Publication "Clin d'œil sur... la liaison entre la gare et les hauts quartiers" (2008)

Dessin : projet de liaison entre la vallée de la Boivre et les hauts quartiers de Poitiers, par Pichot, 1849. © Région Poitou-Charentes, inventaire général du patrimoine culturel / reproduction R. Jean, 2003.
Publications
 
 

Le lien entre le secteur de la gare et les quartiers hauts du centre-ville de Poitiers, renouvelé avec l’ouverture du nouveau Théâtre et Auditorium de Poitiers (TAP), fut déjà l’objectif des aménageurs à partir du milieu du 18e siècle et surtout au 19e siècle.

Dès 1849, un imprimeur lithographe poitevin, Pichot propose un projet colossal d’escaliers et de "voies d’accession" entre la future gare ferroviaire, qui sera inaugurée deux ans plus tard, et le haut du "plateau". Sur son projet, un jet d’eau grandiose sert de point central à une série de promenades, donnant sur le paysage de la vallée de la Boivre. L’ensemble, bien que d’une monumentalité excessive pour la ville de l’époque, est plusieurs fois présenté et reçoit un accueil favorable. Il n’est cependant jamais réalisé.
L’idée de liaison est reprise quelques années plus tard lorsqu’il est question de construire une nouvelle préfecture. En 1859, l’architecte Charles Rohault de Fleury (1801-1875), déjà connu comme concepteur du Muséum de Paris, remet son projet au préfet Jacques Paulze d’Ivoy. La nouvelle préfecture doit prendre place au bord du "plateau", à l’angle des actuels boulevard de Solférino et rue de la Marne, afin de créer un lien direct avec la gare située en contrebas.

Cette idée est reprise en 1860 par l’architecte Alphonse Durand (1813-1882) à qui le préfet Mercier-Lacombe a demandé de remodeler le projet. Un nouveau site est choisi pour la préfecture, un peu plus haut sur le plateau, mais toujours au-dessus de la gare. Une liaison directe est désormais conçue entre les deux par un escalier d’une part, par un réseau de rues d’autre part : entamé en 1868, le boulevard de Verdun vient ainsi prolonger jusqu’à la préfecture celui de Solférino qui prend naissance à la gare. Le tracé de la rue Victor-Hugo, l’inauguration de l’hôtel de ville en 1875 et le renouvellement urbain du nouveau quartier de la préfecture parachèvent le mouvement. La liaison enfin créée entre la gare et le plateau donne une idée de ce qu’aurait pu être le projet de Pichot s’il avait été exécuté. Et l’implantation aujourd’hui du nouveau théâtre-auditorium à cet emplacement démontre que celui-ci éveille toujours autant d’intérêt.

Dessin : projet de liaison entre la vallée de la Boivre et les hauts quartiers de Poitiers, par Pichot, 1849. © Région Poitou-Charentes, inventaire général du patrimoine culturel / reproduction R. Jean, 2003.

Pour en savoir plus

Télécharger l'article complet sur la liaison entre la gare et les hauts quartiers (pdf - septembre 2008 - 307 Ko)