Les "moulins à la mécanique" de Condac et de Salles

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Illustrations, Meunier, planche 2, détail.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 2 juin 2016
 

À la fin du 18e siècle, la création de deux grands moulins en Charente et dans les Deux-Sèvres introduit dans la région une innovation technique : la mouture dite économique. Cette dernière nécessitant de nombreux appareils accessoires, ces établissements sont dénommés "moulins à la mécanique".

Ces deux moulins sont bâtis entre 1771 et 1774, sur les plans des moulins de Corbeil près de Paris, pour produire la mouture économique devant alimenter Rochefort et être exportée vers les colonies ; le moulin de Condac, en Charente, est créé par le comte de Broglio et le moulin de Salles, dans les Deux-Sèvres, par le comte de Montausier. Ces établissements périclitent pendant la période révolutionnaire et sont transformés, par la suite, en filature.


La mouture économique

La mouture économique est mise au point à partir des années 1750-60 par des minotiers parisiens. Ce type de mouture se distingue de la mouture ordinaire dite à la grosse par un meilleur nettoyage des blés, des passages successifs des produits sous de nouvelles meules et un tamisage.

La farine qui en résulte est plus blanche et de meilleure qualité. En outre, la production est plus importante (1/15e en plus) puisque ce nouveau procédé extrait du son toutes les parties de farine que la mouture ordinaire y laisse.

La pierre utilisée pour les meules de ces établissements est dure et ces dernières sont désormais piquées en rayons, alternativement pleins et vides, pour une plus grande efficacité. Elles sont enfermées dans une caisse en bois (l'archure), au lieu d'être découvertes, ce qui limite la perte de mouture.

Avant leur mouture, les grains sont nettoyés à sec par des ventilateurs et des cribles mus par les roues. Entre les différents passages à la meule, des blutoirs (ou bluteaux) permettent de séparer les qualités de mouture : la farine blanche prête à être expédiée, les gruaux (ou semoules) qui vont effectuer de nouveaux passages et le son (enveloppe du grain). Ces machines se composent d'une structure en bois dans laquelle tourne un cylindre recouvert d'une étoffe plus ou moins fine, de soie ou d'étamine, servant de tamis.

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Illustrations, Meunier, planche 2.

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Illustrations, Meunier, planche 2. Voir toutes les planches.

Dans ce type de moulin, la roue hydraulique doit entraîner, en plus de la paire de meules, de nouvelles machines, comme les ventilateurs pour enlever la poussière du blé ou les cribles rotatifs à secousses. Ce fonctionnement nécessite plus d'énergie et les roues hydrauliques doivent avoir, par conséquent, un meilleur rendement.

L'utilisation de machines annexes et la volonté d'augmenter la production nécessitent la construction de vastes bâtiments : le moulin de Salles est décrit dans les Affiches du Poitou du 24 janvier 1774 comme un bâtiment immense, très régulier, à cinq niveaux, doté de plus de 80 portes et fenêtres extérieures ; celui de Condac, de vastes proportions, est doté d'un rez-de-chaussée et de trois étages.

Dans ces deux établissements, les machines sont installées sur plusieurs niveaux de l'atelier de fabrication : les grains stockés à l'étage supérieur sont traités dans les étages inférieurs, en utilisant la gravitation.


Auteur : Pascale Moisdon, en collaboration avec Catherine Tijou, mai 2016.

 

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    L'ethnologue Michel Valière

    Michel Valière, disparu en février 2019, était une personnalité majeure du patrimoine régional. Dans un entretien réalisé par le service des archives de la Région, il témoigne sur son parcours.

  • Actualités

    Conférence "Regards sur le fleuve Charente : l'arrivée du train" le 4 mai à Angoulême

    À l'occasion de la "Fête du fleuve", une conférence, intitulée "Regards sur le fleuve Charente : l'arrivée du train", sera présentée par Pascale Moisdon le 4 mai à Angoulême.

  • Découvertes

    Les trois ports de Dompierre-sur-Charente

    Connus autrefois pour leurs expéditions de vins rouges vers Rochefort et d'eaux-de-vie vers Cognac, ces trois ports témoignent de l’intense trafic fluvial qui existait sur la Charente.

  • Actualités

    Saint-Savin

    L'inventaire du patrimoine de la vallée de la Gartempe se poursuit. Depuis mars 2019, la commune de Saint-Savin est étudiée par Véronique Dujardin, chargée d'étude du patrimoine à la Région Nouvelle-Aquitaine.

  • Les actus du Limousin

    Conférence et exposition sur le patrimoine industriel à Meymac

    Le patrimoine industriel est mis à l’honneur à Meymac (Corrèze), avec une conférence sur les barrages et une exposition sur le patrimoine industriel du Limousin.

  • Découvertes

    Leonard Chodźko

    La sépulture d’un émigré polonais, Leonard Chodźko, a été découverte dans un cimetière de Poitiers. Une occasion de rappeler les liens étroits entre Poitiers et la Pologne depuis le 19e siècle...