Le Poilu mourant en défendant le drapeau

Monument aux morts de Champniers, détail du Poilu. © Grégory Brandel pour le Pays d’art et d’histoire de GrandAngoulême.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 16 novembre 2020
 


Le monument aux morts de Saint-Germain (Vienne)

Les Marbreries générales semblent avoir d'abord proposé le monument aux morts de Sainte-Marie-de-Ré, conservé dans le dossier présenté au comité d'évaluation artistique avec le bas du monument rayé. Finalement, le conseil municipal de Saint-Germain a porté son choix sur le modèle 1925 du catalogue, représentant « le Poilu mourant en défendant le drapeau. La statue de 2m10 de hauteur, galvano-bronze, sera supportée par un piédestal de 3m de hauteur environ, exécuté par les entrepreneurs locaux en pierre de qualité supérieure de Saint-Savin ». Le budget s'élève à 5 250 francs répartis en : 4 290 francs pour la statue en galvano-bronze, 100 francs pour la croix de guerre, 340 francs pour la couronne en bronze et 520 francs pour les 3 panneaux en marbre portant les inscriptions. Les travaux sont confiés de gré à gré pour 3 500 francs à M. Arthur Bernabé, entrepreneur de monuments à Saint-Savin et à Clément Bariat, par contrat signé le 23 avril 1923. Le monument est érigé place du Theil, à proximité de l'école.

La statue de Saint-Germain a été reproduite en « galvano-bronze ». La galvanoplastie bronze est une technique de reproduction qui permettait de déposer par électrolyse une fine couche de bronze sur un tirage en plâtre de la statue. La masse de métal est très inférieure à celle d'un bronze coulé à la cire perdue. La statue est donc moins chère mais se fragilise au fil du temps par suite de la corrosion du métal qui finit par entraîner des infiltrations d'eau et des réactions chimiques. Le soldat du monument aux morts de Saint-Germain s'est donc brisé en tombant de son socle en 1987 ou 1988. La commune a gardé le socle du monument avec la couronne et la croix de guerre et remplacé la statue par une pyramide tronquée portant une palme en bronze.

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !