Publication "Clin d'œil sur... la filature de Ligugé" (2010)

Filature de Ligugé(Vienne)  : broches pour embobiner le fil. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / M. Deneyer, 1986.
Publications
 
  • Mis à jour le 31 janvier 2018
 

En Poitou-Charentes, le travail de la laine, du chanvre, du coton ou du lin est surtout resté artisanal. Parmi les rares usines textiles qui se sont  implantées dans la région, la filature de Ligugé fut la plus florissante. Après les premières filatures de laine installées dans les Deux-Sèvres, dans les années 1820-1840, et six ans après celle de coton implantée à Vivonne, une filature de chanvre, de jute et de lin fut créée à Ligugé en 1856.

La filature de Ligugé - qu'on appelait localement "l'Usine" - et ses 120 ans d'activité ont marqué puissamment et durablement la vie économique et sociale de Ligugé et du territoire environnant.

Feuilleter la publication

 

Télécharger

Télécharger l'article complet sur la filature de Ligugé (pdf - février 2010 - 1,8 Mo)


Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Publications en ligne

    Diaporama de la conférence du 16 septembre 2021 à Saint-Jean-de-Liversay

    Découvrez en ligne le diaporama de la conférence présentant les résultats de l'inventaire du patrimoine de la commune.

  • Découvertes

    Le Jardin de Gabriel s'ouvre aux scolaires

    Le Jardin de Gabriel a récemment accueilli deux classes des écoles voisines de Saint-Hilaire-de-Villefranche et Brizambourg. Une quarantaine d’élèves de CM1-CM2 ont pu découvrir l’univers insolite et poétique créé par Gabriel Albert.

  • Découvertes

    Une exposition inédite des sculptures de Gabriel Albert au Musée Cécile Sabourdy

    Intitulée « Le ciment des rêves, l’univers sculpté de Gabriel Albert », cette exposition exceptionnelle ouvrira ses portes le mercredi 19 mai, pour toute l’année.

  • Découvertes

    La restauration d'une statue de danseuse par une étudiante de l'Ecole d'art et de design TALM-Tours

    En vertu du partenariat conclu entre la Région et l’école, Marion Benda a choisi pour son mémoire de fin d’études de restaurer une statue en ciment du Jardin de Gabriel.