Royan bombardé

Les ruines du grand casino, sur l'actuel boulevard de la Grandière. Archives départementales de la Charente-Maritime (1Fi Royan 34/19).
Découvertes
 
  • Mis à jour le 26 octobre 2018
 

En 1945, à Royan, la Seconde Guerre mondiale s'achevait tragiquement par le bombardement de la ville par l'aviation alliée.

Le 5 janvier 1945, alors que Royan était une des dernières "poches" allemandes à résister sur la côte atlantique, 2 000 tonnes de bombes détruisaient la ville à 95 %, tuant 500 personnes et en blessant 1 000 autres. Trois mois plus tard, le 15 avril, un autre bombardement contribuait à la reddition des troupes d'occupation, le 20 avril. Ces événements dramatiques modifièrent à jamais la physionomie de la ville, en particulier le front de mer, étudié dans le cadre de l'inventaire du patrimoine de l'estuaire de la Gironde.


Le long du boulevard Garnier : villas 1900 et villas modernes

Aménagé à la fin du 19e siècle dans le cadre de la création du lotissement du Parc, le boulevard Garnier offrait jusqu'en 1945 une certaine homogénéité architecturale, avec sa suite de villas cossues : "Uranie", "Aigue Marine", "Gabrielle", "Guyvonney", pour ne parler que d'elles, rivalisaient de couleurs et de formes. Les bombardements de janvier et d'avril 1945 ont surtout touché la partie nord du boulevard, autour de l'avenue du Maréchal-Leclerc, réduisant à néant des îlots entiers d'habitations.

Dans les années 1950, la Reconstruction, coordonnée par l'architecte Claude Ferret, a engendré des villas aux lignes directement inspirées du Mouvement moderniste qui met en scène lumière et volumes imbriqués. Parmi elles, "Ombre Blanche" et "Hélianthe" sont inscrites au titre des monuments historiques depuis 2002.


Le Front de Mer : une ville à la place d'une autre

Royan est surtout connu pour ses immeubles du Front de Mer, en arc de cercle, édifiés en 1956 suivant les plans de Louis Simon et André Morisseau. Avec le parc qui se trouve au devant, cet ensemble conçu comme un lien entre la Grande conche et l'intérieur de la ville, a remplacé un square, une promenade et un boulevard, tous trois baptisés du nom d'un ingénieur des Ponts et chaussées, Botton. C'était, comme aujourd'hui, le lieu privilégié des promenades pour les touristes, là où s'étalaient cafés et cabines de bains de mer, jusqu'au grand casino construit en 1895. Victime de sa proximité avec le port, le secteur fut anéanti en 1945. Inauguré en 1962, un casino à l'architecture elle aussi moderniste, conçue par Ferret, occupait le parc actuel jusqu'à sa démolition en 1985.


De Foncillon à Pontaillac : une corniche qui a souffert

Entre les conches de Foncillon et de Pontaillac, les villas qui s'égrenaient le long de la corniche ont pour beaucoup souffert des bombardements. Les unes étaient proches du port et de la kommandantur à Foncillon, les autres du fort de la pointe du Chay, d'autres enfin de l'état-major de la marine allemande à Pontaillac. De belles villas des années 1900 ont été détruites, laissant le champ libre à des constructions à l'architecture plus ou moins élaborée. Quelques créations des années 1950 sont depuis lors visibles le long de la plage de Pontaillac, par exemple la villa "Le Vent du large", conçue par Louis Simon. Des villas du début du 20e siècle ont résisté le long de la conche du Pigeonnier ("Notre-Dame des Flots", "Étoile"...) et du boulevard de la Côte d'Argent ("Lorraine", "Alcyon", "Castel Horizon"...).


Royan après les bombardements, photographies de G. Broihanne


Vidéo "Royan bombardé"

Royan 1945, après le bombardement, Agence Fleurie, 1min42s

Auteur : Yannis Suire, 2014.

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    La vallée de la Charente

    L'opération d'inventaire sur la vallée de la Charente en Charente-Maritime vient de s'achever. Les dossiers en ligne mettent en évidence les liens étroits existant entre le fleuve et l’évolution des activités humaines à travers l’histoire.

  • Actualités

    L'exposition "Regards sur le patrimoine et la biodiversité de Melle"

    Jusqu’au jeudi 3 février, une exposition de photographies, produite par le lycée agricole de Melle, est présentée dans la salle Mathilde-Mir de la Maison de la Région à Poitiers.

  • Actualités

    La Ronde

    L'inventaire de la commune de La Ronde, en Charente-Maritime, vient de s'achever. L'enquête a permis d'identifier 286 éléments du patrimoine (237 dossiers architecture et 49 dossiers objets mobiliers), le tout illustré par près de 1100 images.

  • Statuaire publique

    Le buste d'Ernest Guillemot à Châtellerault

    Le cimetière de Châtellerault renferme le buste d’un militant socialiste, aujourd’hui oublié, Ernest Guillemot. Ce buste est une œuvre inédite d’un sculpteur tout aussi oublié, François Louis Antoine Jusserand.

  • Actualités

    Arçais

    L'inventaire d'une nouvelle commune débute actuellement dans le cadre de l'opération d'inventaire de la vallée de la Sèvre Niortaise. La commune d'Arçais, dans les Deux-Sèvres, est étudiée à partir de janvier 2022.

  • Découvertes

    5 communes des Vals de Saintonge à découvrir

    L'inventaire du patrimoine des Vals de Saintonge est une des plus vastes opérations d'inventaire topographique en France. Les dossiers de 5 nouvelles communes viennent d'être mis en ligne.

  • Découvertes

    Le Jardin de Gabriel s'ouvre aux scolaires

    Le Jardin de Gabriel a récemment accueilli deux classes des écoles voisines de Saint-Hilaire-de-Villefranche et Brizambourg. Une quarantaine d’élèves de CM1-CM2 ont pu découvrir l’univers insolite et poétique créé par Gabriel Albert.

  • Découvertes

    La restauration d'une statue de danseuse par une étudiante de l'Ecole d'art et de design TALM-Tours

    En vertu du partenariat conclu entre la Région et l’école, Marion Benda a choisi pour son mémoire de fin d’études de restaurer une statue en ciment du Jardin de Gabriel.