Médiathèque de Rochefort.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 13 mars 2015
 

Fondée au 11e siècle, l'abbaye Notre-Dame-et-Saint-Sauveur de Saintes, dite abbaye aux Dames, est l'un des plus puissants monastères de la région jusqu'à sa fermeture, en 1792. Son église a été de multiples fois transformée, notamment au 19e siècle. Elle a été restaurée dans les années 1920, au plus proche de l'état roman connu.

L'évolution de l'église aux 19e et 20e siècles en images

Petite histoire de l'abbaye aux Dames

Au milieu du 11e siècle, le comte d'Anjou Geoffroy Martel, seigneur de Saintes et de la Saintonge, et sa femme Agnès fondent à Saintes, sur la rive droite de la Charente, en dehors des murs de la ville, un monastère féminin régi par la règle de saint Benoît : l'abbaye Notre-Dame-et-Saint-Sauveur, dite abbaye aux Dames.

Le 2 novembre 1047, la nouvelle église Sainte-Marie est dédicacée en présence de nombreux religieux et seigneurs. Elle est composée d'une nef sans doute couverte d'une charpente, d'un transept et d'un chœur en abside.

Elle est profondément transformée au siècle suivant : vers 1120-1125, un clocher est érigé à la croisée du transept, la nef est agrandie et terminée par une nouvelle façade ; vers 1150, la nef est couverte par deux coupoles et un chœur plus profond remplace le précédent.

Ces remaniements relèvent d'un esprit de "modernité" qui souffle à l'époque romane : aux 11e et 12e siècles, l'Église se réforme afin d'affirmer sa place dans une société dominée par les seigneurs. L'église, la "maison de Dieu", doit être magnifiée. Ainsi, les édifices sont voûtés, les chœurs, espaces dévolus au clergé, portent symboliquement les clochers, les façades sont ornées de sculptures qui exposent aux yeux des fidèles le message de l'Église.

L'église Sainte-Marie accueille les offices des moniales pendant plus de sept siècles. Malgré plusieurs altérations (mutilation partielle de la façade en 1568, disparition des coupoles de la nef lors d'un incendie en 1648), l'édifice roman demeure alors parfaitement lisible.

Au 19e siècle, lors des changements de destination de l'ancien monastère en prison, puis en caserne, l'église subit des transformations radicales. Elle est redonnée à la Ville de Saintes en 1922, restaurée et à nouveau affectée au culte.

Détail de la façade de l'église Sainte-Marie de l'abbaye aux Dames à Saintes, vers 1911-1914. Photographie L. Triou. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Fonds Léon Triou ; reproduction C. Rome.

Auteur de l'article : Christine Sarrazin

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    L'ethnologue Michel Valière

    Michel Valière, disparu en février 2019, était une personnalité majeure du patrimoine régional. Dans un entretien réalisé par le service des archives de la Région, il témoigne sur son parcours.

  • Actualités

    Conférence "Regards sur le fleuve Charente : l'arrivée du train" le 4 mai à Angoulême

    À l'occasion de la "Fête du fleuve", une conférence, intitulée "Regards sur le fleuve Charente : l'arrivée du train", sera présentée par Pascale Moisdon le 4 mai à Angoulême.

  • Découvertes

    Les trois ports de Dompierre-sur-Charente

    Connus autrefois pour leurs expéditions de vins rouges vers Rochefort et d'eaux-de-vie vers Cognac, ces trois ports témoignent de l’intense trafic fluvial qui existait sur la Charente.

  • Actualités

    Saint-Savin

    L'inventaire du patrimoine de la vallée de la Gartempe se poursuit. Depuis mars 2019, la commune de Saint-Savin est étudiée par Véronique Dujardin, chargée d'étude du patrimoine à la Région Nouvelle-Aquitaine.

  • Les actus du Limousin

    Conférence et exposition sur le patrimoine industriel à Meymac

    Le patrimoine industriel est mis à l’honneur à Meymac (Corrèze), avec une conférence sur les barrages et une exposition sur le patrimoine industriel du Limousin.

  • Découvertes

    Leonard Chodźko

    La sépulture d’un émigré polonais, Leonard Chodźko, a été découverte dans un cimetière de Poitiers. Une occasion de rappeler les liens étroits entre Poitiers et la Pologne depuis le 19e siècle...