Suzanne de Saint-Mathurin, l'archéologue du Roc-aux-Sorciers

Portrait de Suzanne de Saint-Mathurin. Avec l'aimable autorisation du Musée d'archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, fonds Saint-Mathurin.
Évènements
 
 

Suzanne de Saint-Mathurin est de la trempe des Marguerite Yourcenar, des Gertrude Stein, ces femmes déterminées qui se consacrent pendant toute une vie à leur œuvre.

Suzanne de Mathurin
Mung (Charente-Maritime), 19 juillet 1900 – Paris, 28 août 1991

Reçue Bachelor of Letters à Oxford en 1931, avec une étude sur les interférences entre les idées scientifiques de Diderot et ses romans, elle rencontre l’abbé Breuil, archéologue, en 1932. Dès lors, l’étude de la préhistoire devient pour elle une vocation.
Elle séjourne en Palestine et y rencontre Dorothy Garrod, avec laquelle elle travaillera jusqu’au décès de cette dernière en 1968.
En 1946, elle découvre les sculptures magdaléniennes du Roc-aux-Sorciers, à Angles-sur-l’Anglin. Elle consacrera désormais sa vie et sa fortune à ce site, qu’elle lègue au Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, où elle était chargée de mission depuis 1969.
Femme de terrain, elle préfère à la vie des bureaux, les recherches sur ces sculptures qui n’ont pas cessé de la fasciner.


 

Les Vieilles Maisons Françaises me sollicitent pour une adhésion. Pourquoi pas ? Le Roc-aux-Sorciers est bien une « vieille maison française », s’il en fût !

Suzanne de Saint-Mathurin