L'église de l'abbaye aux Dames de Saintes, en quête de son origine romane

La façade de l'église Sainte-Marie de Saintes, en 1839. Détail d'une aquarelle d'E. Bourdeau. Médiathèque de Rochefort.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 13 mars 2015
 

Fondée au 11e siècle, l'abbaye Notre-Dame-et-Saint-Sauveur de Saintes, dite abbaye aux Dames, est l'un des plus puissants monastères de la région jusqu'à sa fermeture, en 1792. Son église a été de multiples fois transformée, notamment au 19e siècle. Elle a été restaurée dans les années 1920, au plus proche de l'état roman connu.

L'évolution de l'église aux 19e et 20e siècles en images

Petite histoire de l'abbaye aux Dames

Au milieu du 11e siècle, le comte d'Anjou Geoffroy Martel, seigneur de Saintes et de la Saintonge, et sa femme Agnès fondent à Saintes, sur la rive droite de la Charente, en dehors des murs de la ville, un monastère féminin régi par la règle de saint Benoît : l'abbaye Notre-Dame-et-Saint-Sauveur, dite abbaye aux Dames.

Le 2 novembre 1047, la nouvelle église Sainte-Marie est dédicacée en présence de nombreux religieux et seigneurs. Elle est composée d'une nef sans doute couverte d'une charpente, d'un transept et d'un chœur en abside.

Elle est profondément transformée au siècle suivant : vers 1120-1125, un clocher est érigé à la croisée du transept, la nef est agrandie et terminée par une nouvelle façade ; vers 1150, la nef est couverte par deux coupoles et un chœur plus profond remplace le précédent.

Ces remaniements relèvent d'un esprit de "modernité" qui souffle à l'époque romane : aux 11e et 12e siècles, l'Église se réforme afin d'affirmer sa place dans une société dominée par les seigneurs. L'église, la "maison de Dieu", doit être magnifiée. Ainsi, les édifices sont voûtés, les chœurs, espaces dévolus au clergé, portent symboliquement les clochers, les façades sont ornées de sculptures qui exposent aux yeux des fidèles le message de l'Église.

L'église Sainte-Marie accueille les offices des moniales pendant plus de sept siècles. Malgré plusieurs altérations (mutilation partielle de la façade en 1568, disparition des coupoles de la nef lors d'un incendie en 1648), l'édifice roman demeure alors parfaitement lisible.

Au 19e siècle, lors des changements de destination de l'ancien monastère en prison, puis en caserne, l'église subit des transformations radicales. Elle est redonnée à la Ville de Saintes en 1922, restaurée et à nouveau affectée au culte.

Détail de la façade de l'église Sainte-Marie de l'abbaye aux Dames à Saintes, vers 1911-1914. Photographie L. Triou. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Fonds Léon Triou ; reproduction C. Rome.

Auteur de l'article : Christine Sarrazin

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Publications en ligne

    Publication "Grand Châtellerault : Mairé"

    La publication sur le patrimoine de la commune de Mairé vient d'être mise en ligne. Découvrez l'histoire, les paysages et le patrimoine de cette commune de la Communauté d'Agglomération Grand Châtellerault.

  • Actualités

    Annulation de la conférence sur le patrimoine de Saint-Jean-de-Liversay

    Cette conférence, qui était prévue le 14 janvier, à 20h30, en la salle des fêtes de Saint-Jean-de-Liversay, est annulée en raison du contexte sanitaire.

  • Publications en ligne

    Publication "Grand Châtellerault : Leigné-les-Bois"

    L'inventaire du patrimoine de Grand Châtellerault se poursuit. Découvrez dans cette publication en ligne l'histoire, les paysages et le patrimoine de la commune de Leigné-les-Bois.

  • Découvertes

    L'île de la Baine à Chaniers

    L'île de la Baine, sur la Charente, est mentionnée dans les textes dès le début du 14e siècle pour ses moulins. Le lieu a connu d’importants aménagements au milieu du 19e siècle pour faciliter la navigation sur le fleuve.

  • Actualités

    Colloque-webinaire « Participation des jeunes dans l’élaboration des politiques publiques locales »

    Le dernier temps de ce colloque sera consacré à la question du patrimoine lié aux droits culturels et à la jeunesse.

  • 14-18

    Le Poilu mourant en défendant le drapeau

    Peu après la Première Guerre mondiale, un modèle a été choisi par plusieurs communes du Poitou et des Charentes pour orner leur monument aux morts. Un même modèle, mais quatre histoires différentes.