BRÈVE : Détails insolites dans les rues de Talmont

Date "1781" , gravée au-dessus de la porte d'une maison sur le Port.Plage. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Y. Suire, 2012.
Évènements
 
  • Mis à jour le 26 octobre 2018
 

Lorsque l'on arpente les rues de la cité de Talmont, il n'est pas rare de poser le regard sur des détails d'architecture insolites. C'est ce que montre l'enquête de terrain menée dans cette commune depuis le printemps, dans le cadre de l'inventaire du patrimoine.

On remarque par exemple plusieurs cadrans solaires fixés sur les façades de maisons. Ils s'inspirent de celui, daté de 1586, placé sur une colonne de l'abside de l'église. D'après la légende, le cadran aurait été installé pour indiquer l'heure, à la place de la cloche de l'église fondue sur ordre du comte de Talmont, à la suite d'une révolte des habitants. Un autre cadran solaire est visible dans la rue de l'Ancien Château, un autre encore à l'entrée est de la rue du Port, deux autres dans la même rue, un sixième au Caillaud.

Photographies © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel. Yannis Suire, 2013.

Parmi les autres détails qui attirent l’œil du curieux, cette fois au pied des façades, de nombreux soupiraux trahissent la présence de caves sous les maisons. De la même façon, des portes percées dans des murs de clôture laissent imaginer les jardins qui se trouvent derrière. D'autres enceintes présentent des ouvertures murées, soit d'anciennes portes de jardins ou de maisons disparues.

Le passé militaire de Talmont resurgit à travers les nombreux boulets de canon remployés en décor au-dessus des piliers de plusieurs portails, par exemple celui de l'ancien presbytère. Sur un autre portail, rue de l'Amiénois, c'est un chapiteau sculpté qui a été réutilisé ; il proviendrait de l'église.

Enfin, des dates sont gravées sur les façades de plusieurs maisons, au-dessus d'une porte ou d'une fenêtre. Rue du Port, par exemple, deux cœurs entrelacés et une inscription accompagnent la date 1723. Rue de l'Ancien Château, des roses et un Sacré-Cœur s'intercalent entre les chiffres de la date 1699.

Auteur : Yannis Suire


Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Publications en ligne

    Diaporama de la conférence du 16 septembre 2021 à Saint-Jean-de-Liversay

    Découvrez en ligne le diaporama de la conférence présentant les résultats de l'inventaire du patrimoine de la commune.

  • Découvertes

    Le Jardin de Gabriel s'ouvre aux scolaires

    Le Jardin de Gabriel a récemment accueilli deux classes des écoles voisines de Saint-Hilaire-de-Villefranche et Brizambourg. Une quarantaine d’élèves de CM1-CM2 ont pu découvrir l’univers insolite et poétique créé par Gabriel Albert.

  • Découvertes

    Une exposition inédite des sculptures de Gabriel Albert au Musée Cécile Sabourdy

    Intitulée « Le ciment des rêves, l’univers sculpté de Gabriel Albert », cette exposition exceptionnelle ouvrira ses portes le mercredi 19 mai, pour toute l’année.

  • Découvertes

    La restauration d'une statue de danseuse par une étudiante de l'Ecole d'art et de design TALM-Tours

    En vertu du partenariat conclu entre la Région et l’école, Marion Benda a choisi pour son mémoire de fin d’études de restaurer une statue en ciment du Jardin de Gabriel.