Les machines à cylindres et l'industrialisation de la meunerie

Machines à cylindres installées en 1931 à la minoterie Boiron à La Crèche (Deux-Sèvres).
Découvertes
 
  • Mis à jour le 2 juin 2016
 

En 1878, l'Exposition universelle de Paris consacre la supériorité des farines de Hongrie, très blanches, fabriquées à l'aide de nouvelles machines. Ces dernières, qui remplacent les meules, sont composées de paires de cylindres cannelés en porcelaine.

Le système de mouture sur cylindres, qui semble s'installer en France à partir de 1885, s'impose ensuite rapidement, puisque le rapport de l'Exposition universelle de 1889 dénombre 1 500 moulins ainsi équipés. Cette nouvelle technique permet d'accroître considérablement la capacité de production des moulins et fait entrer la meunerie dans l'ère industrielle ; ces moulins deviennent alors des minoteries.

Dans la région Poitou-Charentes, ce système est installé dès la fin du 19e siècle : en 1887, M. Autier équipe son moulin de Chasseneuil-du-Poitou de convertisseurs à cylindres de porcelaine Wegmann ; en 1889, celui de Bajon, à Poitiers, fonctionne avec trois machines doubles à cylindres de la société parisienne Brault, Teisset et Gillet ; ces mêmes constructeurs fournissent en 1892 les cinq machines à cylindres du moulin de Villars, à Persac ; en 1895, les douze paires de meules de la minoterie du Pont à Mazerolles sont complétées par cinq machines à cylindres.

Le véritable essor du système de mouture sur cylindres a lieu dans la première moitié du 20e siècle, avec la création de plus de cent établissements - les deux-tiers d'entre eux datent du 1er quart du siècle. Malgré son intérêt, ce système n'est toutefois pas toujours retenu pour les nouvelles installations : en 1910, le propriétaire du moulin de la Talonnière, à Fouqueure, choisit d'établir cinq paires de meules dans son établissement qui ne semble pourtant pas conçu à l'économie.

L'équipement des minoteries se perfectionne tout au long du 19e siècle, par la modernisation des différentes machines de nettoyage, de mouture, de tamisage (plansichter : appareil de tamisage composé de multiples tamis horizontaux et installé après 1910) et de transport des produits (système pneumatique à partir de 1950).

Voir les dossiers documentaires des minoteries citées dans le texte et les photographies :

Auteur : Pascale Moisdon, en collaboration avec Catherine Tijou, mai 2016.

Machines à cylindres installées en 1931 à la minoterie Boiron à La Crèche (Deux-Sèvres). Région Poitou-  Charentes, inventaire du patrimoine culturel / P. Moisdon, 2004.

 

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Le Jardin de Gabriel à l’honneur au Festival « Promenons-nous dans les docs »

    Un documentaire sonore de Marc Tournier, consacré au Jardin de Gabriel et intitulé "Un tiroir de sourires", sera diffusé le samedi 21 mai à Dirac (16).

  • Actualités

    Conférence "Le patrimoine de l'après-phylloxéra en Aunis" le 20 mai à Saint-Jean-de-Liversay

    Cette conférence de Pascale Moisdon intervient à l'occasion de la réaffectation de la laiterie de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Actualités

    Visites et spectacle de contes au Jardin de Gabriel les 4 et 5 juin 2022

    À l'occasion des Rendez-vous aux Jardins, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime...

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    L'arsenal de Rochefort

    En 1666, l’implantation d’un arsenal à Rochefort, pour construire et armer la flotte royale, est une prouesse par l’ampleur du projet et la rapidité de son exécution, malgré les multiples contraintes. Une découverte en vidéo !