Peintures romanes

Église Saint-Savin, porche : détail de l'Apocalypse. © Région Poitou-Charentes, Inventaire général du patrimoine culturel. © C.I.A.M, 1999.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 17 octobre 2016
 

Les départements de  Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne sont un remarquable conservatoire de peintures romanes. Malgré leur fragilité, elles sont encore présentes dans une vingtaine d'églises parmi les centaines construites à l'époque romane.

La plupart se trouvent dans l'actuel département de la Vienne. À côté des célèbres peintures de l'abbaye de Saint-Savin, inscrite à l'UNESCO, ou de l'église Saint-Hilaire-le-Grand à Poitiers, subsistent également des ensembles moins connus comme ceux de la crypte de l'église Notre-Dame à Montmorillon, ou, seul exemple en Charente, les peintures de la chapelle des Templiers à Cressac-Saint-Genis.

Illustrer la Bible, instruire les fidèles...

Au Moyen Âge, l’Occident est un monde d'images, essentiellement religieuses. Toutes les églises sont alors destinées à recevoir un décor mural peint. Les peintures ont pour principale vocation d'éduquer les fidèles. Elles permettent d'exprimer les principes fondamentaux de la religion chrétienne et de répandre les valeurs de l’Église. Ces ensembles peints portent parfois des messages complexes, destinés aux religieux et aux personnes instruites

Certains thèmes sont particulièrement fréquents et leur disposition au sein de l'édifice répond à des besoins liturgiques. Dans les espaces les plus sacrés (parties voûtées des absides et des chœurs) prennent place des représentations du Christ en majesté ou de la Vierge en majesté. Sur les portails et les porches d'entrée figurent, le plus souvent, des scènes de l'Apocalypse. Les cycles narratifs se déploient sur les larges espaces des murs et des voûtes. Dans ces ensembles peints, sont figurés des épisodes de la Bible, principalement du Nouveau Testament et plus rarement, de l'Ancien Testament. L’impressionnant programme peint de Saint-Savin fait figure d’exception car il présente soixante scènes de la Genèse et de l'Exode (Ancien Testament).

Église Notre-Dame de Montmorillon : détail du geste tendre de la Vierge envers l'Enfant. © Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Inventaire général du patrimoine culturel / G. Beauvarlet, 2016.

… et sublimer la maison de Dieu

Les réalisations les plus spectaculaires sont narratives. Une grande partie de la peinture n'est toutefois que décor. Celui-ci a pour but de souligner les différents éléments de l'architecture comme les arcs ou les arcades. Les frises sont de formes très diverses : simples bandes colorées, à motifs végétaux répétés comme dans l'église Saint-Hilaire-le-Grand à Poitiers, ou géométriques comme au baptistère Saint-Jean à Poitiers... Certaines sont fortement inspirées de décors antiques. Les fonds colorés unis couvrent la plus grande partie des édifices romans : simple badigeon blanc ou décor de faux appareil qui reproduit la maçonnerie. Dans quelques églises, les artistes ont cherché à imiter un matériau, comme à l'église Saint-Savin où les colonnes sont ornées de faux marbres peints.

Un ensemble remarquable de peintures en Poitou à la fin du 11e siècle

Plusieurs édifices du Poitou se couvrent, à la fin du 11e siècle, de décors peints : les églises Saint-Hilaire-le-Grand et Notre-Dame-la-Grande, ainsi que le baptistère Saint-Jean à Poitiers, et l'église abbatiale à Saint-Savin. Ces peintures murales ont de nombreuses caractéristiques communes : la recherche omniprésente de mouvement dans la représentation des personnages ; l'envolée des drapés et la position des pieds dite dansante qui participent à cet effet de dynamisme ; des drapés dessinés avec une succession de lignes parallèles resserrées ; de nombreux rehauts blancs, en fines lignes ou cercles concentriques, pour suggérer les modelés des corps et les jeux de lumière. On constate par ailleurs que dans le manuscrit Vie de Sainte Radegonde, les enluminures réalisées à cette période présentent les mêmes caractéristiques.

Les techniques a fresco et semi fresco

La peinture est apposée sur deux enduits de chaux encore humides (a fresco). Cette technique permet une longue conservation des décors, car les pigments se lient à l'enduit quand il sèche. Celui-ci est appliqué chaque jour en fonction de l'avancée du travail. L'artiste doit donc peindre rapidement en commençant par les esquisses, puis les aplats de couleurs et en terminant par les rehauts. Quand les derniers traits de couleurs sont posés, l'enduit est souvent sec, ils sont donc généralement moins bien conservés. Quand l'enduit est ré-humidifié avant de peindre, la technique est dite à semi fresco.

Voir

Pour aller plus loin

  • FAVREAU, Robert (dir). La vallée des fresques. De Saint-Savin à Montmorillon. Collection Trésors poitevins. Poitiers : éd. Association Gilbert de La Porrée, 2011.
  • RIOU, Yves-Jean (dir) et BROCHARD, Bernard (dir). Les peintures murales de Poitou-Charentes. Centre National d'art mural, 1993.
  • RIOU, Yves-Jean. L'abbaye de Saint-Savin. Vienne. Collection Images du patrimoine n°197, C.P.P.P.C, 2000.
  • RIOU, Yves-Jean. Peintures Murales du Poitou. Collection Itinéraires du patrimoine, C.P.P.P.C, 1993.

Auteurs : Noémie Lechat et Christine Sarrazin.


Localiser

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    La restauration d'une statue de danseuse par une étudiante de l'Ecole d'art et de design TALM-Tours

    Après 18 mois de travaux, la statue fera son retour au Jardin de Gabriel le mardi 5 juillet à 14h, en présence de la restauratrice, Marion Benda.

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.