Noms de villas à Saint-Georges-de-Didonne

Villa de Saint-Georges-de-Didonne.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 26 octobre 2018
 

À Saint-Georges-de-Didonne, station balnéaire prisée depuis la fin du 19e siècle, les villas ont parsemé la commune de leurs formes et de leurs couleurs. Aboutissements de longs efforts et/ou signes extérieurs de richesse, elles ont souvent reçu un nom, apposé haut et fort sur leur façade.

 

Des fleurs, du vent et du rêve

Le nom fait parfois référence à l'environnement de la maison, à des éléments de la nature visibles sur place, à proximité, ou plus exotiques. La flore est souvent une source d'inspiration : villas "des Roses", "Brin de Mousse", "les Tamaris", "les Chênes", "les Bruyères", "le Palmier", "les Yuccas"... ; la faune également, en particulier les insectes : "Coccinelle" ou "les Cri-Cri". Au début du 20e siècle, rue du Maréchal-Leclerc, une villa, alors située à la limite du bourg et des cultures, est appelée "la Clé des Champs". Le relief et la géographie des lieux peuvent aussi être évoqués : "les Roches" et "la Falaise". La proximité de la mer et de l'estuaire se rappelle dans "la Mer", "Marine", "Tous Vents" ou "la Brise". Ailleurs, l'observation du ciel nocturne a pu inspirer "l’Étoile", "la Petite Ourse" ou "Wéga" [Véga], avant que le jour ne se lève devant "l'Aurore". Le nom de la maison peut aussi rappeler le bien-être recherché en bord d'estuaire : "Quiéta", "la Rêverie", "Notre Rêve" ou "Soir d'Eté". Certains se voient même faire "Escale" à bord de leur villa. L'exotisme, à la mode à l'époque coloniale, est bien présent avec "Farako Ba" ou "la Tonkinoise" !


Comme un membre de la famille

Bien souvent, le nom de la villa est un prénom, celui du propriétaire ou d'un proche, ou bien celui que l'on donnerait à ce nouveau membre de la famille. Il est alors presque toujours féminin : "Hélène", "Denise", "Anne", "Madeleine", "Suzanne", "Renée", "Marianne", "Violetta", "Marthe", "Nelly", "Elise"..., loin devant les "Maurice" ou "Jean-Marie". Parfois, il s'agit d'un surnom ou d'un diminutif, comme "Guiguite". Parfois aussi, le nom est composé de deux prénoms ou surnoms tronqués, ceux du propriétaire et de son épouse par exemple : "René-Mi" ou "Jou-Yett". Le nom peut aussi concentrer les espoirs et l'attention, traduire les efforts consentis pour l'édifier : "Pour Qui" et "Quand Même"... Les notions d'accomplissement et de plaisirs simples s'y ajoutent parfois, comme pour "Samyra" ou "Notre Rêve".

Auteur : Yannis Suire, 2014.

Voir

 

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Colloque "sources du patrimoine oral francophone et chemins de connaissance" 15-16 novembre 2018 à Poitiers

    Parmi les intervenant.e.s de ce colloque international, Myriam Favreau du Service Patrimoine et Inventaire...

  • Découvertes

    Les voies ferrées de la vallée de la Charente

    Aménagée dans la vallée de la Charente, la voie ferrée qui relie Rochefort à Cognac est ouverte en mai 1867, après 15 ans d’étude...

  • Actualités

    Une nouvelle opération d'inventaire : la vallée de la Vienne

    Cette opération d’inventaire vient compléter les études sur les vallées, entreprises dans le cadre du Contrat de Plan État-Région 2015-2020.

  • Actualités

    Exposition "Le patrimoine industriel en Limousin"

    En novembre 2018, la maison de Région de Limoges accueille une nouvelle exposition, réalisée par le service Patrimoine et Inventaire du site de Limoges.

  • Actualités

    Conférence "Sainte-Radégonde-des-Noyers, Puyravault, Charron : trois communes autour de la baie de l’Aiguillon"

    Conférence le 6 décembre 2018 à Sainte-Radégonde-des-Noyers, à 20h30, présentée par Yannis Suire.

  • Actualités

    Conférence "l'inventaire du patrimoine de Leigné-les-Bois" le 30 novembre 2018

    Le Pays d’Art et d’Histoire de Grand Châtellerault vous propose une conférence pour (re)découvrir le patrimoine de Leigné- les-Bois.