Saint-Palais-sur-Mer : des blockhaus à la plage

Un des blockhaus du Mur de l'Atlantique échoué sur la plage de la Grande Côte à Saint-Palais-sur-Mer. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Y. Suire, 2015.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 18 août 2015
 

À Saint-Palais-sur-Mer, la plage et la corniche rocheuse de la Grande Côte figuraient en toute première ligne dans le système défensif mis en place, en 1943, par les troupes allemandes d'Occupation. Élément du Mur de l'Atlantique conçu pour contrôler Royan et ses environs, ainsi que l'embouchure de la Gironde, ce système comprenait plusieurs blockhaus et batteries de tir, disposés tout le long de la côte.

À l'ouest, sur la longue plage de la Grande Côte, le regard est attiré par un groupe de huit blockhaus et de batteries plus petites qui semblent échoués, comme rejetés par les vagues. Ces mastodontes de béton armé se sont en fait posés sur le sable dès les années 1950 lorsque, poussée par le vent d'ouest, la dune contre ou dans laquelle ils étaient construits a reculé, entraînant avec elle la forêt en arrière.


Des vues aériennes, en 1945 et 1950, les montrent encore pris dans cette dune, protection naturelle, et même, pour les plus éloignés, enserrés dans la forêt, séparés de la dune par une allée forestière. Celle-ci reprend le tracé de l'ancienne ligne de tramway qui reliait avant-guerre la pointe de la Grande Côte à la pointe de la Coubre. Sur d'autres vues de 1957 et de 1959, les blockhaus les plus proches du rivage sont déjà isolés au milieu de la plage. En 1970, un groupe de trois autres a glissé sur la plage, et l'ancienne ligne de tramway n'est plus qu'un souvenir en 1989.


Aujourd'hui, ceux qui étaient dans la forêt sont désormais en limite de plage, et l'on peine à imaginer que la dune venait jusqu'à eux il y a encore un demi-siècle. Plus à l'est, d'autres blockhaus ont mieux résisté du fait de leur emplacement sur la corniche rocheuse, entre la pointe de la Grande Côte et la conche du Concié. Leur silhouette domine encore le parking des restaurants, ou encore le chemin côtier du Puits de l'Auture. Aux 157-159 avenue de la Grande Côte, d'autres affleurent à l'entrée d'un camping et au pied d'une villa de la fin du 19e siècle, occupée par les Allemands pendant la guerre.

Auteur : Yannis Suire.

Sources

  • Vues aériennes sur le site internet de l'IGN, geoportail.fr
  • Inventaire des vestiges du Mur de l'Atlantique en Charente-Maritime, association Estuarium, 1998.

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Colloque "sources du patrimoine oral francophone et chemins de connaissance" 15-16 novembre 2018 à Poitiers

    Parmi les intervenant.e.s de ce colloque international, Myriam Favreau du Service Patrimoine et Inventaire...

  • Découvertes

    Les voies ferrées de la vallée de la Charente

    Aménagée dans la vallée de la Charente, la voie ferrée qui relie Rochefort à Cognac est ouverte en mai 1867, après 15 ans d’étude...

  • Actualités

    Une nouvelle opération d'inventaire : la vallée de la Vienne

    Cette opération d’inventaire vient compléter les études sur les vallées, entreprises dans le cadre du Contrat de Plan État-Région 2015-2020.

  • Actualités

    Exposition "Le patrimoine industriel en Limousin"

    En novembre 2018, la maison de Région de Limoges accueille une nouvelle exposition, réalisée par le service Patrimoine et Inventaire du site de Limoges.