La Première Guerre mondiale et le patrimoine

André Plessis (à droite) devant les ruines de l'hôtel de Ville d'Arras, après les bombardements. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / fonds Hélène Plessis-Vieillard - André Plessis.
Évènements
 
  • Mis à jour le 11 février 2015
 

Pendant la Grande Guerre, le patrimoine, qu'il soit paysager, architectural, mobilier ou écrit, a fait l'objet de destructions et de transformations massives, et, parfois, de mesures de prévention et de protection. Un nouveau type de patrimoine a aussi été produit par le conflit mondial : le patrimoine mémoriel.

Le ministère de la Culture et de la Communication (direction générale des Patrimoines) consacre deux numéros de la revue en ligne In Situ au patrimoine et à la Grande Guerre. L'un est consacré au patrimoine dans le conflit (destructions, dommages, protection, prévention...), l'autre au patrimoine généré et légué par le conflit, comme les monuments aux morts.

"Le Patrimoine dans la Grande Guerre", dans la revue In Situ 23|2014

"Il s’agit donc dans un premier temps de cerner l’impact singulier de la guerre sur le patrimoine, y compris dans le sens le plus large : paysages, sites, bâtiments, patrimoine mobilier et œuvres d’art, archives écrites, images, institutions… Nous l’envisageons sous l’aspect des destructions ou des dommages que ce patrimoine subit, mais aussi des mesures de protection et de prévention mises en œuvre durant la période même, sous l’égide de l’administration française, mais aussi à l’initiative des autorités allemandes..."

"Le Patrimoine de la Grande Guerre" dans la revue In Situ 25|2014

"Rappelons tout d’abord que, du point de vue patrimonial, la Première Guerre est à l’origine d’une invention qui connut une grande fortune, la notion de ce que l’on qualifiera plus tard de lieux de mémoire. En effet, dès 1920, dans un souci de conservation des souvenirs et vestiges de guerre, l’une des toutes premières mobilisations de la loi de 1913 sur les monuments historiques vise à protéger des champs de bataille, des plates-formes d’artillerie, des ouvrages fortifiés et autres abris allemands, ainsi que quelques édifices laissés délibérément à l’état de ruines..."

André Plessis (à droite) devant les ruines de l'hôtel de Ville d'Arras, après les bombardements. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / fonds Hélène Plessis-Vieillard - André Plessis.

André Plessis (à droite) devant les ruines de l'hôtel de Ville d'Arras, après les bombardements. © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / fonds Hélène Plessis-Vieillard - André Plessis.

Voir


 
 

À la une de l'Inventaire

  • Restauration monument historique

    La restauration de l'église Saint-Eutrope de Saintes

    L’église Saint-Eutrope de Saintes vient de bénéficier d’une campagne importante de restauration, concernant l'élévation nord du monument. L’inauguration est prévue le samedi 25 juin.

  • Découvertes

    Les phares de l'estuaire de la Charente

    Sept phares ont été édifiés, entre 1680 et le début du 20e siècle, afin de guider les bateaux dans le pertuis d’Antioche et l’embouchure de la Charente... Une découverte en vidéo !

  • Actualités

    Ouverture du Jardin de Gabriel au cours de l’été 2022

    La Région Nouvelle-Aquitaine vous propose de découvrir un jardin extraordinaire : le Jardin de Gabriel à Nantillé, en Charente-Maritime. Le site sera ouvert tous les mardis et les jeudis entre le 5 juillet et le 15 septembre.

  • Découvertes

    Les forts de l'embouchure de la Charente

    Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860... Une découverte en vidéo !

  • Les actus du LIMOUSIN

    Une nouvelle publication : « Collonges-la-Rouge : Nuances de gris et de rouge »

    La collection régionale des « Visages du patrimoine » s'enrichit d'un nouveau titre consacré la commune corrézienne de Collonges-la-Rouge.

  • Découvertes

    Les ports et la navigation sur la Charente

    Le fleuve Charente, naturellement navigable entre Cognac et son embouchure, a de tout temps favorisé les échanges entre la côte et l’arrière-pays... Une découverte en vidéo !