Françoise d'Aubigné, de Mursay à Maintenon

Portrait de Françoise d'Aubigné, 17e siècle.
Évènements
 
 

Après un séjour à la Martinique, Françoise d’Aubigné revient en Poitou et, devenue orpheline, est hébergée tour à tour à Mursay chez une tante protestante, à Niort au couvent des Ursulines, à Paris chez sa marraine catholique.

Françoise d'Aubigné
Niort, 27 novembre 1635 – Saint-Cyr, 15 avril 1719

Elle y rencontre Paul Scarron. Elle a alors 16 ans et est impressionnée par l’esprit et le courage de cet écrivain de 42 ans, paralysé. Ils se marient mais il meurt huit ans après. Il l’avait présentée à madame de Montespan, alors maîtresse du roi Louis XIV, et elle devient la gouvernante des enfants royaux. Ils seront élevés au domaine de Maintenon, érigé en marquisat en 1675.

La reine meurt en 1683 et Françoise de Maintenon épouse alors le roi en secret.
Son tempérament calme et discret et sa franchise génèrent plus d’inimitiés que de sympathies. Ainsi est-elle jugée, en 1685, responsable de la révocation de l'édit de Nantes, aboutissement d’une politique initiée sous Louis XIII.
En 1686, elle fonde à Saint-Cyr la Maison royale de Saint-Louis, destinée à l’éducation des jeunes filles nobles et désargentées, et s’y retire à la mort du roi en 1715.


 

Souvent aussi ma mère me contoit les exploits deThéodore-Agrippa d’Aubigné, mon grand-père, qui fut honoré de la faveur de la reine Jeanne d’Albret et de l’amitié de Henri-le-Grand. Ces récits exaltoient tellement mon imagination, qu’un jour j’interrompis ma mère en m’écriant : Et moi, ne serai-je rien ? Et que veux-tu être ? dit ma mère. Je voudrois être reine, répondis-je.

Françoise d’Aubigné