Les Américains à La Rochelle, 1917-1919

Les Américains utilisent la nouvelle gare de La Rochelle, en construction depuis 1912, pour monter des wagons, camions ou voitures destinés au front. Après la guerre, la municipalité souhaite récupérer au plus vite la gare pour accueillir les touristes. (Dans « L’armée américaine à la Rochelle et en Charente-Inférieure », par Jean-Claude Bonnin, Saint Cyr sur Loire : Éditions Alan Sutton, 2010.)
Découvertes
 
  • Mis à jour le 3 juillet 2017
 

Restés neutres depuis le début de la Première Guerre mondiale, les États-Unis entrent en guerre le 6 avril 1917. Cette nouvelle est accueillie avec joie partout en France. Les Rochelais sont alors loin d'imaginer les progrès et les bouleversements culturels engendrés par la présence américaine dans la ville.

Les films, la presse véhiculent une image fantasmée de l'Amérique et de ses habitants. Les Américains sont perçus comme des sauveurs et redonnent le moral à une population qui ne voit pas le bout du conflit.
Le 26 juin 1917, les premières troupes américaines débarquent à Saint-Nazaire. La Rochelle doit attendre octobre 1917 pour accueillir ses premiers contingents américains. En 1918, ils sont 3 390 dans la cité maritime. Les effectifs montent jusqu’à presque 5 800 hommes en 1919. La démobilisation des Sammies est décrétée en mars 1919, mais leur départ officiel n'a lieu qu'en juin de la même année.

Reportage de France 3, décembre 2013. Jean-Claude Bonnin, historien spécialiste de l'histoire de La Rochelle, raconte cet épisode méconnu de l'histoire rochelaise, à l'aide de ses archives exceptionnelles.

Deux lieux témoins : le port de La Pallice...

Endroit stratégique, le port de La Pallice est protégé par les îles de Ré et d'Oléron, ouvert sur l'Atlantique, et accessible à n’importe quel moment de la journée et quelle que soit la marée. De plus, il peut accueillir des bateaux à fort tirant d'eau et offre de nombreuses infrastructures, hangars, entrepôts qui permettent un stockage important des marchandises.

Dès l'automne 1917, les Américains installent à La Pallice leur base d’opération n° 7, qui devient un de leurs points de débarquement pour recevoir le matériel de transport, l’essence, les viandes congelées. Ce ravitaillement est d'ailleurs très attendu par les Rochelais qui en bénéficient et qui perçoivent les États-Unis comme une immense réserve de vivres.

Pour travailler dans les meilleures conditions qui soient, les Américains perfectionnent l'équipement du port de La Pallice qui est obsolète. Ils améliorent l'outillage et apportent des grues électriques et automobiles qui permettent de décharger les marchandises plus rapidement et en plus grande quantité. Ils construisent aussi un grand entrepôt frigorifique pour y stocker la viande venant des États-Unis.


… et la gare de La Rochelle

Depuis plusieurs années, le port de La Pallice est relié par une voie de chemin de fer à la nouvelle gare de La Rochelle, alors en construction. Les Américains utilisent cette voie pour acheminer le matériel nécessaire au montage des wagons destinés au front : wagons citernes pour le carburant, ou frigorifiques pour la viande. La presse d'alors s'étonne de la rapidité et de la modernité des techniques américaines.

Les Sammies bâtissent près de la gare, des hangars pour travailler, des quartiers militaires composés de baraquements en bois pour se loger. Ils installent également pour leur confort le chauffage, l’éclairage électrique, des lavoirs, un salon de coiffure, des salles de bains dotées d'eau chaude, ainsi qu'une infirmerie, une station de prophylaxie en prévention notamment des maladies vénériennes.

Toutes ces infrastructures bouleversent le paysage de la ville. Construites en bois, elles ont aujourd'hui disparu.


Reportage de France 3, décembre 2013. Jean-Claude Bonnin, historien spécialiste de l'histoire de La Rochelle, raconte cet épisode méconnu de l'histoire rochelaise, à l'aide de ses archives exceptionnelles.

Alstom, un héritage américain

Vue aérienne en 1996, de l'usine Alsthom  (Alstom à partir de 1988) à Aytré. Les ateliers américains, après la Première Guerre mondiale, sont transférés sur les terrains d'Aytré et de Bongraine. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Marc Deneyer.

Après la guerre, une entreprise américaine reprend les rênes de la construction de wagons, la Middletown Car Company. Ces ateliers sont déplacés à Bongraine et à Aytré en 1920 et prennent le nom d’Entreprises Industrielles Charentaises (E.I.C). En 1931, c’est la Pullman Car Company qui reprend la Middletown et, en 1972, la société est rachetée par le groupe Alsacien Thomson qui prend le nom d’Alsthom (Alstom depuis 1998).
Aujourd'hui, le site d'Alstom à Aytré est le centre mondial de conception et de fabrication d’Alstom Transport pour les trains à très grande vitesse et les tramways.

 

Pour aller plus loin

  • Audoin-Rouzeau Stéphane, Becker Jean-Jacques. Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918. Paris : Bayard, 2004.
  • Bonnin Jean-Claude. L’armée américaine à la Rochelle et en Charente-Inférieure. Saint-Cyr-sur-Loire : Éditions Alan Sutton, 2010.
  • Loez André. La Grande Guerre. Paris : La Découverte, 2010.
  • Nouailhat Yves-Henri. Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire 1917-1919. Paris : Les Belles Lettres, 1972.
  • Pichard Laëtitia, « La présence américaine à La Rochelle pendant la Première Guerre mondiale et la mise en valeur de son héritage patrimonial et culturel aujourd'hui », Mémoire d'histoire de Master 1, Université de La Rochelle, 2012.

Auteurs : Laëtitia Pichard

 

Voir

Le hall de la nouvelle gare de la Rochelle sert de réfectoire aux Américains. Un groupe de musique divertit les soldats. Les Américains font régulièrement découvrir aux Rochelais de nouvelles sonorités musicales, comme le jazz. (Dans « L’armée américaine à la Rochelle et en Charente-Inférieure », par Jean-Claude Bonnin, Saint Cyr sur Loire : Éditions Alan Sutton, 2010.)

Localiser

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Actualités

    Publication des dossiers de Leigné-les-Bois

    Dans la communauté d'agglomération de Grand Châtellerault, l’étude d’inventaire du patrimoine de la commune de Leigné-les-Bois est terminée. Les dossiers viennent d'être publiés.

  • Découvertes

    Album-photos : Saint-Jean-de-Liversay

    L'inventaire du patrimoine des rives de la Sèvre Niortaise sur la commune de Saint-Jean-de-Liversay est terminé. Découvrez en ligne l'album-photos du patrimoine de la commune.

  • Publications en ligne

    Publication "Grand Châtellerault : Orches"

    L'inventaire du patrimoine de Grand Châtellerault se poursuit. Découvrez dans cette publication en ligne l'histoire, les paysages et le patrimoine de la commune d'Orches.

  • Actualités

    Vallée de la Sèvre Niortaise

    L'inventaire du patrimoine des communes riveraines de la Sèvre Niortaise se poursuit avec la publication des dossiers de la commune de Saint-Jean-de-Liversay.

  • Les actus du LIMOUSIN

    Villard et Méasnes : deux nouvelles communes creusoises à découvrir

    L’Inventaire du patrimoine de la communauté de communes du Pays Dunois, dans la Creuse, se poursuit avec la publication des dossiers des communes de Villard et de Méasnes.

  • Les actus du LIMOUSIN

    L’inventaire du patrimoine de la commune d’Aubusson, en Creuse, est en ligne

    L’histoire de la commune est marquée par une implantation humaine ancienne et un développement original autour de la tapisserie, qui en a fait la première ville industrielle du département.