Les ports sur la rive saintongeaise de l'estuaire de la Gironde

 Carrelets et yoles de pêche le long du chenal du port de la Grange d'Allouet, à Saint-Thomas-de-Cônac. © Région Nouvelle-Aquitaine, inventaire du patrimoine culturel / Y. Suire, 2010.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 26 janvier 2017
 

Les ports de la rive saintongeaise, qui assurent la relation entre l'arrière-pays et l'extérieur, furent des lieux éminents d'échanges commerciaux jusqu'au milieu du 20e siècle. Quelques-uns abritent encore une petite activité de pêche.Aujourd'hui tournés vers la plaisance, ils sont un des atouts touristiques de l'estuaire.

La grande majorité des ports sont établis à l'embouchure d'un petit cours d'eau qui vient se jeter dans l'estuaire. Le port s'est alors développé à la jonction entre la rivière et son chenal. Celui-ci a presque toujours été redressé au 19e siècle, des quais, cales et perrés ont été aménagés pour recevoir les bateaux. Des bassins de retenue et écluses de chasse permettent à la fois de stocker l'eau de la rivière en amont, puis de l'évacuer vers l'estuaire à marée basse en ouvrant les portes de l'écluse, chassant par la même occasion les vases qui se sont accumulées dans le port et le chenal.

Les ports situés plus près de l'embouchure de la Gironde échappent à ce schéma habituel : le port de Saint-Georges-de-Didonne, soumis aux marées, est simplement abrité par une jetée, au pied du phare de Vallières ; le port de Royan est également implanté sur un site abrité des vents par une pointe rocheuse, celle de Foncillon, et par des jetées ; le port de La Palmyre, aux Mathes, s'est développé à l'entrée de la baie de Bonne Anse.

Leur histoire est, depuis l'Antiquité, intimement liée à l'évolution de la rive et du trait de côte. Lire la suite


L'album des ports de la rive saintongeaise, du sud au nord

 

Auteur : Yannis Suire, 2016.

 


Découvrir les ports étudiés


Voir


Localiser

 

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Le Jardin de Gabriel à l’honneur au Festival « Promenons-nous dans les docs »

    Un documentaire sonore de Marc Tournier, consacré au Jardin de Gabriel et intitulé "Un tiroir de sourires", sera diffusé le samedi 21 mai à Dirac (16).

  • Actualités

    Conférence "Le patrimoine de l'après-phylloxéra en Aunis" le 20 mai à Saint-Jean-de-Liversay

    Cette conférence de Pascale Moisdon intervient à l'occasion de la réaffectation de la laiterie de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Actualités

    Visites et spectacle de contes au Jardin de Gabriel les 4 et 5 juin 2022

    À l'occasion des Rendez-vous aux Jardins, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime...

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    L'arsenal de Rochefort

    En 1666, l’implantation d’un arsenal à Rochefort, pour construire et armer la flotte royale, est une prouesse par l’ampleur du projet et la rapidité de son exécution, malgré les multiples contraintes. Une découverte en vidéo !