Les dossiers du patrimoine industriel : les usines de transformation du lait

Étiquette de fromage pur chèvre le Val du Thouet de la laiterie coopérative de Taizé (Deux-Sèvres). Collection Delpierre.
Dossiers et illustrations
 
  • Mis à jour le 15 décembre 2015
 

L'inventaire du patrimoine industriel mené en Poitou-Charentes a permis d'identifier 144 usines de transformation du lait : laiteries, fromageries et caséineries.

Découvrez ici les usines étudiées

Lait, beurre, fromage, caséine et poudre de lait

À l'origine, les laiteries ont produit essentiellement du beurre et le résidu de cette production, petit lait ou lait écrémé, était destiné à l'alimentation des animaux. Au début du 20e siècle, ce petit lait a été valorisé dans l'industrie de la caséine (protéine extraite du lait), qui sert à la préparation de colle employée dans l'industrie du contreplaqué, à celle de matières plastiques (imitant l'ivoire, comme la galalithe) ou encore à celle de produits pharmaceutiques et de fromages.

Parallèlement à la production de beurre, quelques laiteries ont fabriqué du fromage de type camembert dès la fin du 19e siècle. Certains établissements des Deux-Sèvres se sont orientés vers la production de fromages au lait de chèvre ; le premier d'entre eux, à Bougon, fut créé en 1903. La fromagerie a connu un nouvel essor à partir de 1940 avec la fabrication de fromages à 0  % de matière grasse (en raison des restrictions du moment), puis de pâtes cuites de type édam ou gruyère. Après la Deuxième Guerre mondiale, pour répondre à une demande de produits frais, des établissements situés à proximité des villes (La Rochelle, Rochefort, Niort) se sont spécialisés dans la production de lait pasteurisé, yaourts, fromage blanc.

Ainsi, de nombreuses usines ont simultanément produit du lait, du fromage, de la caséine et parfois de la poudre de lait. Plus de la moitié des laiteries étudiées sont également des fromageries.


Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Le Jardin de Gabriel à l’honneur au Festival « Promenons-nous dans les docs »

    Un documentaire sonore de Marc Tournier, consacré au Jardin de Gabriel et intitulé "Un tiroir de sourires", sera diffusé le samedi 21 mai à Dirac (16).

  • Actualités

    Conférence "Le patrimoine de l'après-phylloxéra en Aunis" le 20 mai à Saint-Jean-de-Liversay

    Cette conférence de Pascale Moisdon intervient à l'occasion de la réaffectation de la laiterie de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Actualités

    Visites et spectacle de contes au Jardin de Gabriel les 4 et 5 juin 2022

    À l'occasion des Rendez-vous aux Jardins, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime...

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    L'arsenal de Rochefort

    En 1666, l’implantation d’un arsenal à Rochefort, pour construire et armer la flotte royale, est une prouesse par l’ampleur du projet et la rapidité de son exécution, malgré les multiples contraintes. Une découverte en vidéo !