La richesse du patrimoine religieux de Saint-Palais-sur-Mer

Découvertes
 
  • Mis à jour le 2 octobre 2015
 

Le patrimoine religieux de Saint-Palais-sur-Mer, particulièrement riche, reflète une histoire partagée entre protestantisme et catholicisme, et marquée par l'évolution balnéaire de la commune.

Une ancienne église

L'ancienne église remonte, pour ses parties les plus anciennes, à l'époque romane. Amputée de sa nef et de son transept au 16e siècle, elle a conservé son clocher, surélevé aux 17e et 18e siècles pour servir de repère aux navigateurs de l'estuaire de la Gironde. Pour être encore plus visible, cette haute tour était peinte en noir et blanc jusqu'au début du 20e siècle. Devenue vétuste et trop petite, l'église a été désaffectée en 1911, lorsque la nouvelle église a été édifiée, à quelques pas de là.

Une "nouvelle" église

La construction de cette église a été financée par des notables catholiques venus, chaque été, apprécier les charmes de la nouvelle station balnéaire du Bureau. Conformément aux plans de l'architecte Georges Naud, de Saintes, l'église allie deux influences : celle de l'architecture romane, avec son portail et sa série d'arcades en façade, et celle de l'architecture de villégiature, avec son haut toit en ardoise et à débordement, emprunté aux plus belles villas. À l'intérieur, le regard est attiré par une imposante charpente apparente, due à Édouard Hible, entrepreneur à Royan. Les vitraux du chœur, réalisés par l'atelier Dagrant, de Bordeaux, l'autel latéral nord, signé par l'atelier Saint-Hilaire, de Poitiers, et l'autel latéral sud, dû à la maison Monna, de Toulouse, illustrent les influences artistiques et géographiques, poitevine, toulousaine et bordelaise, sur la Saintonge estuarienne.

Un temple protestant

Au début du 20e siècle, la communauté protestante était encore majoritaire à Saint-Palais-sur-Mer. Ce qui explique la présence des nombreux cimetières privés protestants, d'un presbytère construit en 1870 - et encore habité aujourd'hui par le pasteur -, et d'un temple. Ce dernier est situé au centre du hameau de Courlay, ancien cœur économique et administratif de la commune avant la création de la station balnéaire du Bureau. Reconstruit en 1826 et 1845, le temple présente une architecture sobre, avec une façade structurée à la manière d'un temple antique.

Une chapelle

À deux pas de la plage du Platin, une petite chapelle est vouée à Notre Dame du Platin. Construite en 1904 et agrandie en 1908, dans un style néo-gothique, elle s'inscrit elle aussi dans le contexte du développement de la station balnéaire. Elle doit son existence à la volonté d'un notable catholique bordelais, Joseph Odelin. En 1909, celui-ci a voulu faire de Notre Dame du Platin la protectrice des marins mais aussi des aviateurs, à la suite de la traversée de la Manche par Louis Blériot. Un pèlerinage annuel s'en est suivi, actif jusqu'au début des années 1980 et relancé ces dernières années. La chapelle abrite plusieurs maquettes d'avions, offertes en guise d'ex-voto.

Une maison de repos

Enfin, sur la route entre le Bureau et Courlay, s'élève une ancienne maison de repos pour institutrices des écoles privées, puis maison pour retraites religieuses. Fondée dès 1914 et développée dans les années 1920-1930, "Béthanie" (du nom du village, près de Jérusalem, où Jésus aimait se retirer) comprend un ensemble de bâtiments formant un vaste rectangle autour d'un jardin. Un cloître ferme le quadrilatère à l'est. À l'ouest, une ancienne chapelle a perdu tout le mobilier qui l'ornait avant 1940. De nouveaux vitraux ont été posés en 1960, commandés au peintre-verrier Van-Guy, de Tours, le même qui a produit, en 1959, les vitraux de la nef de la nouvelle église. Désaffecté, "Béthanie" appartient désormais à la Communauté d'Agglomération de Royan-Atlantique.

Auteur : Thierry Allard et Yannis Suire.


Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Ouvertures exceptionnelles du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2019

    À l'occasion des 50 ans du site, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime....

  • Actualités

    « Histoire de Bahuts », patrimoine et création dans les lycées de Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne

    Depuis 2017, en partenariat avec le rectorat, la Région Nouvelle-Aquitaine propose aux lycéens de s'engager dans un projet de découverte du patrimoine de leur établissement.

  • Actualités

    Conférence de restitution de l'inventaire du patrimoine de Mairé, le mardi 9 juillet 2019

    Le service du Pays d'art et d'histoire de la Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault vous accueille à Mairé le mardi 9 juillet 2019 à 18h pour une conférence sur le patrimoine et l’histoire de cette commune rurale des Vals de Gartempe et Creuse.

  • Actualités

    Colloque sur les sites industriels de l'armement à Châtellerault, les 26 et 27 septembre 2019

    Dans le cadre du bicentenaire de la "Manu", un colloque intitulé « Sites industriels de l’armement : Histoire et devenir (du 19e au 21e siècle) », est organisé par Grand Châtellerault et le Service historique de la Défense.

  • Découvertes

    Le jardin de l'hôtel de ville de Lencloître

    L’inventaire du patrimoine de la commune de Lencloître a permis de retrouver les archives du jardin de l’hôtel de ville réalisé sous le Second Empire, il y a 150 ans.

  • Découvertes

    Les tableaux de René Kunz à Gouex

    L’inventaire du patrimoine de Gouex a permis la redécouverte de quatre tableaux, présentant des scènes de la vie de la commune, réalisés dans les années 1950 par René Kunz, militant communiste et peintre.