Le Poilu mourant en défendant le drapeau

Monument aux morts de Champniers, détail du Poilu. © Grégory Brandel pour le Pays d’art et d’histoire de GrandAngoulême.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 16 novembre 2020
 


Le modèle proposé dans le catalogue des Marbreries générales

Parmi ces entreprises, les Marbreries générales, dirigées par Georges et Urbain Gourdon, 33 rue Poussin à Paris, se présentent sur leur papier à en-tête comme « fournisseur de chapelles, monuments funéraires, monuments aux morts. Ateliers de sculpture mécanique à Carrare, exploitation de 14 carrières de granite en Bretagne, Normandie, Anjou, Vosges etc., usines électriques et à vapeur à Combourg, Bécon et Logonna ». Elles essaient de placer le maximum d'éléments et proposent un assemblage aux communes, souvent sous forme de croquis, avec un devis détaillé. Les communes doivent ensuite transmettre ces éléments à la préfecture, qui délivre une autorisation après avoir pris l'avis de la commission d'évaluation artistique.

L'une des sculptures du catalogue des Marbreries générales, représentant « le Poilu mourant en défendant le drapeau », a été choisie par les communes de Champniers (Charente), Magnac-sur-Touvre (Charente), Sainte-Marie-de-Ré (Charente-Maritime) et Saint-Germain (Vienne), ainsi que Lezay (Deux-Sèvres), Marcillac-Lanville (Charente) et Mont-sur-Guesnes (Vienne). Les quatre premiers monuments ont fait l’objet d’une étude détaillée.

Les mises en œuvre de ces soldats sont identiques. L’œuvre respecte une esthétique classique héritée de modèles antiques. Le Poilu est représenté fauché en plein combat, la main sur le cœur et la tête appuyée sur son drapeau. Il est représenté sous les traits d’un jeune homme, image idéalisée du soldat glorifié en héros. L’étude révèle aussi que les quatre monuments ont connu une histoire très différente : l'une des statues a été détruite, un autre monument a été démantelé, le troisième, où il était associé à une Victoire, a été partiellement reconstruit. Seul le monument de Champniers, malgré un retard de livraison, a été conservé jusqu’à aujourd’hui sans aléas particuliers. En partant d’un même modèle, ces quatre monuments présentent aujourd’hui des aspects bien différents.

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Découvertes

    L'île de la Baine à Chaniers

    L'île de la Baine, sur la Charente, est mentionnée dans les textes dès le début du 14e siècle pour ses moulins. Le lieu a connu d’importants aménagements au milieu du 19e siècle pour faciliter la navigation sur le fleuve.

  • Actualités

    Colloque-webinaire « Participation des jeunes dans l’élaboration des politiques publiques locales »

    Le dernier temps de ce colloque sera consacré à la question du patrimoine lié aux droits culturels et à la jeunesse.

  • 14-18

    Le Poilu mourant en défendant le drapeau

    Peu après la Première Guerre mondiale, un modèle a été choisi par plusieurs communes du Poitou et des Charentes pour orner leur monument aux morts. Un même modèle, mais quatre histoires différentes.

  • Actualités

    Retour sur les Journées européennes du patrimoine 2020

    Lors des Journées européennes du patrimoine, du 18 au 20 septembre 2020, la Région a proposé la visite de 31 sites patrimoniaux exceptionnels.

  • Actualités

    Publication des dossiers de Leigné-les-Bois

    Dans la communauté d'agglomération de Grand Châtellerault, l’étude d’inventaire du patrimoine de la commune de Leigné-les-Bois est terminée. Les dossiers viennent d'être publiés.

  • Découvertes

    Album-photos : Saint-Jean-de-Liversay

    L'inventaire du patrimoine des rives de la Sèvre Niortaise sur la commune de Saint-Jean-de-Liversay est terminé. Découvrez en ligne l'album-photos du patrimoine de la commune.