Schémas des moulins à blé et minoteries

Schémas des moulins et minoteries
Découvertes
 
  • Mis à jour le 2 juin 2016
 

Des schémas pour mieux comprendre l'évolution de l'activité meunière : des meules entraînées par une roue à eau aux broyeurs à cylindres, des tamis aux plansichters, de l'énergie hydraulique à l'électricité... 

Un moulin à blé au 18e siècle

Jusqu'au début du 19e siècle, le moulin est équipé d'un système mécanique simple, comprenant essentiellement une roue hydraulique qui entraîne une paire de meules. Les grains de blé sont écrasés par le frottement de la supérieure, qui tourne, sur la meule inférieure, la dormante. Les grains broyés sont ainsi transformés en farine grossière, qui est expulsée, par la force centrifuge, à l'extérieur des meules, directement sur le plancher.

La roue à eau est mue par la force du courant, qui la fait tourner : cette énergie est transformée en mouvement mécanique circulaire.
La roue du moulin (1) est reliée, par l'intermédiaire de l'arbre (2), au rouet de fosse (3). Ce rouet, muni de dents d'engrenage, alluchons (4), entraîne une lanterne (5), fixée à une pièce métallique, l'anille, qui fait bouger la meule supérieure (courante) (6b) au-dessus de la meule dormante (6a). Un trou au centre de la meule supérieure, l'œillard (7), permet le passage du blé, versé de la trémie (8), entre les deux meules.


Un moulin à l'anglaise dans les années 1830

Schéma d'un moulin à l'anglaise, dans les années 1830. Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Zoé Lambert, 2007.

La roue hydraulique (1), reliée au rouet de fosse (2), entraîne deux paires de meules (5) grâce à divers organes de transmission en fonte (pelote, rouet de volée et lanternes). Ces meules sont supportées par un beffroi, assemblage de charpente (3).

Les sacs de grain à moudre sont hissés au dernier étage par une poulie extérieure. Le blé est versé dans un nettoyeur (4) pour en retirer les mauvaises graines et les cailloux.
Le grain nettoyé est écrasé, à l'étage intermédiaire, par une paire de meules (5) renfermée dans une caisse de bois ou archure. Par un système de goulotte (6), la mouture est recueillie au niveau inférieur dans un sac.
La mouture est ensuite remontée au niveau supérieur et passée dans une bluterie (7), afin de séparer les différentes qualités de produit : farine blanche prête à être livrée, gruaux ou semoules, qui vont effectuer un nouveau passage à la meule et son (enveloppe du grain).


Une minoterie dans les années 1930

Schéma d'une minoterie dans les années 1930. Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Zoé Lambert, 2007.

A : Dans l'atelier de nettoyage, le grain est débarrassé de ses impuretés par des passages dans une série de machines : trieur (1), nettoyeur (2) brosse (3). Puis, il est stocké dans une chambre ou cellule à blé propre (4). Un système de chaîne à godets le transporte ensuite d'une machine à l'autre.

B : Dans l'atelier de mouture, le blé nettoyé est broyé par des passages successifs entre les cylindres cannelés d'un broyeur (5) ; chacun de ces passages est suivi d'un blutage dans un plansichter (6), qui sépare les sons et classe par grosseur les produits tamisés, qui sont réexpédiés vers des cylindres aux cannelures de plus en plus fines. Les derniers passages de ces semoules et gruaux s'effectuent entre des cylindres lisses. Une bluterie de sûreté (7) permet ensuite l'obtention d'une farine de qualité irréprochable.
Le son passe dans une brosse (8), dite finisseur de son, destinée à le débarrasser des dernières particules. En permanence, un filtre (9) retient les poussières contenues dans l'air de l'établissement.

C : Dans l'atelier de conditionnement, la farine, ainsi que le son, sont conditionnés en sacs (10).
L'ensemble des mécanismes de l'établissement est entraîné par un moteur (11) thermique ou électrique.

 

Auteur : Pascale Moisdon, en collaboration avec Catherine Tijou, mai 2016.

 

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    Le fonds François Eygun, la photographie au service du patrimoine

    Parmi les 360 000 images de sa photothèque, le service Patrimoine et Inventaire de Nouvelle-Aquitaine (Poitiers) conserve plus de 4 500 clichés et 21 albums de photographies...

  • Découvertes

    Les peintures de la Vallée des Fresques : la chapelle Sainte-Catherine de l'église d'Antigny

    Une nouvelle découverte des peintures de la chapelle Sainte-Catherine à Antigny : le cyle de la Passion du Christ.

  • Découvertes

    Monuments déplacés : la salle capitulaire du Bas-Nueil, de Berrie à Worcester

    Pour le dernier épisode de la série "monuments déplacés", une histoire surprenante de ventes et reventes entre un antiquaire-sculpteur, un banquier roumain et un sculpteur américain…

  • Actualités

    "3D Poitiers évolution" : la suite de la balade 3D avec les arènes de Poitiers

    En avant pour la visite du plus grand amphithéâtre de la province romaine d'Aquitaine !

  • Actualités

    Le patrimoine de Pleumartin se découvre en juin !

    Le service Pays d'art et d'histoire de la Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault vous propose de découvrir le patrimoine de Pleumartin à travers une conférence le 1er juin et trois visites guidées le 10, 13 et 22 juin. A vos agendas !

  • Actualités

    Rendez-vous au Jardin de Gabriel à Nantillé, le 3 juin 2018

    À l'occasion des Rendez-vous aux Jardins 2018, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime...