L'album : des ouvriers au travail à la Porcelainerie Deshoulières, en 1995

Faconnage à la Porcelaine Deshoulières à Chauvigny, en 1995. Région Nouvelle-Aquitaine, inventaire du patrimoine culturel / M. Deneyer.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 5 avril 2017
 

Cet album montre le travail des ouvriers de la Porcelainerie Deshoulières à Chauvigny (Vienne), en 1995. Créée en 1826, cette entreprise familiale de poterie faïencerie est devenue le plus important porcelainier français. Les trois usines du groupe Deshoulières - à Chauvigny, Foëcy (Cher) et au Dorat (Haute-Vienne) - sont aujourd'hui filiales du groupe Jolies Céramiques .


L'album

 

Photographies Région Nouvelle-Aquitaine, inventaire du patrimoine culturel / M. Deneyer, 1995.


La Porcelainerie Deshoulières

La fabrique de faïence implantée en 1826 par Jean Bozier dans un hameau de Chauvigny s'installe douze ans plus tard dans le centre de la ville, sur le ruisseau de Montauban.
L'entreprise prend une première extension, à la fin du 19e siècle, avec la fabrication de faïence fine à l'initiative de Gaston et Fernand Deshoulières, descendants de Jean Bozier. À partir de 1906, la fabrication de grès très fin, puis de porcelaine à feu permet à cette entreprise familiale de prendre un essor remarquable.
Dans les années 1970, elle occupe la première place des fabricants français d'assiettes grâce à la complète automatisation de la fabrication.
Le développement de l'usine et l'évolution des techniques de fabrication entraînent des agrandissements de bâtiments ou des constructions nouvelles durant plus d'un siècle, sans projet architectural d'ensemble.
Les trois usines du groupe Deshoulières - à Foëcy (Cher), à Chauvigny (Vienne) et au Dorat (Haute-Vienne) - sont devenues filiales d'une holding russe en 2002, puis du groupe Jolies Céramiques en 2016.


Auteur : Pascale Moisdon, en collaboration avec Catherine Tijou, mars 2017.
 

Voir

 

 

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Le Jardin de Gabriel à l’honneur au Festival « Promenons-nous dans les docs »

    Un documentaire sonore de Marc Tournier, consacré au Jardin de Gabriel et intitulé "Un tiroir de sourires", sera diffusé le samedi 21 mai à Dirac (16).

  • Actualités

    Conférence "Le patrimoine de l'après-phylloxéra en Aunis" le 20 mai à Saint-Jean-de-Liversay

    Cette conférence de Pascale Moisdon intervient à l'occasion de la réaffectation de la laiterie de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Actualités

    Visites et spectacle de contes au Jardin de Gabriel les 4 et 5 juin 2022

    À l'occasion des Rendez-vous aux Jardins, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime...

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    L'arsenal de Rochefort

    En 1666, l’implantation d’un arsenal à Rochefort, pour construire et armer la flotte royale, est une prouesse par l’ampleur du projet et la rapidité de son exécution, malgré les multiples contraintes. Une découverte en vidéo !