BRÈVE : l'étoile de Meschers

Le fort en étoile sur la pointe de Meschers figure sur le Plan de l'embouchure de la Gironde levé en 1812 et 1813 par A.M.A. Raoul (Archives départementales de la Gironde, 2Fi 2121)
Évènements
 
  • Mis à jour le 2 décembre 2013
 

En quittant le port de Meschers pour suivre la corniche bordée de carrelets et de villas, on longe, au 42 boulevard de la Falaise, une parcelle occupée par une maison et son jardin, d'apparence anodine... Mais, dès que l'on prend de la hauteur, sa forme exceptionnelle devient visible : celle d'une vaste étoile à cinq branches, dont les deux pointes au sud franchissent le boulevard pour aller flirter avec la falaise.

Cette étoile est la seule trace d'une fortification, construite voici deux cents ans pour la défense de l'entrée de la Gironde, là où, entre Royan, Meschers et le Verdon, l'estuaire se resserre.


Cette fortification fait partie des éléments de défense que les autorités militaires ont édifiés à cet endroit stratégique, à la fin du 18e siècle et au début du 19e. L'objectif était alors de faire face à une éventuelle attaque de l'ennemi, notamment de la marine anglaise, pour protéger l'estuaire et Bordeaux. La construction de la fortification de Meschers a été décidée par l'empereur Napoléon, en 1811. Dès 1814-1815, après la chute de l'Empire, et comme les autres défenses de l'estuaire, le fort a été neutralisé par les Anglais.

La fortification comprenait une batterie de canons protégée par un système de bastions, d'où sa forme étoilée. Elle apparaît sur le plan cadastral de Meschers de 1831, au milieu de champs alors dénués de constructions, et sans aucun chemin le long de la falaise. Bien plus tard, et bien après son abandon, la parcelle en étoile figure sur une vue aérienne de Meschers en 1937 : elle est alors traversée par un chemin tracé en 1906, le futur boulevard de la Falaise. Une maison fait son apparition sur une autre vue de 1947. À partir des années 1970, les pavillons envahissent les alentours, mais l'étoile demeure au milieu du nouveau quartier urbanisé.


Sur l'extrait du Plan de l'embouchure de la Gironde levé en 1812 et 1813 par A.M.A. Raoul , le fort étoilé figure sur la pointe de Meschers (Archives départementales de la Gironde, 2Fi 2121).
 

Auteur : Yannis Suire, 2013.

 

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Ouvertures exceptionnelles du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2019

    À l'occasion des 50 ans du site, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime....

  • Actualités

    « Histoire de Bahuts », patrimoine et création dans les lycées de Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne

    Depuis 2017, en partenariat avec le rectorat, la Région Nouvelle-Aquitaine propose aux lycéens de s'engager dans un projet de découverte du patrimoine de leur établissement.

  • Actualités

    Conférence de restitution de l'inventaire du patrimoine de Mairé, le mardi 9 juillet 2019

    Le service du Pays d'art et d'histoire de la Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault vous accueille à Mairé le mardi 9 juillet 2019 à 18h pour une conférence sur le patrimoine et l’histoire de cette commune rurale des Vals de Gartempe et Creuse.

  • Actualités

    Colloque sur les sites industriels de l'armement à Châtellerault, les 26 et 27 septembre 2019

    Dans le cadre du bicentenaire de la "Manu", un colloque intitulé « Sites industriels de l’armement : Histoire et devenir (du 19e au 21e siècle) », est organisé par Grand Châtellerault et le Service historique de la Défense.

  • Découvertes

    Le jardin de l'hôtel de ville de Lencloître

    L’inventaire du patrimoine de la commune de Lencloître a permis de retrouver les archives du jardin de l’hôtel de ville réalisé sous le Second Empire, il y a 150 ans.

  • Découvertes

    Les tableaux de René Kunz à Gouex

    L’inventaire du patrimoine de Gouex a permis la redécouverte de quatre tableaux, présentant des scènes de la vie de la commune, réalisés dans les années 1950 par René Kunz, militant communiste et peintre.