La restauration d'une statue de danseuse par une étudiante de l'Ecole supérieure d'art et de design TALM-Tours

L’étudiante Marion Benda et la statue de danseuse à son arrivée à Tours. © Région Nouvelle-Aquitaine / J. Chalard-Deschamps.
Découvertes
 
  • Mis à jour le 9 juillet 2021
 

 

Le parti pris de restauration

Toutes ces analyses ont permis de rassembler des connaissances très fines sur les altérations de la statue.

Sur la base de ces conclusions, Marion Benda a pu établir un protocole de restauration de la statue, qui a été débattu et validé le 11 juin 2021 par une commission scientifique composée d’experts. Conformément à l’avis de la commission, la sculpture 207 bénéficiera des traitements suivants :

  • Traitement des armatures métalliques par protection cathodique : cette opération consiste à protéger les armatures métalliques de la corrosion à l’aide d’anodes sacrificielles.
  • Assemblage des membres et remise en forme de la robe : la tête et le bras seront à nouveau fixés sur le tronc et les fragments de la robe seront recollés.
  • Comblement des fissures : les nombreuses fissures seront comblées par des résines et du mortier.
  • Réintégrations formelles : les parties lacunaires (couche superficielle au niveau du cou, rose sur le flanc de la robe, quelques perles du collier) seront restituées.
  • Réintégrations picturales : afin de participer à la protection superficielle de l’œuvre, la couche picturale sera réintégrée, sur la base des teintes présentes aujourd’hui sur cette statue, avec un ton légèrement moins soutenu.
  • Consolidation de la matière picturale et protection de surface : il permettra de ralentir la pénétration de l’humidité et la carbonatation des mortiers. Le procédé reste à déterminer en fonction des analyses à venir sur la présence éventuelle de sels projetés depuis la route.
  • Interventions sur le socle et soclage de l’ensemble : le soclage permettra d’endiguer les altérations provoquées par l’instabilité de la statue sur son socle. Il s’agit de réfléchir à la fois à la manière de relier la statue à son socle et le socle au sol meuble du jardin.

Marion Benda va maintenant finaliser ses analyses et pourra débuter prochainement les premiers traitements sur la statue de la danseuse 207.

A suivre…
 

Voir

 
 

À la une de l'Inventaire

  • Publications en ligne

    Diaporama de la conférence du 16 septembre 2021 à Saint-Jean-de-Liversay

    Découvrez en ligne le diaporama de la conférence présentant les résultats de l'inventaire du patrimoine de la commune.

  • Découvertes

    Le Jardin de Gabriel s'ouvre aux scolaires

    Le Jardin de Gabriel a récemment accueilli deux classes des écoles voisines de Saint-Hilaire-de-Villefranche et Brizambourg. Une quarantaine d’élèves de CM1-CM2 ont pu découvrir l’univers insolite et poétique créé par Gabriel Albert.

  • Découvertes

    Une exposition inédite des sculptures de Gabriel Albert au Musée Cécile Sabourdy

    Intitulée « Le ciment des rêves, l’univers sculpté de Gabriel Albert », cette exposition exceptionnelle ouvrira ses portes le mercredi 19 mai, pour toute l’année.

  • Découvertes

    La restauration d'une statue de danseuse par une étudiante de l'Ecole d'art et de design TALM-Tours

    En vertu du partenariat conclu entre la Région et l’école, Marion Benda a choisi pour son mémoire de fin d’études de restaurer une statue en ciment du Jardin de Gabriel.