Le Poilu mourant en défendant le drapeau

Monument aux morts de Champniers, détail du Poilu. © Grégory Brandel pour le Pays d’art et d’histoire de GrandAngoulême.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 16 novembre 2020
 


Le monument aux morts de Sainte-Marie-de-Ré (Charente-Maritime)

Pour rendre hommage aux soldats morts au combat, le conseil municipal de Sainte-Marie-de-Ré décide, le 6 juillet 1920, d’ériger un monument commémoratif sur la place publique. Le devis établi par Gustave Mounier et Fernand Banniée, entrepreneurs en maçonnerie du village, est approuvé le 17 février 1921. Le prix s’élève à 14 503 francs pour cette commune de 1922 habitants en 1921. Les statues proviennent également des Marbreries générales de Paris. Le choix du conseil municipal de Sainte-Marie-de-Ré se porte sur une composition en pierre silicatée, associant au modèle du « Poilu mourant en défendant le drapeau » une statue de la Victoire.

Le monument se compose d'une Victoire posée au sommet d'un obélisque devant lequel se trouve le soldat mourant. Son visage marqué par la douleur est tourné vers la Victoire qui le surplombe. Les symboles militaires et funéraires sont présents : croix de guerre, fûts de canon, palme et couronne mortuaire. L'édifice est dédié « À la mémoire des enfants de la commune de Sainte-Marie tombés au champ d'honneur, au cours de la Grande Guerre ». Leurs noms figurent gravés sur l’obélisque. Des stèles placées de part et d'autre portent, l'une la liste des victimes de la Seconde Guerre mondiale, l'autre la dédicace. Le monument aux morts de Sainte-Marie-de-Ré est inauguré le 13 août 1922.

Près d’un siècle plus tard, l’armature en acier de la statue de la Victoire, corrodée par le passage du temps, menace de faire éclater la pierre. La municipalité décide donc, en 2007, de remplacer la Victoire par une copie strictement identique faite dans un bloc de pierre provenant de la carrière de Tercé (Vienne), grâce à la technique de mise au point, réalisée par l’entreprise FAIN.

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    L'île de la Baine à Chaniers

    L'île de la Baine, sur la Charente, est mentionnée dans les textes dès le début du 14e siècle pour ses moulins. Le lieu a connu d’importants aménagements au milieu du 19e siècle pour faciliter la navigation sur le fleuve.

  • Actualités

    Colloque-webinaire « Participation des jeunes dans l’élaboration des politiques publiques locales »

    Le dernier temps de ce colloque sera consacré à la question du patrimoine lié aux droits culturels et à la jeunesse.

  • 14-18

    Le Poilu mourant en défendant le drapeau

    Peu après la Première Guerre mondiale, un modèle a été choisi par plusieurs communes du Poitou et des Charentes pour orner leur monument aux morts. Un même modèle, mais quatre histoires différentes.

  • Actualités

    Retour sur les Journées européennes du patrimoine 2020

    Lors des Journées européennes du patrimoine, du 18 au 20 septembre 2020, la Région a proposé la visite de 31 sites patrimoniaux exceptionnels.

  • Actualités

    Publication des dossiers de Leigné-les-Bois

    Dans la communauté d'agglomération de Grand Châtellerault, l’étude d’inventaire du patrimoine de la commune de Leigné-les-Bois est terminée. Les dossiers viennent d'être publiés.

  • Découvertes

    Album-photos : Saint-Jean-de-Liversay

    L'inventaire du patrimoine des rives de la Sèvre Niortaise sur la commune de Saint-Jean-de-Liversay est terminé. Découvrez en ligne l'album-photos du patrimoine de la commune.