Les arènes de Poitiers en images

Lithographie, reconstitution des arènes d’après un dessin de Lamotte aîné, 1843 : élévation. Médiathèque François Mitterrand, Poitiers. Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel. reproduction G. Beauvarlet.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 17 avril 2018
 

Construites au premier siècle, les arènes de Poitiers pouvaient accueillir 30 000 visiteurs. Utilisé pendant plus de deux siècles, cet édifice gigantesque (plus de 150 m sur 130 m) fut  démonté pour fournir des matériaux de construction, puis détruit en grande partie au milieu du 19e siècle. Redécouverte de ce monument exceptionnel à travers quelques images, conservées notamment au service Patrimoine et Inventaire de Nouvelle-Aquitaine (Poitiers).


Des ruines impressionnantes, visibles dans les dessins…

Comme en témoignent dessins et gravures du 17e au 19e siècle, les ruines des arènes gallo-romaines étaient encore impressionnantes avant leur destruction, entre 1857 et 1860.


… et dans trois photographies exceptionnelles de 1857, des frères Hivonnait

En 1857, un an après l'installation de leur atelier de photographie artistique à Poitiers, les frères Achille et Honoré Hivonnait photographient l'amphithéâtre avant sa destruction. De l'album publié à cette occasion, seules trois épreuves d'époque sont aujourd’hui connues, conservées au service Patrimoine et Inventaire de Nouvelle-Aquitaine, site de Poitiers. Voici leur reproduction.


Aujourd'hui, quelques vestiges...

Quelques vestiges de l'amphithéâtre sont encore visibles rue Bourcani, ainsi que dans de nombreuses caves et maisons de la rue des Arènes romaines et de la rue Magenta.


… et des reconstitutions remarquables

Grâce à sa restitution aquarellée par Jean-Claude Golvin ou sa reconstitution dans l'application 3D Poitiers évolution, on a aujourd'hui une idée précise de ce monument remarquable, qui fut  le plus grand amphithéâtre de la province romaine d’Aquitaine.


Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Le Jardin de Gabriel à l’honneur au Festival « Promenons-nous dans les docs »

    Un documentaire sonore de Marc Tournier, consacré au Jardin de Gabriel et intitulé "Un tiroir de sourires", sera diffusé le samedi 21 mai à Dirac (16).

  • Actualités

    Conférence "Le patrimoine de l'après-phylloxéra en Aunis" le 20 mai à Saint-Jean-de-Liversay

    Cette conférence de Pascale Moisdon intervient à l'occasion de la réaffectation de la laiterie de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Actualités

    Visites et spectacle de contes au Jardin de Gabriel les 4 et 5 juin 2022

    À l'occasion des Rendez-vous aux Jardins, la Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime...

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    L'arsenal de Rochefort

    En 1666, l’implantation d’un arsenal à Rochefort, pour construire et armer la flotte royale, est une prouesse par l’ampleur du projet et la rapidité de son exécution, malgré les multiples contraintes. Une découverte en vidéo !