Patrimoine industriel : l'industrie du cuir en Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne

 Chamoiserie-ganterie Rousseau à Niort (Deux-Sèvres). Aquarelle de Ch. Garciau (Nantes), 1928.
Évènements
 
 

L'importance de l'élevage dans ces départements a favorisé les activités liées au travail du cuir dès le Moyen Âge. Ce panorama vous invite à découvrir l'histoire de cette activité, qui s'est particulièrement développée en Deux-Sèvres, notamment à Niort, l’un des berceaux français de la ganterie chamoiserie. Il est le fruit de l'étude des 49 usines liées à la transformation des peaux, réalisée lors de l'inventaire du patrimoine industriel des quatre départements.

Le traitement des peaux de mammifères (bovins, caprins, équidés, ovins et porcins) rend la peau imputrescible, souple et résistante ; il permet leur transformation en cuir et leur utilisation dans l'habillement, la sellerie et la bourrellerie (pièces de harnais pour les animaux de trait et articles de cuir).


Et aujourd'hui ?

La filière cuir est encore aujourd'hui animée par un nombre important d'entreprises industrielles et artisanales dans les départements étudiés, ainsi que dans les autres départements constituant la Nouvelle-Aquitaine.

C'est pourquoi la Région a choisi de soutenir prioritairement cette filière, dès 2016. Elle participe ainsi au Pôle d'excellence du cuir et du luxe, au Cluster Cuir créé en novembre dernier et au projet de la Cité du Cuir de Saint-Junien.


Voir